CNews n°2459 20 sep 2019
CNews n°2459 20 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2459 de 20 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 17

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : jeunes et mobilisés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 S. GRANGIER/CNEWS CLÉS DU JOUR N°2459 VENDREDI 20 SEPTEMBRE 2019 CNEWS.FR L’ŒIL DE... BON À SAVOIR L’HISTOIRE Laurence Ferrari CHANGER LE SYSTÈME SANS TOUT CASSER Une fois de plus, la France s’apprête à vivre un vif affrontement autour de la réforme des retraites. Et, cette fois, contrairement à l’épisode dantesque des grandes grèves de 1995, quand le gouvernement d’Alain Juppé voulait toucher aux régimes spéciaux, les changements concernent l’ensemble des catégories de travailleurs. En tout cas, l’essentiel des actifs, c’est-à-dire ceux qui sont Il faut réformer de manière juste et sans braquer la population. nés après 1963, et pas seulement ceux qui bénéficient de régimes spéciaux et représentent moins de 3% des salariés. Alors oui, il faut changer le système, qui n’est plus finançable en l’état, mais il faut le réformer justement et sans braquer la population, quelques mois après la contestation des gilets jaunes. Une contestation qui ne demande qu’à repartir. Un signal d’alarme est en train de retentir, et il faut l’entendre, au moment où les avocats, les infirmières, les policiers et les syndicats descendent dans la rue. Laurence Ferrari, à retrouver du lundi au jeudi, à 18h, dans Punchline sur CNEWS. À RETROUVER SUR.FR UNE VOITURE COINCÉE AU MILIEU DE CROCODILES Dans une vidéo, une trentaine de reptiles se prélassant sur une route australienne bloquent le passage d’un véhicule. D’OÙ VIENT L’EXPRESSION « RUER DANS LES BRANCARDS » ? Lorsqu’une personne tape du poing sur la table, on peut dire qu’elle « rue dans les brancards ». Contrairement à ce que l’on croit souvent, cette expression ne provient pas des civières qu’utilisent les infirmiers ou les pompiers. Apparue au XV e siècle, elle provient en réalité du langage des cochers de l’époque, et faisait alors référence à leurs attelages. Les brancards désignaient en effet les deux pièces de bois entre lesquelles les chevaux se trouvaient. Lorsque les animaux ne voulaient plus tirer l’attelage ou lorsqu’ils avaient faim, il leur arrivait alors de se débattre, voire même de ruer, entre L’IMAGE BAIES COMME BALEINE ces fameux brancards. L’expression a par la suite perduré dans le domaine des transports hippomobiles, avant d’entrer dans le langage populaire malgré la quasi-disparition des charrettes au profit des automobiles. Une entreprise agricole américaine du Massachusetts a récemment reproduit une baleine géante à l’aide de canneberges (cranberries en anglais), un arbrisseau poussant dans les tourbières et qui produit des fleurs ainsi que des baies roses. Cette initiative visait à annoncer son partenariat avec une association œuvrant dans la prévention des cancers du sein et de l‘ovaire. ZELDA, UNE LÉGENDE DE TROIS DÉCENNIES Un retour sur l’épopée de Link, le héros sauveur de la princesse Zelda jouable sur consoles depuis trente-trois ans. CAPTURE CNEWS NINTENDO G. LACZ/REX/SIPA OXLEY/SIPA OCEAN SPRAY/AP/SIPA LE DOUDOU PERDU RENVOYÉ PAR LA REINE Une affaire d’Etat. En voyage familial à Londres, Savannah, une petite Australienne de 5 ans, a récemment égaré son doudou, un singe en peluche baptisé Harriet, lors d’une visite du palais de Buckingham Palace. Un drame pour la petite fille qui a dû regagner son pays sans son compagnon. Sa maîtresse a alors eu la bonne idée de lui faire écrire une lettre à la reine Elizabeth pour savoir si Harriet avait été retrouvée. Et non seulement le petit singe n’était pas perdu mais, découvert par les gardiens du palais, il a eu droit à un traitement royal  : photo avec l’équipe, goûter dans les jardins de la reine et après-midi papote avec Rex, le corgi en peluche fétiche de Buckingham Palace. Ce dernier est d’ailleurs revenu en Australie avec Harriet, dont il est désormais inséparable. C’EST ARRIVÉ... UN 20 SEPTEMBRE La France et ses alliés remportent la bataille de l’Alma (1854). Lors du premier affrontement de la guerre de Crimée, la coalition franco-britannico-turque bat l’armée russe sur les rives du fleuve Alma. La France dit « oui » au traité de Maastricht (1992). Lors d’un référendum impulsé par François Mitterrand, 51% des Français se disent favorables à la ratification du traité fondateur de l’UE. Celui-ci prévoit notamment la libre circulation des personnes et des biens. INFECTÉ PAR LE VIRUS EEE, IL DÉCÈDE EN NEUF JOURS Un homme est brutalement mort de l’encéphalite équine de l’Est, une maladie infectieuse qui se répand aux Etats-Unis. ROYAL COLLECTION TRUST/HER MAJESTY QUEEN ELIZABETH II 2019
A. DE CSABAY ÉDITORIAL CNEWS.FR N°2459 VENDREDI 20 SEPTEMBRE 2019 UNE VILLE SOUS LA PLUIE, UNE PLANÈTE À SEC MERCREDI 18 SEPTEMBRE Six récitals dans six cathédrales. Du Jean-Sébastien Bach. C’est le beau programme entamé hier à Chartres par le violoniste Renaud Capuçon, accompagné d’un violoncelliste et d’un altiste. Suivront Lyon, le 22, Reims, le 24, Paris, le 25, Amiens, le 29 et Bordeaux, le 20 octobre. L’idée de ce mini-marathon est venue à Capuçon, car il a souhaité apporter sa contribution à la rénovation de Notre-Dame de Paris. J’aime, chez cet homme, sa faculté de réaction à tout événement, sa disponibilité pour aider telle ou telle cause. Renaud est un violoniste parmi les plus sollicités et les plus occupés. Quand il ne joue pas à Tokyo ou Los Angeles, il est à Verbier ou à Salzbourg, ou bien à Aix-en-Provence, qui lui doit l’invention et l’animation d’un fabuleux Festival de Pâques. A Biarritz, au G7, il a joué devant un Trump ébahi. Il aura néanmoins trouvé le temps pour cette initiative d’une « tournée des cathédrales » qui permettra de réunir (de façon évidemment bénévole) des fonds supplémentaires destinés à la reconstruction de Notre-Dame. A Chartres, il y avait huit cents personnes, et, me confie Renaud, « un silence exceptionnel ». Ce même jour, il pleut sur New York ! Entendons-nous  : je parle du 49 e film de Woody Allen, 83 ans, intitulé Un jour de pluie à New York, qui sort en salles. C’est un film savoureux, fin, avec un scénario bien structuré, interprété avec charme par une nouvelle génération de comédiens américains. Il y a une bande sonore choisie, une subtile lumière (le directeur de la photographie, Vittorio Storaro, est un maître), de l’humour et de la férocité, des situations parfois graves, parfois cocasses, le marivaudage juif new-yorkais, les jeux de l’amour et du hasard, le tout dans une ville cinégénique. Quelques séquences sont irrésistibles  : quand Timothée Chalamet joue du piano en chantant un air nostalgique ; quand Elle Fanning court, à moitié nue, sous la pluie, la nuit. Mon LA SEMAINE DE PHILIPPE LABRO confrère François Forestier a conduit un excellent entretien, le 12 septembre dernier, dans L’Obs. Woody Allen, à propos des accusations dont il est l’objet aux Etats-Unis (où il est totalement ostracisé), y affirme qu’il a été « faussement accusé » et que deux enquêtes l’ont lavé de tout soupçon. « Il ne s’est rien passé », dit-il. Il parle du tournage dans New York et livre cette anecdote  : il voulait de la pluie, mais, en six semaines, aucune goutte ! Alors, il a fallu utiliser des citernes. « J’ai même essayé d’intervenir auprès de Dieu, mais il ne me donne jamais de feedback (« de réponse »). J’attends un signe, et rien… Pas le moindre nuage. A l’âge de 3 ans, je lui ai téléphoné, il ne m’a jamais rappelé. Même pas un petit message enregistré. » JEUDI 19 SEPTEMBRE La semaine aurait été épatante si je n’avais eu, sur mon carnet de notes, qu’à faire part de la générosité « capuçonnienne » et de l’inventivité « allenesque ». Mais il y a des éléments négatifs dans l’actualité. Ainsi, les pré visions catastrophistes d’une centaine de scientifiques français sur le réchauffement climatique. Les chiffres font peur  : fréquence des canicules, hausse des températures de 7 °C à la fin de ce siècle, sécheresses longues et étendues. Opportunément, le grand magazine américain Time publie un numéro spécial  : 2050. Comment la Terre a survécu. Ecrivains, reporters, spécialistes font d’abord une description tragique de ce qui peut arriver jusqu’à 2050, mais ils parient ensuite sur notre survie grâce au combat mené par les jeunes, une prise de conscience mondiale, une réduction progressive, vigoureuse et universelle des émissions de carbone. Sous la plume du journaliste Bill McKibben, on lit  : « Notre civilisation a vacillé. Nous dansons aussi dangereusement que nous le pouvons, mais, jusqu’ici, Philippe Labro est écrivain, cinéaste et journaliste. Tous les vendredis, pour CNEWS, il commente ce qu’il a vu, vécu et observé pendant la semaine qui s’est écoulée. Un bloc-notes toujours subjectif, libre, et sans langue de bois. Woody Allen a choisi New York pour décor, avec une nouvelle génération d’acteurs et d’actrices éblouissants. nous ne nous sommes pas écrasés. » Dieu vous entende, Monsieur McKibben – même si Woody Allen nous dit qu’il n’écoute personne. n Philippe Labro p.labro@cnewsmatin.net Un climat toujours plus inquiétant. J. MIGLIO/MARS FILMS N. HARNIK/AP/SIPA 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :