CNews n°2474 11 oct 2019
CNews n°2474 11 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2474 de 11 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 25

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : les Républicains, la nouvelle ère.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 P.HUGUEN/AFP Le parti, en difficulté depuis six mois, veut se relancer sur des bases saines, juste avant des municipales cruciales. Ils cherchent leur voix. Après la déroute historique aux européennes de mai (8,5%) et la démission de Laurent Wauquiez dans la foulée, Les Républicains, orphelins depuis bientôt six mois, vont désigner leur nouveau patron, lors d’un premier tour de scrutin organisé entre demain et dimanche. L’occasion pour la droite de clarifier sa ligne et d’apparaître comme une alternative crédible à Emmanuel Macron, avec la présidentielle de 2022 dans le viseur. Alors que le chef par intérim, Jean Leonetti, n’est pas prétendant au titre, trois candidats sont officiellement dans la course. Et face à un défi de taille  : relancer le parti. Au risque, sinon, qu’il disparaisse. Trois hommes pour un siège Donné vainqueur dès le premier tour, le favori est, pour l’heure, le leader des députés LR, Christian Jacob. Poids lourd de la droite, celui qui se dit sans ambition présidentielle veut « rassembler, réconcilier, rebâtir » sa famille politique, alors que plusieurs figures ont claqué la porte du parti durant l’ère Wauquiez, comme les présidents de région Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, ou l’ex-Premier mi- GRAND ANGLE N°2474 VENDREDI 11 OCTOBRE 2019 CNEWS.FR LES ADHÉRENTS DES RÉPUBLICAINS VONT VOTER À PARTIR DE DEMAIN LA DROITE ÉLIT SON CHEF Depuis la débâcle aux européennes de mai, suivie de la démission de Laurent Wauquiez, la formation se cherche. nistre Alain Juppé. S’il n’hésite pas à prôner des « quotas » pour endiguer une immigration « incontrôlée », il étrille régulièrement le RN, dont le seul but, comme Emmanuel Macron, est de « voir [LR] disparaître ». Les autres candidats en lice sont les députés Julien Aubert et Guillaume Larrivé, partisans d’une ligne plus conservatrice – ils étaient notamment présents dans le cortège anti-PMA du week-end dernier. Le premier espère s’imposer comme la carte souverainiste de LR, opposée au fédéralisme européen mais préoccupée de justice sociale et du rôle de l’Etat. Le second, qui veut abolir le droit du sol, défend quant à lui une ligne « nationale et libérale ». Promettant de nommer Julien Aubert vice-président s’il est élu, il réserve surtout ses critiques à l’égard du chef de l’Etat, ce « premier président post-national » qui ferait le lit d’une « guerre civile ». D’après lui, « 2022 doit être notre obsession collective ». Audelà des aspirants, la grande inconnue du scrutin reste la participation, qui s’annonce faible après une campagne éclair, sans grand débat à trois ni coup d’éclat. Comme résumé par un ténor LR au JDD, « cette élection n’intéresse personne ». Un ancrage local important La pression est d’autant plus forte sur le futur patron de LR que le plus dur restera à faire. Pris en tenaille depuis deux ans entre LREM et le RN, le parti, qui incarne de moins en moins l’opposition selon les sondages, a en effet tout à reconstruire ou presque  : sa ligne, ses rangs, son électorat. Bien que réduit, l’espoir de remontada pourrait alors venir des municipales de mars 2020, la droite profitant encore d’un ancrage local et d’un réseau d’élus importants, contrairement aux Verts ou aux « Marcheurs ». C’est dans cette optique que le président du Sénat, Gérard Larcher, a dévoilé hier une série de mesures concrètes à l’usage des futurs candidats, récoltées durant trois mois de pérégrinations à travers les territoires. Se L’OMBRE DE SARKOZY JC TARDIVON/SIPA REPÈRES 23 AVRIL 2017.Visé par une affaire, le candidat LR François Fillon est battu au 1er tour de la présidentielle, arrivant derrière Macron et Le Pen. 15 MAI. Premier à quitter le navire LR, Edouard Philippe, député-maire du Havre, est nommé chef du gouvernement, avant d’être rejoint par Gérald Darmanin et Bruno Le Maire. 10 DÉCEMBRE. Avec près de 75% des voix, Wauquiez est élu président de LR dès le premier tour. Xavier Bertrand fait défection le soir même. 15 JANVIER 2018.Après que l’UDI, jusqu’ici apparenté, exclut toute alliance avec Wauquiez, Alain Juppé ne renouvelle pas sa cotisation à LR. 2 JUIN 2019. Après le cuisant revers aux européennes, le patron du parti démissionne. Valérie Pécresse claque la porte trois jours plus tard. voulant arbitre, excluant de postuler à la prochaine présidentielle, il estime que la renaissance passera par les maires, « clés de voûte de la République ». Du moins si le parti ne tombe pas dans le piège d’Emmanuel Macron, qui voudrait faire des alliances avec les élus LR « compatibles ». Et ainsi acter par les urnes l’érosion de la droite traditionnelle, remplacée par le bulldozer macroniste. n L’INFO EN PLUS Alors que près de 100 000 adhérents avaient voté en décembre 2017, LR espère « atteindre les 50 000 votants » seulement, ce samedi, selon « Le JDD ». Si Nicolas Sarkozy a réaffirmé, fin août, « ne plus faire de politique », son héritage plane sur Les Républicains. D’abord parce qu’il est populaire  : accueilli en star à l’université du Medef fin août, l’ex-président reste, pour 76% des sympathisants LR, la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la droite. De même, il continue d’apparaître au-dessus des querelles partisanes, se posant en rassembleur des Français. Sans compter le succès de son dernier livre, Passions (éd. de l’Observatoire), que beaucoup voient comme les prémices d’un retour sur la scène politique.
CNEWS.FR GRAND PARIS N°2474 VENDREDI 11 OCTOBRE 2019 G. VAN DER HASSELT/AFP EN VALODE & PISTRE ARCHITECTES 5 On a plus de convergences que de 30 000 divergences [avec Cédric Villani], c'est COUREURS ensemble qu'on arrivera à proposer environ sont attendus dimanche matin pour les une politique nouvelle à Paris. 20 km de Paris. Le départ de cette 41 e édition sera donné au pied de la tour Eiffel. PROJET POUR LA GARE DU NORD 75 EXTINCTION REBELLION OCCUPE LA RUE BLOCAGE ÉTENDU À RIVOLI L’occupation fait tache d’huile. Déjà présents sur la place du Châtelet et ses alentours, les militants d’Extinction Rebellion (XR) ont aussi commencé à bloquer la rue de Rivoli hier. « Pour la vie, on prend Rivoli », ont ainsi scandé les manifestants écologistes, qui se sont installés sur la chaussée à plusieurs points d’accès de cet axe majeur de la capitale. La mobilisation de Le mouvement se veut pacifique. plusieurs centaines de personnes en cours depuis lundi est pacifique, encadrée par un service interne de sécurité, mouvement de « désobéissance civile » militants ne partent d’eux-mêmes. Ce et cernée par les forces de l’ordre. Le est né il y a un an au Royaume-Uni, et week-end dernier déjà, le centre commercial Italie 2 avait été occupé pen- coup de poing dans des grandes villes réalise depuis une semaine des actions dant près de 24 heures, avant que les à travers le monde. n pendrait le permis de construire, tandis que s’il est favorable, la municipalité pourrait décider de contre-attaquer en justice. Jean-Louis Missika, l’adjoint à l’urbanisme, a en effet déjà prévenu qu’en cas de validation, la mairie était prête à déposer des recours. De plus, ce face-à-face tendu pourrait se poursuivre plusieurs jours encore. Car si la Cnac doit prendre sa décision, elle peut très bien décider de ne pas la rendre publique tout de suite, voire même de s’octroyer un délai avant d'officiellement publier quoi que ce soit. La refonte de la gare du Nord pour 2024, élément incontournable des transports pour les JO, semble plus éloignée que jamais. n INDICE DE POLLUTION 35 Benjamin Griveaux, candidat LREM aux municipales à Paris, hier sur LCP. 75 LA RÉNOVATION DANS L’IMPASSE ? La mairie pourrait intenter des actions en justice, malgré l’avis de l’Etat. Une décision attendue. La Commission nationale d’aménagement commercial (Cnac) devait trancher hier au sujet du projet de rénovation de la gare du Nord (10 e). Au cœur du débat  : la superficie dédiée aux commerces, qui devrait passer de 5 000 à 18 000 m² en 2024. Une dizaine d’architectes de renom ont fait part de leur méfiance, estimant que le plan actuel « comprime l’espace laissé aux voyageurs ». La mairie de Paris insiste également sur le fait qu’il faut « améliorer la circulation », avec « moins de bâti et plus de vide ». L’opposition est si forte que la décision de la Cnac risque de n’être qu’un prélude à un autre épisode. Un avis défavorable sus- LA QUALITÉ DE L’AIR AUJOURD’HUI 0 25 50 75 >100 B. GUAY/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :