CNews n°2526 7 fév 2020
CNews n°2526 7 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2526 de 7 fév 2020

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 17

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : qu'elle est verte la campagne des municipales !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 J. WITT/SIPA I. HARSIN/SIPA N°2526 VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 GRAND PARIS CNEWS.FR LES POUBELLES S’EMPILENT Certains quartiers restent touchés. Alors que le préavis de grève des éboueurs parisiens court encore (au moins) jusqu’à aujourd’hui, la mairie a décidé de renforcer son action. « On a rajouté 40 camions-bennes », indiqué hier Paul Simondon, adjoint à la mairie Salon PARAP Arts Divinatoires Forme et Bien-Être 34èffle édition 17 du 13 au février 202 Tous Ses.) Mer e Champerr é Champerret Paris ! Ume idàeulgeà R.,1D10 C NEWS vvwvvsa 10 ra pa ra py_dccarri (63)19 Pour les piétons, nous réaménagerons les places de la Concorde, Etoile, Stalingrad, Colonel-Fabien, Denfert-Rochereau, Trocadéro, Châtelet et Félix-Eboué. Anne Hidalgo, candidate à sa réélection, hier, lors de la présentation de son programme. LES AUTORITÉS PEINENT À SORTIR DE LA CRISE ENTRÉE TARIF RÉIDIJIT G € * Valable pour une personne de Paris chargé de la propreté. De quoi sortir de la crise « en quatre jours ». Mais cela pourrait ne pas suffire face aux blocages des grévistes  : « Tant qu’il restera des difficultés pour sortir les véhicules des garages ou pour les vider, on ne rattrapera pas assez vite le retard des derniers jours », admet-il. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a donc interpellé Edouard Philippe, le Premier ministre, pour « rétablir la collecte des déchets, une urgence sanitaire ». De son côté, le Syctom, l’entité qui gère les déchets en Ile-de- France, a indiqué hier avoir fait « une nouvelle demande de réquisition » de grévistes pour que l’incinérateur d’Ivrysur-Seine (94) soit rallumé. n sur présentation de cette page le jour de cotre choix *A4. peur etre vendue sous peine Oe 1>a)C earnende aux termes de J'anode Lce46 du code pepoo VASTES TRAVAUX SUR LE RÉSEAU La compagnie ferroviaire va rénover et moderniser ses lignes cette année. Les usagers sont prévenus. La SNCF a présenté hier les principaux chantiers prévus sur le réseau ferré francilien en 2020. Au total, 2,4 milliards d’euros doivent être investis, dont 800 millions pour la seule modernisation du réseau. La compagnie ferroviaire publique a entre autres pour objectif de mettre en service 720 nouveaux trains sur les lignes RER et Transilien. Un effort particulier sera aussi porté cette année sur l’accessibilité des gares franciliennes. Quinze d’entre elles doivent ainsi devenir accueillantes pour les personnes handicapées et à mobilité réduite. Autre objectif  : poursuivre le programme de réduction du bruit ferro- 3 MILLIONS D’HABITANTS des Yvelines et des Hauts-de-Seine vont pouvoir s’exprimer sur le projet de fusion entre les deux départements, grâce à un site mis en ligne hier. DES CHANTIERS PRÉVUS PAR LA SNCF LA QUALITÉ DE L’AIR AUJOURD’HUI INDICE DE POLLUTION 48 viaire. L’entreprise de transport prévoit de s’occuper de 1 300 « points noirs du bruit », qui regroupent environ 4 000 logements, en installant des écrans antibruit ou en isolant les façades de certains bâtiments. Par ailleurs, les voies de plusieurs lignes RER et Transilien seront renouvelées, la SNCF s’étant fixée comme objectif qu’entre 2015 et 2025, 30% du réseau francilien soit refait à neuf, tout en maintenant la circulation des trains au quotidien. Enfin, le chantier d’Eole, lancé en 2016 et visant à prolonger le RER E sur 55 km vers l’ouest de la capitale d’ici à 2024, se poursuivra en 2020. Le tunnelier devrait ainsi arriver à la Porte Maillot cet été. n 0 25 50 75 >100 SNCF RESEAU/B. BAUDIN
CNEWS.FR FRANCE N°2526 VENDREDI 7 FÉVRIER 2020 9 N. MESSYASZ/SIPA Y. BOHAC/SIPA NEUVIÈME JOURNÉE D’ACTION CONTRE LA RÉFORME DES RETRAITES LES OPPOSANTS MOINS MOBILISÉS Pour l’abandon du projet. Les opposants à la réforme des retraites sont à nouveau descendus dans les rues de France, hier, à l’occasion d’une neuvième journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations. Alors que le texte a commencé son parcours législatif – il est actuellement examiné en commission spéciale à l’Assemblée nationale – des rassemblements étaient ainsi organisés un peu partout dans l’Hexagone, à l’appel de la CGT, FO, Solidaires, de la FSU et diverses organisations de jeunesse (Unef, MNL, UNL). Des troupes motivées, mais moins fournies comparé aux précédentes mobilisations. Le cortège parisien, qui s’est élancé en début d’aprèsmidi depuis la gare de l’Est en direction de la place de la Nation, a rassemblé 130 000 personnes selon la CGT, 15 000 selon l’Intérieur. Des manifestations se sont aussi tenues, dès le matin, à Montpellier, Nice, Béziers ou encore Sète, pour réclamer le « retrait La liberté d’expression est fondamentale. Nous devons accepter que l’islam soit critiqué, y compris dans ses principes et fondements. MohammedMoussaoui, président du Conseil français du culte musulman, hier sur Marianne.net. LE GOUVERNEMENT DRESSE UN PREMIER BILAN L’EXCISION DANS LE VISEUR Cette pratique est encore répandue. Des milliers de femmes victimes. A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines, le gouvernement a présenté, hier, un premier bilan de son plan de lutte contre l’excision. Lancé en juin 2019 par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte d’un projet injuste et dangereux ». Les opposants étaient ainsi, selon les chiffres de la police, quelque 4 500 manifestants à Marseille, 3 500 à Toulouse ou Bordeaux ou encore 2 700 à Rennes. Une nouvelle opération dite « ports morts » complétée de plusieurs points de blocages, « six à sept », selon la police, a en outre fortement perturbé la circulation. Dans les cortèges, beaucoup de personnels enseignants, des agents de la fonction publique, des hospitaliers ou encore des avocats, tous venus crier leur opposition au futur système universel par points, voulu par Emmanuel Macron. n L’INFO EN PLUS Dans une vidéo publiée sur Facebook, le député (PCF) du Nord, Alain Bruneel, a parodié « Star Wars » pour dénoncer la réforme des retraites. contre les discriminations, ce dispositif devait ainsi combattre cette pratique qui, encore aujourd’hui, concerne des dizaines de milliers de femmes dans le monde, surtout en Afrique, mais aussi en France. Marlène Schiappa a donc annoncé que 60 000 euros vont être débloqués pour établir une étude fiable de la prévalence de ces mutilations. Celle-ci veut également nouer des partenariats entre l’Etat et les acteurs locaux afin de contrer de façon globale ce fléau, et estimer de manière plus précise le phénomène. Un premier partenariat de ce genre, a déjà été signé au Havre (Seine-Maritime), selon la ministre, qui veut le proposer à d’autres territoires. Enfin, une plaquette spéciale a été éditée pour accompagner les professionnels en lien avec des enfants susceptibles d’être victimes, sur le site arretonslesviolences.gouv.fr. n Outre Paris, des défilés ont eu lieu à Marseille, Nice, Béziers ou Rennes. En bref SURENDETTEMENT  : DES PROCÉDURES EN NET REPLI EN 2019 Le nombre de dossiers soumis aux commissions de surendettement en France (143 080) a enregistré un net recul en 2019 (-12%) , a révélé hier la Banque de France. Les femmes, les parents célibataires et les chômeurs sont les plus touchés. VIRUS DE LA TOMATE  : SOUS LA SURVEILLANCE DES AUTORITÉS Les autorités sanitaires françaises ont mis en place des plans de surveillance pour protéger le territoire d’un nouveau virus s’attaquant aux plantes potagères, notamment la tomate, a-t-on appris hier. Aucune plante contaminée n’a été décelée. 4,26 MILLIONS DE FOYERS ont bénéficié de la prime d’activité en 2019 (+ 35%). Cette aide aux travailleurs modestes a été élargie après la crise des gilets jaunes. HARCÈLEMENT UN LYCÉE POUR MILA L’Etat s’est mobilisé. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a affirmé hier qu’une « solution » de rescolarisation avait été trouvée pour Mila, qui a dû quitter son lycée en Isère après avoir été visée par des menaces de mort pour des propos hostiles à l’islam. « La première priorité, c’est évidemment la protection et la rescolarisation de cette jeune fille, c’est ce à quoi nous avons travaillé avec la famille depuis le début », a expliqué le ministre. Lycéenne de 16 ans, Mila a été harcelée après une vidéo diffusée mi-janvier sur les réseaux sociaux où elle affirmait notamment que l’islam était de la « merde » et une « religion de haine ». Face aux menaces, elle avait dû être déscolarisée de son établissement de Villefontaine (Auvergne-Rhône-Alpes). n C. MAHOUDEAU/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :