CNES Mag n°66 oct 15 à jan 2016
CNES Mag n°66 oct 15 à jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de oct 15 à jan 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : innovation, un booster pour l'emploi !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
/* imagerie spatiale a longtemps L’servi à des applications et usages institutionnels ou professionnels. La multiplication des usages grand public et la banalisation des images gratuites sur internet changent la donne. Les fournisseurs historiques qui répondaient à la demande publique (sécurité, défense, etc.) voient arriver de nouveaux opérateurs privés qui ouvrent une brèche dans le système économique traditionnel. LE DÉFI DE L’IMAGERIE SPATIALE Face à la concurrence des géants de l’Internet et des pays émergents, le CNES ne peut miser sur ses seuls satellites pour faire la différence sur le marché de l’imagerie. L’heure est aujourd’hui au développement d’une offre spatiale aval adaptée aux nouveaux usages. LE CNES EN ACTIONS 2 6 Venus de la planète 2.0 et de l’Internet, ils s’appellent Skybox + Google ou Planet Labs. Depuis juin 2014 et le rachat de Skybox Imaging, Google est en capacité de produire ses propres images et de devenir fournisseur d’imagerie. Il n’est pas un cas unique. Planet Labs a lancé ses « doves » (des nanosatellites type CubeSat) début 2014 et rêve d’exploiter la plus grande constellation de satellites d’imagerie de la Terre. Urthecast a installé ses caméras sur la Station spatiale internationale pour filmer la planète en continu. Tous affichent leur volonté de développer des services applicatifs « de masse » à partir de flottes de petits satellites. De qualité standard, low cost, ces produits seraient commercialement accessibles, mais pas « low value ». EFFET D’AUBAINE Outre ces nouveaux entrants, une autre donnée fait évoluer le marché de l’imagerie spatiale  : des pays comme la Chine, autrefois « clients » d’images, disposent de leurs propres satellites. Ils alimentent leurs programmes de cartographie nationale. Ils s’inscrivent en moins-value dans les carnets de commandes des opérateurs classiques et deviennent, eux aussi, fournisseurs potentiels d’imagerie. D’autres pays émergents vont suivre. Dans ce contexte, le CNES a mis en place une activité de veille. Il suit ces évolutions et cherche à renforcer, à partir d’éléments de compréhension, le développement du spatial aval. Encore mal définie, cette démocratisation pourrait, par effet d’aubaine, banaliser l’utilisation d’une imagerie de qualité standard, faire naître usages et métiers nouveaux pour, finalement, bénéficier à l’économie. À l’autre bout de la chaîne, malgré tout, la très haute résolution, avec sa précision et ses hautes performances, garantit une utilisation des services traditionnels pour des missions à haut niveau d’exigence. Elle reste l’apanage de quelques rares pays dont la France.
LE DRONE DESYSVEO PREND SON ENVOL EN JUILLET 2013, CLÉMENT ALAGUILLAUME ACQUIERT UN BREVET DÉPOSÉ PAR LE CNES d’après les travaux de Mario Delail sur le robot martien. Au sein de Sysveo, la start-up qu’il crée dans la foulée, l’analogie entre robot et drone fait émerger une application logicielle de réalité augmentée. Intégré sur drone, le logiciel croise environnement virtuel et monde réel. Le concept séduit les architectes, les urbanistes, les acteurs du BTP, les climaticiens… Cette extension pertinente de brevet vaut à Sysveo, assembleur de drones civils, un développement rapide. Désormais membre d’un consortium, Sysveo a engagé ses drones sur un projet préindustriel innovant de santé, Drones for life à Bordeaux. HTTP://WWW.SYSVEO.FR MATIÈRE 2 7 VIDÉO Reportage au cœur de la société Sysveo



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :