CNews n°2493 26 nov 2019
CNews n°2493 26 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2493 de 26 nov 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 25

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : manifestations partout en France contre la précarité étudiante.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 P.DESMAZES/AFP Revalorisation des bourses et création de logements universitaires font partie des revendications les plus criantes. « Ça ne fait que commencer », promettent-ils. Près de trois semaines après l’immolation par le feu d’un jeune à Lyon, le mouvement étudiant poursuit aujourd’hui son offensive contre la précarité, avec une nouvelle mobilisation à travers tout le pays. Alors que, selon elles, 20% des 18-24 ans vivent encore sous le seuil de pauvreté, les organisations syndicales réclament, de la part d’Emmanuel Macron, un « plan d’urgence » et une « politique structurelle » pour endiguer les difficultés financières des étudiants. Et ce, au plus tard « d’ici au 5 décembre », jour de la grève contre les réformes gouvernementales qui commence à séduire la nouvelle génération. Des protestations de longue date En tentant de se suicider, le jeune Lyonnais a mis en lumière un fléau qui persiste  : la pauvreté de certains étudiants, et ses conséquences sur leur travail, leur santé et leurs relations sociales. Depuis, les syndicats se mobilisent, de diverses manières, avec des défilés pacifiques ou des coups de force, comme le blocage d’universités, la destruction de livres de l’ex-président François Hollande de pas- GRAND ANGLE N°2493 MARDI 26 NOVEMBRE 2019 CNEWS.FR DES MANIFESTATIONS CONTRE LA PRÉCARITÉ PRÉVUES AUJOURD’HUI LA PRESSION DES ÉTUDIANTS L’immolation par le feu d’un jeune homme, le 8 novembre, a mis en lumière les difficultés de toute une génération. sage à Lille 2, ou l’opération « cantine gratuite » menée à Rennes 2. Au risque, parfois, de voir ces rassemblements ponctués de violences. Pointant l’inaction des dirigeants face à leurs problèmes, les étudiants exigent une hausse « d’au moins 20% » des bourses sur critères sociaux, la création de logements universitaires, la gratuité des transports, voire – pour certains – celle des études. Cette mobilisation s’annonce d’autant plus « massive », que les relations entre la jeunesse et l’exécutif n’ont cessé de se dégrader depuis le début du quinquennat. Entre la « sélection » de Parcoursup et la refonte controversée du baccalauréat, en passant par la flambée du coût des cursus pour les étrangers et la baisse de cinq euros des APL (que Macron lui-même a avoué traîner « comme un boulet », il y a quelques jours, à Amiens), les sujets de friction pourraient bien ressurgir sur les pancartes. « Le problème, c’est qu’on enchaîne les réformes qui précarisent les étudiants, mais parallèlement, les dépenses telles que la nourriture et le logement augmentent », insiste la présidente de l’Unef, Mélanie Luce. Même le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer le reconnaît  : « Il y a encore de très grands progrès à faire. » Et les réponses les plus récentes de l’Etat, comme la mise en place d’un numéro d’appel d’urgence ou la revalorisation de 1,1% des bourses à la rentrée dernière, restent insuffisantes. L’exécutif sur le qui-vive La fronde étudiante va-t-elle s’ajouter à la longue liste des mouvements sociaux du 5 décembre contre la refonte des retraites ? Rien n’est encore décidé « pour l’instant », selon la Fage, première organisation du secteur, mais tout est encore permis. Et pour cause  : le projet de loi controversé, qui va raboter aussi bien les pensions des actifs d’aujourd’hui (cheminots, soignants, pompiers…) que F. ELSNER/SIPA EN CHIFFRES 55% DES ÉTUDIANTS disent ne pas « avoir assez d’argent » pour couvrir leurs besoins mensuels, selon une enquête de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) publiée en 2016. 712 000 BOURSES étudiantes ont été attribuées en 2019, dont un tiers assurait « seulement » la gratuité des frais d’inscription. Quatre étudiants sur dix en touchent une. 1 150 EUROS PAR MOIS, c’est ce que coûte en moyenne le fait d’être étudiant en France. Pour les financer, 46% des jeunes travaillent. 4 HEURES, c’est le temps hebdomadaire en moins consacré aux études quand on travaille à côté. 8% DES ÉTUDIANTS ont déjà pensé au suicide au cours de l’année, estime l’OVE. Soit près de trois fois plus que l’ensemble des 15-30 ans. ceux du futur, pourrait rallier les colères malgré les différences. Côté gouvernement, l’inquiétude d’une potentielle convergence des luttes est d’ailleurs palpable. « On regarde la mobilisation de manière très prudente, on va voir comment ça évolue », déclare ainsi le proche d’un ministre à Europe 1. En attendant, le mouvement étudiant veut se faire entendre de lui-même, pour lui-même. n L’INFO EN PLUS Aux Etats-Unis, en 2018, la seule inscription dans une université publique coûtait en moyenne 8 163 euros, contre 170 euros en France. ANAS K. DANS UN ÉTAT STATIONNAIRE « Cette année, je n’avais pas de bourse, mais même quand j’en avais, 450 euros par mois, est-ce suffisant pour vivre ? » Dans une lettre publiée sur Facebook, l’étudiant qui s’est immolé par le feu devant un Crous de Lyon, Anas K., met en cause la précarité dans laquelle il était. Le jeune de 22 ans, brûlé à 90% mais dans un état stationnaire, avait perdu sa bourse après avoir « triplé » sa deuxième année de licence. Accusant les gouvernements successifs de l’avoir poussé à l’acte, il appelle ses « camarades » à continuer « de lutter pour en finir définitivement avec tout ça ».
TotalS.A. 2, place Jean-Millier 92400Courbevoie –France. Tél.  : +33(0)147444546. Capitalsocial  : 6666815 700,00euros. 542051180RCS Nanterre.Monsieur Bonheur..11111.1111.1.11 Àl’automne2020, lesnouveauxmétiersdel’industries’apprendrontàL’INDUSTREET. Inscriptions ouvertesdès mars2020. Plus d’informationssur foundation.total/fr TOTAL FOUIQetTION



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :