CNews n°2477 16 oct 2019
CNews n°2477 16 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2477 de 16 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 25

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : les grands défis de Christian Jacob.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
8 J. WITT/SIPA GRAND ANGLE N°2477 MERCREDI 16 OCTOBRE 2019 CNEWS.FR LE PRÉSIDENT DE LR, CHRISTIAN JACOB, CONFRONTÉ À DE NOMBREUX DÉFIS UNE DROITE EN CHANTIER Le nouveau patron des Républicains succède à Laurent Wauquiez, dont la ligne avait découragé plusieurs cadres. Elu dimanche dernier à la tête du parti, le leader a la lourde mission de faire oublier les échecs et préparer l’avenir. Le plus dur commence pour le nouveau président des Républicains, Christian Jacob, élu dès le premier tour, dimanche, avec près de 63% des voix. Celui qui était déjà patron des députés de droite hérite de la lourde tâche de conduire un parti qui, depuis plus de sept ans, accumule les revers  : la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2012, l’éviction historique de François Fillon à celle de 2017, les errements tactiques de l’ex-leader Laurent Wauquiez, jusqu’à la gifle de 8,5% aux européennes de mai. L’enjeu, pour ce ténor de la droite de 59 ans, sera donc de rassembler sa famille autour d’une nouvelle équipe dirigeante, qui sera présentée d’ici à dix jours. Au risque, sinon, que le parti disparaisse. C’est avec cette pression sur les épaules que Christian Jacob s’apprête à relever plusieurs défis. Clarifier la ligne idéologique pour rassembler les chapelles Première de ses missions, le nouveau patron de la droite doit dessiner le futur visage du parti, depuis trop longtemps en proie aux divisions internes. Il devra notamment convaincre les électeurs qui, di- manche, ont voté pour les députés Julien Aubert (21%), souverainiste convaincu, ou Guillaume Larrivé (16%), plus libéral. Un défi « immense » pour lequel « nous serons à ses côtés », assure le patron du Sénat, Gérard Larcher. Mais la tâche sera d’autant plus périlleuse pour Christian Jacob que l’espace politique est réduit  : d’un côté LREM qui, en plus d’être économiquement très libéral, marche sur les plates-bandes de LR avec des thèmes régaliens (sécurité, immigration…), et de l’autre le RN, dont certaines voix prônent le rapprochement, déjà amorcé par le très droitier Laurent Wauquiez. Le soir de sa victoire, il a ainsi réaffirmé – comme pour faire le pont – certaines de ses « valeurs fortes », telles que « l’autorité de l’Etat » et la lutte contre « la paupérisation des classes moyennes et des retraités », mais aussi le combat contre « le poison de l’immigration incontrôlée ». Endiguer la fuite des cadres pour éviter celle des électeurs Pour, de son propre aveu, « redevenir audibles et crédibles », le patron des Républicain va devoir stopper l’hémorragie qui, depuis près de deux ans, a vu partir les présidents de région Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, ainsi que l’ex-Premier ministre Alain Juppé, lequel n’a pas renouvelé son adhésion à LR. La semaine dernière, c’est encore le sénateur de l’Hérault, Jean-Pierre Grand, qui a claqué la porte, dénonçant des « rapprochements assumés avec l’extrême droite » dans son département. Pire  : il devrait être suivi par le ténor Jean-Pierre Raffarin, qui vient d’annoncer qu’il allait « évidemment » quitter LR, la politique d’Emmanuel Macron étant « la meilleure que le pays peut avoir ». Autant de défections qui n’ont pas poussé les militants à rester  : ils ne sont plus que 130 000 à jour de cotisation, contre 235 000 en 2017. Soit une fuite de près d’un adhérent sur deux, dont LR peine à se relever. JACQUES CHIRAC EN HÉRITAGE ? J.-P. MULLER/AFP Préparer les municipales de 2020 pour une assise locale Pour le scrutin municipal, le défi de LR sera de « rester majoritaires sur les territoires », insiste Christian Jacob. Or, l’espoir serait permis, car contrairement aux « Marcheurs », aux écologistes et au RN, la droite profite encore d’un ancrage territorial important et d’un puissant réseau d’élus, cruciaux en matière d’élections locales. Se voulant arbitre, au-dessus des querelles partisanes, le sénateur en chef, Gérard Larcher, estime ainsi que la renaissance passera par les maires, « clés de voûte de la République ». Du moins si le parti ne tombe pas dans le piège d’Emmanuel Macron, qui voudrait faire des alliances avec les élus LR « compatibles ». Et ainsi poursuivre par les urnes l’érosion de la droite traditionnelle. Trouver un candidat crédible pour la présidentielle de 2022 Christian Jacob l’assure  : il ne sera pas le poulain de LR à la présidentielle, pour ne pas relancer la machine à perdre des guerres fratricides. Les ambitions pour 2022 seraient plutôt du côté d’anciennes figures du parti qui apparaissent désormais comme des électrons libres. A l’instar de Xavier Bertrand  : premier à quitter le navire après l’élection de Wauquiez, fin 2018, il a récemment confirmé avoir des vues sur l’Elysée et travaille son image d’homme de terrain à cette fin. Reste que l’ombre de Nicolas Sarkozy, meilleur candidat de la droite pour 76% des sympathisants LR, plane toujours. n L’INFO EN PLUS Tout juste inscrit sur Twitter, Christian Jacob a publié le premier tweet de sa vie le 24 juin dernier, pour confirmer sa candidature à la présidence de LR. Soucieux de conserver à tout prix l’unité de la droite, Christian Jacob est vu par certains soutiens comme l’héritier de Jacques Chirac, décédé fin septembre. En effet, l’ex-président est celui qui lui a ouvert les portes de la politique et permis d’être ministre trois fois. Un passé commun qui avait fait d’eux des amis. En outre, le nouveau patron de LR, ancien exploitant agricole et syndicaliste, a la réputation, comme « Chichi », d’un homme proche de la population, à l’aise sur le terrain. Celui qui était parfois surnommé « bébé Chirac » va devoir prouver qu’il est digne de son père spirituel.
TOULOUSE, BORDEAUXETMARSEILLE +22AUTRES DESTINATIONS AU DÉPART DE PARIS ÀPARTIR DE 50 € TTC ALLER SIMPLE FRAIS DE SERVICE INCLUS Avec unegammetarifairesimple,des cartes de réduction adaptéesàtoutes lessituationsetunpersonnel attentionné, Air France est la solution idéale pour vos voyages loisirs et professionnels. AIRFRANCE.FR Achetez au moins 40 jours avant le départ. Tarif TTC aller simple, àpartir de, soumis àconditions etàdisponibilité, 1 € de frais de service airfrance.fr inclus, sur vols directs en France métropolitaine uniquement, hors vacances scolaires. Bagage en soute non inclus. Les frais de service varient selon les points de ventes Air France ouagences de voyages. Renseignez-vous sur airfrance.fr, au 36 54 (coût d’un appel local) ou dans votre agence devoyages.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :