CNews n°2507 18 déc 2019
CNews n°2507 18 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2507 de 18 déc 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 17

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : place au dialogue concernant la réforme des retraites ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 B. GUAY/AFP Alors que l’opposition à la réforme des retraites reste vive, les discussions doivent permettre de trouver une issue. Un accord à trouver d’urgence. Au quatorzième jour de grève contre la réforme des retraites, les organisations syndicales sont attendues aujourd’hui à Matignon. Au lendemain d’une nouvelle grande mobilisation des opposants dans la rue, le but est simple. Il s’agit de relancer les discussions sur le futur système universel de retraite par points, dans l’espoir de trouver une sortie de crise. Pour le gouvernement, l’enjeu va surtout consister à obtenir le ralliement des syndicats réformistes, la CFDT en tête, avec pour objectif avoué d’isoler les organisations les plus radicales, telle la CGT de Philippe Martinez. Car si les syndicats affichent depuis quelques jours une unité de façade, les mots d’ordre restent, eux, différents. Des points précis en débat Reçues aujourd’hui et demain, chacune leur tour, par le Premier ministre Edouard Philippe pour des réunions « bilatérales » – avant une table ronde demain – les organisations devraient ainsi soulever des points distincts. Pour la CFDT, les discussions devraient notamment porter sur l’âge pivot. Le premier GRAND ANGLE N°2507 MERCREDI 18 DÉCEMBRE 2019 CNEWS.FR LES SYNDICATS REÇUS AUJOURD’HUI À MATIGNON PAR EDOUARD PHILIPPE LE RETOUR AU DIALOGUE ? Depuis quelques jours, les organisations affichent une unité de façade, mais leurs exigences restent différentes. syndicat de France, dit « réformiste » à l’instar de la CFTC et de l’Unsa, n’est pas opposé à la fusion des 42 régimes de retraites existants en un système universel mais veut « l’améliorer ». En lieu et place d’un « âge d’équilibre » à 64 ans pour une retraite à taux plein, Laurent Berger, a ainsi proposé, hier, une augmentation des cotisations. Si l’entourage du Premier ministre faisait savoir que « ce n’est pas le scénario du gouvernement », rien n’exclut pourtant que les lignes bougent à ce sujet. « Le débat peut s’ouvrir », a ainsi admis hier sur CNEWS le secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique, Olivier Dussopt. Avec l’Unsa, premier syndicat à la RATP et deuxième à la SNCF, la CFTC espère elle aussi parvenir à des compromis sur une « meilleure prise en compte » de la pénibilité et un renforcement des dispositifs de retraite progressive qui permettent d’allier pension et activité à temps partiel. Concrètement, l’idée est d’obtenir le maximum de compensations afin que les salariés affectés, notamment par la disparition des régimes spéciaux, soient le moins lésés. Des avancées qui étoufferaient ainsi la ligne jusqu’au-boutiste de la CGT et de FO qui, si elles ne cessent de réclamer le retrait du projet, se heurtent à la « détermination totale » du gouvernement à mener à bien la réforme, comme l’a répété, hier encore Edouard Philippe à l’Assemblée nationale. Les Français dans l’attente Toujours est-il que, si le dialogue de sourds se poursuit à Matignon jusqu’à demain, l’exaspération des Français, mis à rude épreuve, pourrait bien dégénérer en crise de nerfs. Pour l’heure, le mouvement de grève bénéficie d’une adhésion massive (entre 54% et 62% selon les sondages) mais, faute d’accord, celle-ci pourrait chuter rapidement, alors que Noël approche à grands pas. Aussi, les déclarations des syndicats et D. VINCENT/AP/SIPA EN CHIFFRES 40% D’ACCIDENTS de deux-roues (scooters, trottinettes, vélos) de plus ont été recensés, à Paris, depuis le début de la grève. 2 LIGNES de métro seulement fonctionnent normalement dans la capitale. Il s’agit de la ligne 1 et 14, les seules automatisées du réseau RATP. 400 MILLIONS D’EUROS. C’est ce que coûte chaque jour de grève à l’économie du pays, selon la Confédération des petites et moyennes entreprises (CGPME). 631 KILOMÈTRES de bouchons ont été enregistrés en Ile-de-France le 9 décembre (record absolu  : 739 km en février 2018, dus à la neige). JUSQU’À DIX FOIS PLUS d’inscriptions ont été enregistrées sur les plates-formes de covoiturage, depuis le premier jour du mouvement. du gouvernement à l’issue des réunions programmées dans les jours à venir, seront scrutées avec la plus grande attention. Mais le véritable jugement de l’opinion pourrait avoir lieu dès la fin de semaine. Car si la SNCF a assuré, hier, qu’elle pourrait transporter ce weekend tous les passagers munis d’un billet, rien n’indique qu’elle soit au final capable de tenir sa promesse. n L’INFO EN PLUS François Hollande a révélé n’avoir pas pu passer ses épreuves du brevet des collèges de l’époque, à cause des grèves de mai 1968. TENSIONS DANS LES MANIFESTATIONS Parti de la place de la République (3 e) hier en début d’après-midi, le cortège parisien a souffert de vives tensions à son arrivée sur la place de la Nation (11 e). Alors que la manifestation touchait à sa fin, des heurts ont éclaté, parfois avec des jets de bouteille et de gaz, entre plusieurs dizaines d’individus et les forces de l’ordre. A Nantes, les agents ont également dû utiliser des gaz lacrymogènes pour contenir certains manifestants. A Lille, un « engin explosif artisanal » a été projeté au sol en direction de policiers. Deux suspects ont été interpellés.
52999£ Fujifilm X-A5 Double kit objectif amagy on Ventes flash de Noël Du 9 au 22 décembre Nouvelles ventes flash tous les jours 1399£ Bourjois - Cracker coffret de Noël 3 produits Les offres présentées sont valables dans la limite des stocks disponibles. 299 € Motorola One Zoom avec Alexa Hands-Free



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :