CNES Mag n°79 fév/mar/avr 2019
CNES Mag n°79 fév/mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°79 de fév/mar/avr 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : indispensable espace !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
QUELS SONT LES GRANDS ENJEUX À VENIR POUR LA DÉFENSE NATIONALE ? Florence Parly  : Le monde est en proie à des menaces toujours plus vives, plus imprévisibles, plus technologiques. Le terrorisme frappe toujours et s’est encore rappelé à nous durement. Les puissances cherchent à s’affirmer par tous les moyens et la course à l’armement reprend. Les nouvelles technologies et le numérique offrent des opportunités formidables mais aussi des nouveaux espaces de conflit. Le spatial est bien évidemment au cœur de tous ces enjeux. La conduite des opérations passe par l’espace, qui nous permet de surveiller, connaître, guider. Et dans l’espace, des technologies défensives et offensives se développent, les satellites peuvent être espions ou être espionnés. Par ailleurs le New Space 1 permet à de nouveaux États et à des acteurs privés de disposer d’accès plus faciles à l’espace, ce qui pourrait considérablement déstabiliser les équilibres actuels. LE RÔLE DU SPATIAL DE DÉFENSE SERA-T-IL ALORS AMENÉ À ÉVOLUER ? F. P.  : Vous l’avez compris, l’espace est plus que jamais une des clés de voûte de notre défense. Face à la montée des menaces, le résultat est sans appel  : nous devons agir et nous adapter. Ma priorité est de protéger nos satellites en étant capables de détecter et attribuer les actes inamicaux voire hostiles sur les différentes orbites d’intérêt. Nous devons avoir une surveillance GRAND ORAL FLORENCE PARLY MINISTRE DES ARMÉES « LA FRANCE A TOUJOURS ÉTÉ PIONNIÈRE DANS LA CONQUÊTE SPATIALE, ELLE LE RESTERA. » et une protection robustes pour nos satellites  : j’en fais une priorité. Je sais qu’elle est partagée par le président de la République et je lui ferai très prochainement des propositions en ce sens. IL SEMBLERAIT QUE LES SATELLITES PUISSENT DEVENIR EUX-MÊMES DES CIBLES, COMMENT DOIT-ON ANTICIPER CETTE NOUVELLE MENACE ? F. P.  : Une chose est sûre  : l’espace exo-atmosphérique est devenu un espace de confrontation à part entière. La France a toujours été pionnière dans la conquête spatiale, elle le restera. Ma priorité, c’est de surveiller, identifier et caractériser ce qui advient à proximité de nos satellites. Pour réussir, je souhaite qu’ils soient équipés prochainement de moyens de détection. Nous allons travailler en coopération avec 1 4 nos partenaires européens pour construire une capacité autonome de veille de l’espace plus précise qu’aujourd’hui. Nous nous appuierons enfin sur les services de surveillance dans l’espace de certains industriels. Faudra-t-il aller plus loin pour nous protéger, nous défendre et dissuader quiconque de s’approcher de nos satellites ? Nous n’écartons aucune éventualité. L’ACCÈS « AUTONOME » À L’ESPACE EST-IL INDISPENSABLE POUR LA DÉFENSE D’UNE NATION ? POURQUOI ? F. P.  : Grâce aux satellites, nous observons nos ennemis, comprenons leurs méthodes et trouvons leurs caches. Grâce à l’espace, nous planifions nos opérations, assurons la sécurité de nos forces et entretenons notre dissuasion. Pour y parvenir, il nous faut placer des capacités essentielles en orbite. La question est donc simple  : voulons-nous être tributaires ou autonomes ? Ma réponse est claire  : l’autonomie stratégique est au cœur de mon action. Nous devons être maîtres de nos renseignements, de nos opérations, de notre dissuasion ; nous devons donc être maîtres de notre accès à l’espace. L’ACCÈS À L’ESPACE AVEC TOUJOURS PLUS DE NOUVEAUX ACTEURS CHANGE-T-IL LA DONNE ? POURQUOI ? F. P.  : L’accès à l’espace se démocratise et de nouveaux acteurs multiplient les offres à des coûts ou des délais réduits. Ce n’est pas une mauvaise nouvelle  : les potentialités scientifiques ou
commerciales de l’espace vont ainsi pouvoir être exploitées bien plus qu’elles ne le sont aujourd’hui. De multiples projets, souvent privés, de constellations de satellites d’observation ou de télécommunications voient le jour, promettant toujours plus de services et des applications infinies. Mais cela pose aussi un certain nombre de questions, notamment parce que les orbites utiles ne sont pas extensibles et que la régulation de l’espace mise en place il y a cinquante ans n’avait pas anticipé ces changements. Il faudra donc établir rapidement des règles de bonne conduite et de comportements responsables. Aussi, la multiplication des offres de lancement fragilise naturellement le modèle économique et industriel du lanceur européen. À nous de l’adapter pour garantir la pérennité de cette technologie stratégique. POUR VOUS, LES MOYENS SPATIAUX MILITAIRES SONT-ILS UN ATOUT OU SONT-ILS DEVENUS UNE NÉCESSITÉ ? F. P.  : Prenons un exemple précis  : l’opération Hamilton, c’est-à-dire nos frappes en réponse aux attaques chimiques du régime syrien. Nos capacités spatiales ont été déterminantes à chaque étape  : pour planifier et trouver les usines et les entrepôts chimiques du régime, « LE CNES EST UNE CHANCE POUR LA FRANCE, IL RASSEMBLE LES COMPÉTENCES LES PLUS RARES ET LES EXPERTISES LES PLUS PRÉCIEUSES. » GRAND ORAL pour guider nos aviateurs, pour garantir nos communications et la coordination avec nos alliés américains et britanniques, etc. Je me limite à cet exemple mais croyez-moi, j’en ai bien d’autres. En un mot, l’espace est aujourd’hui indispensable à notre défense. Nos moyens spatiaux sont donc à la fois un atout inestimable et une nécessité absolue. DANS CE CONTEXTE, QUEL EST LE RÔLE D’UN ÉTABLISSEMENT COMME LE CNES ? FACE AUX NOUVELLES MENACES SUR NOS SATELLITES ET AU BOULEVER- SEMENT CRÉÉ PAR LE NEW SPACE, QU’EN ATTENDEZ-VOUS ? F. P.  : Le CNES est une chance pour la France, il rassemble les compétences les plus rares et les expertises les plus précieuses dans le domaine spatial. Les technologies spatiales étant pour l’essentiel de nature duale, le Centre spatial est précieux pour la recherche et la réalisation de nos moyens spatiaux militaires. Il est chargé des programmes de recherche duale pour le compte de la DGA et assure la maîtrise d’ouvrage de nos satellites militaires, leur garantissant fiabilité et qualité. Par exemple CSO, la composante spatiale optique du programme Musis, nous le devons au CNES, qui nous permet de disposer d’un outil de renseignement à la pointe de l’art. Dans un contexte de nouvelles menaces, le CNES travaille remarquablement sur les évolutions technologiques qui doivent nous permettre de développer la surveillance de l’espace. Et je sais qu’il ne ratera pas le virage 1 5 technologique dans le foisonnement actuel d’idées, d’innovations et d’opportunités. Quant au New Space, ce ne sont pas nécessairement des technologies radicalement nouvelles, mais souvent des ruptures d’usage obtenues grâce à l’intégration industrielle de technologies éprouvées, à des coûts très compétitifs. Ces ruptures ne sont possibles qu’avec un investissement institutionnel fort, comme l’a montré l’ascension de SpaceX, largement subventionné à ses débuts par l’administration américaine. Le New Space bouleverse notre modèle industriel, et peut-être faudra-t-il revoir demain notre rapport avec les industriels. Quoi qu’il en soit, le ministère des Armées sait ce qu’il doit à la qualité du CNES et je veillerai à ce que les relations entre le ministère et le CNES soient toujours aussi denses et mutuellement bénéfiques. 1. New Space, ou Entrepreneurial Space, désigne le mouvement lié à l’émergence d’une industrie spatiale d’initiative privée. Profil 2006-2013 Directrice de la Stratégie d’investissement d’Air France puis directrice générale adjointe en charge du Cargo et enfin directrice générale adjointe de l’activité Court-courrier 2014 Directrice générale déléguée puis directrice générale de SNCF Voyageurs. 2017 Nommée ministre des Armées.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :