CNES Mag n°85 jui/aoû 2020
CNES Mag n°85 jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°85 de jui/aoû 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : origines de la vie, l'ultime recherche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Le cratère Gale où est situé le Mont Sharp. SAM MOLÉCULES ORGANIQUES SOUS HAUTE SURVEILLANCE e l’eau a bien coulé sur Mars il y a 3,5 à 4 milliards d’années. D Opportunity et Spirit, les deux rovers de la mission Mars Exploration Rover de la NASA (2004-2019), l’ont prouvé. Les prochaines missions 1 apporteront peut-être des preuves de vie passée. En attendant, Curiosity étudie depuis 2012 l’habitabilité martienne via SAM, le laboratoire franco-américain dont il est doté. Il comprend trois instruments analytiques complémentaires, dont un chromatographe en phase gazeuse (cf. Transfert p. 36) développé par le Latmos 2 et le Lisa 3 sous l’égide du CNES. Dès 2014, SAM a mis en évidence la présence dans le sol de molécules contenant jusqu’à 12 atomes de carbone, mais aussi d’hydrogène, d’oxygène et de soufre, des éléments pouvant constituer des molécules organiques prébiotiques. Il a également relevé une variation saisonnière intrigante de la concentration de méthane dans l’atmosphère. Il poursuit aujourd’hui ses analyses avec des échantillons prélevés dans différentes strates du mont Sharp, au centre du cratère Gale. Ces deux prochaines années, il doit explorer la couche d’argile et la couche de sulfates, dont l’analyse est très attendue par la communauté scientifique. 1. ExoMars 2022 ou Mars Sample Return (MSR). 2. Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales. 3. Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques. L’ESSENTIEL 1 0 COMÈTE CHURY LES RÉVÉLATIONS DE ROSETTA n 2016, Philae se posait sur la comète Churyumov-Gerasimenko, surnommée E « Chury ». Trois jours plus tard, il s’éteignait alors que la sonde Rosetta, qui l’avait déposé, poursuivait sa collecte d’informations. Résultat : le deutérium, isotope 1 de l’hydrogène, est cinq fois plus abondant dans les molécules d’eau de la comète que sur Terre. De quoi conforter les thèses qui accréditent l’intercession des comètes dans l’origine de l’eau sur Terre. Si elle complexifie la compréhension de la formation du système solaire, l’hypothèse n’est pas exclue. L’abondance des isotopes d’éléments tels que le xénon fait penser que les comètes ont joué un rôle dans la constitution de l’atmosphère terrestre. Des molécules organiques comme la glycine, le plus simple des acides aminés, ont été décelées dans l’environnement de Chury. Enfin, des mesures tendent à prouver que son noyau, partiellement formé de glaces diverses (CO 2 , eau, ammoniaque...) et de roches, abriterait aussi des macromolécules de matière organique en abondance. 1. Atomes de même numéro atomique mais de masse atomique différente.
JUICE PLONGÉE AU FOND DES OCÉANS JOVIENS n 1610, Galilée l’avait affirmé : Jupiter E et ses satellites sont un modèle du système solaire en miniature. Depuis, quelques sondes 1 ainsi que deux missions américaines – Galileo (1995) et Juno (toujours en orbite) – se sont intéressées au monde jovien. Retenue par l’ESA, la mission Juice du programme Cosmic Vision (2015-2025) va poursuivre la tâche. Elle étudiera de plus près les trois lunes de Galilée riches en glace : Europa, Ganymède et Callisto. Pourquoi ? Parce qu’elles abritent des océans qui n’ont pas encore livré leurs secrets. Quels sont leurs caractéristiques, leur environnement ? Sont-ils grands, CASSINI-HUYGENS VOYAGE AU CŒUR DES LUNES DE SATURNE Jupiter et ses quatre lunes : de bas en haut Callisto, Ganymède, Europa et Io. petits, profonds ? Celui de Ganymède pourrait être enfoui sous 100 km de glace et atteindre 700 km d’épaisseur. Europa, plus accessible, peut-elle soutenir des comparaisons avec des habitats profonds terrestres ? Juice étudiera aussi en continu l’atmosphère et la magnétosphère de Jupiter, ses interactions avec ses lunes. E t le voyage dura 20 ans ! De 1997 à 2017, en visitant Saturne et ses satellites Titan et Encelade, Cassini-Huygens 1 a remis en question notre vision du système solaire. Comme l’atmosphère de la Terre, celle de Titan est dominée par l’azote mais contient aussi du méthane et des composés organiques. Titan présente avec la Terre d’autres analogies : une diversité géologique composée de dunes, montagnes et volcans, une atmosphère chargée de nuages, de pluies ainsi que la présence de mers, lacs faits de méthane 1 1 La charge utile embarquera plusieurs instruments français (spectromètres, radar, etc.) dont le CNES assure la maîtrise d’ouvrage. Lancée en 2022, elle atteindra Jupiter en 2030 et passera trois ans dans l’univers jovien pour finalement se mettre en orbite autour de Ganymède. 1. Pioneer, Voyager. et d’éthane liquide. Encelade, elle, a révélé des geysers gigantesques à sa surface (cf. En images. p 17), ils correspondraient à des remontées de liquides d’un océan sous-glaciaire. Ces panaches de vapeur d’eau et de grains de glace présentent des similitudes avec les sources hydrothermales des dorsales océaniques sur Terre. Ils interrogent sur des « zones d’habitabilité », ces surfaces théoriques dont l’environnement laisse penser qu’il pourrait être compatible avec l’existence de la vie. 1. Mission d’exploration planétaire (NASA-ESA-ASI).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :