CNES Mag n°79 fév/mar/avr 2019
CNES Mag n°79 fév/mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°79 de fév/mar/avr 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : indispensable espace !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LOI DE PROGRAMMATION MILITAIRE CONNAISSANCE ET ANTICIPATION, LA PRIORITÉ à intervalles réguliers, la programmation militaire fait l’objet d’une loi. Promulguée le 13 juillet 2018, la loi de programmation militaire (LPM) pour les années 2019-2025 accorde une priorité à la fonction stratégique « Connaissance et anticipation », à laquelle le spatial apporte une contribution très substantielle. Elle conforte aussi l’innovation dans son rôle de levier majeur pour « garantir l’autonomie stratégique » de la France. Par ailleurs, elle réaffirme la nécessité de moderniser les moyens de surveillance. Une nouvelle génération de systèmes orbitaux de renseignement sera donc mise en service  : CSO pour l’optique et Ceres pour l’électromagnétique. Le CNES jouera un rôle central dans cette montée en puissance ; il est maître d’ouvrage délégué de la composante spatiale du programme CSO et étroitement impliqué dans le développement de Ceres. Pendant la période couverte par la LPM, deux nouveaux satellites de télécommunications militaires Syracuse 4 prendront également le relais des Syracuse 3. L’ESSENTIEL 0 8 COOPÉRATIONS EUROPÉENNES PARTENAIRES PRIVILÉGIÉS DE CSO L’observation spatiale militaire française se nourrit des coopérations. Les partenaires profitent ainsi de capacités très performantes qu’ils ne possèdent pas en propre. En 2002, la France a signé les accords de Schwerin avec l’Allemagne et, en 2004, ceux de Turin avec l’Italie. Au titre de ces accords, la France bénéficie des images des satellites radars SAR-Lupe (Allemagne) et Cosmo-Skymed(Italie). En échange, elle livre des images très haute résolution (THR) de ses satellites optiques Hélios. Ce modus operandi devrait être retenu pour la nouvelle génération représentée par CSO (France), Sarah (Allemagne) et Cosmo-SkymedNG (Italie). L’Italie est aussi un partenaire privilégié dans le domaine des télécommunications spatiales  : Athena-Fidus, le satellite dual franco-italien, offre d’intéressantes performances en termes de débit et Sicral 2, le satellite militaire italo-français, embarque une charge utile française.
STRATÉGIE UN RENFORCEMENT DES SYNERGIES POUR L’INNOVATION A vec Myriade, le CNES a démontré son expertise dans le domaine des petites plateformes orbitales évolutives. Depuis 1998, la filière a équipé de nombreux programmes civils et militaires comme le démonstrateur opérationnel d’écoute électronique Elisa, actuellement en orbite. Dans la même logique, le CNES soutient aujourd’hui l’émergence d’une filière industrielle française de nano-satellites. Il fait notamment le lien entre laboratoires, start-up, PME, industriels… Il sera aussi un interlocuteur privilégié de l’Agence de l’innovation de défense, nouvellement créée. « Acteur central de la nouvelle stratégie d’innovation du ministère des Armées », cette entité identifiera les innovations du secteur civil qui pourraient intéresser les usages militaires et accélérer leur intégration dans les programmes de défense. En novembre, l’Agence a organisé son premier Forum (cf. p.34). L’APPORT DU SPATIAL À LA DÉFENSE LE RENSEIGNE- MENT D’ORIGINE IMAGE La source de l’image peut être générée par un télescope, des radiomètres, des radars imageurs, etc. Recueillis sous forme codée binaire, les flux de données sont « traduits » en cartographies et en images exploitables. LE RENSEIGNEMENT D’ORIGINE ÉLEC- TROMAGNÉTIQUE Il repose sur l’écoute et la localisation des sources d’émission d’ondes (antennes émettrices, instruments de télémesure, radars, etc.) utilisées pour communiquer des informations à un récepteur. LES TÉLÉCOM- MUNICATIONS Elles transmettent des informations numérisées entre un émetteur et un récepteur. Le relais satellitaire permet de relier rapidement et de façon fiable des théâtres d’opérations à grande distance des bases arrière. 0 9 3,6 milliards d’euros C’est l’enveloppe attribuée par la loi de programmation militaire 2019-2025 au domaine spatial. Elle comprend le développement et la réalisation des satellites Syracuse 4 A et B, Ceres et CSO. Ce budget financera aussi des travaux de recherche sur les programmes post-CSO et Syracuse 4C. Ligne 191 La ligne de programmation budgétaire 191 alimente les R&D du CNES pour la recherche de solutions innovantes établissant des interconnexions fructueuses, réciproques et porteuses de plus-values entre secteur civil et militaire. Dans le projet de loi des finances 2018, la ligne 191 affectait 150 millions d’euros au CNES pour la recherche de solutions duales. BASE 110 Un gigantesque flux de données, dont des données spatiales, alimente chaque jour le centre névralgique de la Direction du renseignement militaire (DRM), la base aérienne 110, à Creil. Un millier d’experts trient, interprètent et analysent ces données pour que décideurs civils et miliaires appréhendent au mieux les situations. L’ALERTE AVANCÉE Elle permet de détecter le lancement de missiles depuis les territoires adverses et de déclencher des moyens de défense ou de mettre en œuvre des processus de dissuasion. LA SURVEILLANCE DE L’ESPACE Elle sert à protéger les satellites de défense des collisions ou des actes hostiles, et de suivre les rentrées à risque d’engins spatiaux.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :