CNES Mag n°52 jan/fév/mar 2012
CNES Mag n°52 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : l'innovation Pléiades.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
J société Society u MARIE-CLAUDE SIRON, CNES Sauvegarde DES ANGUILLES DANS LE TOURBILLON DE LA MER DES SARGASSES Les anguilles sont des créatures fascinantes. Depuis la nuit des temps, elles s’entourent d’un mystère, celui de leur lieu de naissance. Leur population étant en déclin, elles font actuellement l’objet d’une étude européenne utilisant les satellites du système Argos pour mieux comprendre leur comportement. 1 Eeliad, European Eels in the Atlantic : Assessment of their Decline. En l’espace de trente ans, la capture d’anguilles est passée en Europe de 40 000 à 20 000 tonnes. Les pêcheries, fortes de 25000 employés, s’en sont émues, et les scientifiques se sont mobilisés. Lancé en 2008, le programme européen de recherche Eeliad 1, financé par l’Union européenne, est destiné à déterminer les raisons de ce déclin. Trois ans après son lancement, il affiche déjà des résultats. En s’appuyant notamment sur les données fournies par des balises Argos fixées sur le dos d’une centaine de spécimens, le projet a amélioré les connaissances sur leurs migrations, leur nourriture, leurs prédateurs et précisé leurs lieux de ponte. Un lieu de fantasmes Si la mer des Sargasses a été retenue dès 1922 comme lieu de ponte vraisemblable, jusqu’à présent aucune anguille adulte n’y a été retrouvée. Cette mer recèle simplement les plus petites larves d’anguilles existantes. Située au large des Bermudes, à 7000 km des côtes européennes, dans l’Atlantique Nord, la mer des Sargasses s’étend sur une longueur de 3200 km. Cette zone calme, sans vent ni vagues, se caractérise par une abondance de végétaux à sa surface. Une abondance telle qu’elle est réputée ralentir la progression des voiliers et se révèle un lieu propice aux fantasmes, en particulier ceux mettant en scène des pieuvres monstrueuses enlaçant des marins terrorisés ! CONSERVATION Eels in the Sargasso Sea Eels are fascinating creatures. Since the dawn of time, mystery has always surrounded their birthplace. A European project is currently investigating this declining population using Argos satellitebased transmitters. Eel catches in Europe have dropped within 30 years from 40,000 to 20,000 tonnes. The fishing industry, with its 25,000 employees, has set the alarmbells ringing and scientists have now stepped in. The EUfunded EELIAD 1 programme was initiated in 2008 to find the reasons for this decline. Three years later, it has already provided a wealth of information. Using data from Argos pop-off satellite tags (PSATs) fitted to some 100 eels, EELIAD has identified their migration patterns, feeding habits and predators, and even pinpointed their spawning grounds. Feeding fantasies Although as far back as 1922 the Sargasso Sea was thought to be a likely spawning ground, no adult eels had ever been found there. This sea actually contains the smallest eel larvae in the world. Located in the North Atlantic off the Bermudas, the Sargasso Sea is about 1,100 kilometres wide and 3,200 kilometres long. It is a calm area characterized by seaweed so abundant it can slow down yachts. It also feeds fantasies of giant sea monsters rising from the deep to grab terrified sailors. Argos transmitters EELIAD brings together scientists fromeight countries and uses two kinds of transponder. Argos PSATs record data every 15 minutes during eel migration. With a lifetime of six to 12 months, they are programmedto pop off on a specific date and then float to the surface. Their pressure sensor determines the depth at which eels swim and dive, and a temperature sensor indicates their preferred sea temperature. The PSATs also determine longitude with reference to the times at which the eels dive and rise again, themselves related to sunset and sunrise. Electronic tags with a lifetime of two years are also placed inside the eels to provide additional data on water temperature and depth. Nearly 80% of the Argos PSATs have provided expected results. Initial observations based on the data from both types of tag show that European eels all converge near the Azores, travelling a maximum of 40 to 50 kilometres a day. Surprisingly, they migrate vertically from –1,200 metres to –200 metres every day. The next part of the study should clearup some of the mysteries surrounding these creatures, such as migration routes towards spawning grounds, the role of ocean currents, migration times and the percentage of eels that actually arrive. The programme’s second objective is to improve management of eel habitats and fisheries. Its final results should be available by late 2012. 1 European Eels in the Atlantic : Assessment of their Decline. 56/cnesmag JANVEIR 2012
J u LILIANE FEUILLERAC, CNES Society société Le rôle des balises Pour mener à bien leurs recherches, les équipes de scientifiques, issues de huit pays différents, utilisent deux sortes de balises. D’une part des balises Argos, qui sont fixées sur le dos des poissons. Programmées pour se détacher à une date précise, elles ont une durée de vie de six à douze mois et enregistrent de l’information toutes les quinze minutes pendant la durée de la migration. Elles sont dotées d’un capteur de pression pour déterminer la profondeur de leur plongée et d’un capteur de température pour informer sur leur préférence thermique. Ces balises précisent également la longitude à laquelle évolue l’anguille, en fonction des heures de descente et de montée des anguilles calées sur le coucher et le lever du soleil. D’autre part, des balises électroniques, d’une durée de vie de deux ans et placées à l’intérieur du poisson, qui fournissent des informations complémentaires sur la profondeur et la température de l’eau, et sont récupérées au final par les chercheurs. Près de 80% des balises Argos ont fourni les informations attendues. Les premières observations extraites des résultats des deux types de balises montrent que les anguilles d’Europe convergent toutes vers les Açores, au rythme de 40 à 50 km par jour (au maximum). Elles réalisent d’étonnantes migrations verticales quotidiennes, remontant en journée de – 1200 mètres à – 200 mètres. La suite de l’étude devra éclaircir quelques mystères, notamment les routes de migration vers les zones de ponte, le rôle des courants océaniques, les temps de migration et le pourcentage d’anguilles arrivées à destination. Le programme s’est donné un autre objectif, celui d’améliorer la gestion des habitats et des pêcheries d’anguilles. Ses derniers résultats devraient nous parvenir fin 2012. Energy Régime pour astronautes Les astronautes à bord de l’ISS ne craignent pas l’obésité. Les vols spatiaux de courte durée (quinze jours maximum) ont montré systématiquement une perte de leur masse corporelle. L’expérience Energy vient de démarrer avec pour objectif d’expliquer ce phénomène. « Pendant une session Energy, des repas standardisés sont fournis par le CNES dans le cadre de l’activité SEM (Special Event Meals). Différents paramètres sont mesurés comme la dépense énergétique totale ou le métabolisme au repos, en utilisant plusieurs méthodes », explique Alain Maillet du Cadmos 1. Energy se répartit en deux sessions identiques de dix jours consécutifs : une avant le vol pendant la phase d’entraînement, l’autre pendant le vol après un minimum de quatrevingt-dix jours dans la station orbitale. La première session a eu lieu en septembre. Celle en vol est programmée pour mars 2012. En parallèle, les astronautes porteront pendant les dix jours de l’expérience le dispositif Armband pour caractériser leur activité physique. Au total, Energy comportera neuf sujets répartis sur les trois prochaines années. Les données de l’expérience seront archivées à Damec (Usoc danois) et au Cadmos. ENERGY EXPERIMENT Diet for astronauts Obesity is not a problem for astronauts on the ISS. Short spaceflights—up to 15 days—systematically result in a loss of body mass. The Energy experiment, now underway, seeks to explain this phenomenon. « Throughout each Energy session, CNES supplies standardized meals as part of the SEM activity (special event meals), » says Alain Maillet of the CADMOS centre for development of microgravity applications and space operations. « Various methods are used to measure such parameters as total energy expenditure and metabolism at rest. » The experiment comprises two identical sessions of 10 consecutive days : one during the pre-flight training phase, the other during the mission itself, after at least 90 days on the station. The first session took place in September. The second is scheduled for March. Throughout the 10 days, astronauts wear an armband device which records their physical activity. Nine volunteers will take part in the Energy experiment over the next three years. Data will be held at the Damec USOC (user support and operations centre) in Denmark and at CADMOS in Toulouse. 1 Centre d’Aide au Développement des activités en Micropesanteur et des Opérations Spatiales du CNES. JANVIER 2012 cnesmag/57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 1CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 2-3CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 4-5CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 6-7CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 8-9CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 10-11CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 12-13CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 14-15CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 16-17CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 18-19CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 20-21CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 22-23CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 24-25CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 26-27CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 28-29CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 30-31CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 32-33CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 34-35CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 36-37CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 38-39CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 40-41CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 42-43CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 44-45CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 46-47CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 48-49CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 50-51CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 52-53CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 54-55CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 56-57CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 58-59CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 60-61CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 62-63CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 64-65CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 66-67CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 68-69CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 70-71CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 72-73CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 74-75CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 76