CNES Mag n°52 jan/fév/mar 2012
CNES Mag n°52 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : l'innovation Pléiades.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
J POLITIQUE Business & politics De gauche à droite : Pierre Tréfouret, directeur de la communication externe, de l’éducation et des affaires publiques, Marc Pircher, directeur du Centre spatial de Toulouse, Nicolas Sarkozy, président de la République, Emmanuel Terrasse, conseiller recherche, espace et industrie au cabinet de Laurent Wauquiez, Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Yannick d’Escatha, président du CNES, et Pierre Lasbordes, président du groupe parlementaire sur l’espace. From left : Pierre Tréfouret, Director of External Communications, Education and Public Relations ; Marc Pircher, Director of the Toulouse Space Centre ; French President Nicolas Sarkozy ; Emmanuel Terrasse, advisor on research, space and industry to Laurent Wauquiez ; Laurent Wauquiez, Minister for Higher Education and Research ; CNES President Yannick d’Escatha ; Pierre Lasbordes, Chairman of the French parliamentary space group. de chercher et de convaincre, pour que la politique spatiale française voie le jour. Scientifiques, militaires, dirigeants politiques : dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce sont des visionnaires qui ont lutté pour doter la France d’une ambition spatiale. S’ils n’avaient pas été là, nous ne serions pas ici. Je pense à ces ingénieurs militaires qui, malgré l’abandon du projet de fusée française au début des années 1950, ont poursuivi leur travail pour donner naissance au lanceur français Véronique. Vous voyez, la décision politique d’abandonner, cela prouve qu’il y a toujours eu, à toutes les époques, des gens qui n’ont pas cru aux progrès techniques et qui, n’y croyant pas, n’ont pas d'ambition, et cela se paie des décennies plus tard. Je veux rendre hommage à ces pionniers de l’aventure spatiale française, qui ont bâti les fondements des technologies qui nous sont si précieuses aujourd’hui. Vous êtes les héritiers de ces pionniers. Les noms de Spot, Ariane, Hélios, Galileo sont désormais familiers aux Français. Les Français connaissent les noms des spationautes qui ont marqué notre histoire, dont certains sont parmi nous aujourd’hui, Claudie, Philippe. Et c’est ici, à Toulouse, au CNES, que ces programmes sont nés et ont été mis en œuvre. C’est ici, au CNES, que nos spationautes ont été sélectionnés. Et c’est ici que l’aventure spatiale continue, parce qu’elle doit continuer. En ce cinquantenaire du CNES, c’est à l’ensemble de votre communauté scientifique et technique que je veux rendre hommage, à la qualité de vos travaux, mais aussi à ce domaine du rêve que vous offrez à chacun d’entre nous. Car l’espace répond au besoin irrépressible de voyager de l’homme, mais aussi et surtout à son besoin de se dépasser pour trouver un sens. C’est par le dépassement que l’on trouve un sens, ce n’est pas par le nivellement. Cette dimension humaine de la conquête spatiale, ce serait une folie d’y renoncer. De La Pérouse à Charcot, de Champlain à Blériot, la France a toujours su se projeter vers de nouveaux espaces, et forcément des espaces qui étaient au-delà de l'horizon. Cette aspiration doit être la source d'une ambition renouvelée de la France pour sa politique spatiale. La maîtrise des lanceurs nous a ouvert un accès libre et, je Speech By The Rt. Hon. Nicolas Sarkozy, President Of The French Republic Toulouse – Tuesday 22 November 2011 Dear President Yannick d'Escatha, Dear fellow citizens, Fifty years ago, as the world was locked in a perilous Cold War, France affirmedits space ambitions. In 1957, the Russians had succeeded in putting Sputnik, the first man-made satellite, into Earth orbit. Three months later, the Americans successfully launched their own Explorer satellite. Space thus became a key geostrategic domain and France, which had long given only scant attention to the value of space, would make it a priority of its research effort. Conscious that the world was now in « the century of rockets and planes », and mindful of the need to preserve France’s independent access to space, on 19 December 1961 President Charles de Gaulle took three decisions that would shape France’s space policy for decades to come : - the creation of CNES ; - the construction of a French launcher ; - and development of scientific cooperation in space between European nations. Four years later, the Diamant launcher would orbit Asterix, France’s first satellite. With this achievement, France joined the select circle of world space powers. Over the years, France’s space programme has made its mark and followed a unique path. A path serving science. A path serving development. And a path serving humankind. We owe this success to an original model fashioned by close collaboration between civil and military space programmes, by programmes conceived to spawn commercial applications and by a policy designed to structure the space industry. We owe this success to the pioneers whose undying dreams and unstinting efforts made France’s space policy a reality. After the Second World War, visionary scientists, military personnel and politicians spared no effort to nurture France’s space ambitions. Without them, we would not be here today. I am thinking of the military engineers who, despite the abandonment of efforts to build a French rocket in the early 1950s, kept working to give birth to the French Véronique launcher. As that decision to drop the initial project shows, there have always been people who do not believein technological progress and therefore lack ambition—and that is something for which we pay a heavy price decades later. I wish to pay tribute to the pioneers of France’s space endeavour who built the foundations for the technologies so vital tous today. You are the heirs of those pioneers. SPOT, Ariane, Helios and Galileo are now familiar names in France. As are those of the astronauts who have made our history, some of whom—Claudie, Philippe—are with us here today. It is here in Toulouse, at CNES, that these programmes were born and set in train. It is here at CNES that our 24/cnesmag JANVIER 2012
J Business & politics POLITIQUE dirais, indépendant à l’espace. Je tiens à vous confirmer mon attachement à préserver à toute force cette capacité d’accès. Les satellites et les sondes nous ont permis de développer nos connaissances sur le passé et le futur de notre Univers, d’en mieux comprendre les lois, de réaliser des progrès scientifiques inimaginables lors du lancement de l’aventure spatiale. L’espace contient les clés de notre futur sur Terre : qu'il s’agisse du climat, de la préservation des ressources, de notre capacité à nourrir la population mondiale, de l’anticipation des grandes crises climatiques et agricoles, de la sécurité internationale, la recherche et l’industrie spatiales constituent un atout essentiel pour relever les défis de ce siècle. En cinquante ans, vous avez permis à notre pays d’accumuler un capital scientifique exceptionnel, et je dirais même que ce capital que vous avez accumulé est irremplaçable. Ce capital, je suis déterminé à le préserver bien sûr, mais à le développer surtout ! Alors que la crise, une crise sans précédent, fait peser de très lourdes contraintes sur nos finances publiques, la solution de facilité aurait été de réduire nos investissements. C’est la solution habituelle, mais c’eût été sacrifier le futur ! Ce n’est pas ma conception du rôle de l’État. Au moment où je demande des efforts à tous les Français, le gouvernement doit agir pour réduire les dépenses publiques de fonctionnement, mais il est essentiel que la France renforce son effort d’investissement et d’innovation pour stimuler la croissance de notre économie et préparer l’avenir. La France a trop laissé filer les dépenses de fonctionnement et par facilité nous avons trop sacrifié les dépenses d'investissement. Parce qu’au moment où l’on coupe une dépense d'investissement, il y a peu de gens qui contestent. Mais on le paie cher pour l’avenir. C'est pour cette raison que nous avons lancé un Programme d'investissements d’avenir dont, et je salue René Ricol, un demi-milliard d’euros sera consacré au secteur spatial. Mes chers compatriotes, en pleine crise, nous mobilisons un demi-milliard de plus pour le secteur spatial. Je m’étais engagé à Kourou, avec vous, monsieur le président, en février 2008, à vous donner les moyens d’une politique spatiale ambitieuse. Je dois vous rendre des comptes, à tous : le budget spatial de la France aura augmenté de 16% malgré la crise entre 2007 et 2012 ; je rappelle qu’il avait stagné jusque-là. Ce sont des chiffres que vous connaissez, et je ne les rappelle pas pour vous faire plaisir, mais parce que c'est l’intérêt de la France. Si l’espace est pour nous une priorité, c’est parce qu’il n’y a pas de souveraineté française en ignorant cet enjeu de l’espace. L’espace représente une part importante de notre économie. L’industrie spatiale représente 16000 emplois en France et un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards d’euros. Je sais que l’industrie spatiale occupe ici une place majeure, pour la région Midi-Pyrénées et pour Toulouse, mais je pourrais dire la même chose pour l’Aquitaine, pour l’Île-de-France, pour la Provence-Alpes-Côte d’Azur et naturellement pour la Guyane, l’industrie spatiale y représentant 15% de l’économie. Grâce à l’investissement public et aux succès commerciaux de nos industriels, l’emploi dans le secteur spatial, qui avait chuté jusqu’en 2007, s’est développé de 6% sur ces quatre dernières années. Plus de moyens, plus d’emplois. La France possède la première industrie spatiale en Europe, avec des leaders mondiaux tels EADS Astrium et Thales Alenia Space (TAS), qui représentent à eux deux 40% du marché commercial des satellites. Ce serait folie que de ne pas donner à cette filière les moyens de se développer. La France est avec Arianespace et les industriels de la « filière lanceurs » au premier rang mondial pour le lancement de c « SI L’ESPACE EST POUR NOUS UNE PRIORITÉ, C’EST PARCE QU’IL N’Y A PAS DE SOUVERAINETÉ FRANÇAISE EN IGNORANT CET ENJEU. » « Space is a priority for us because it is crucial to France’s sovereignty. » Un auditoire de plus de 3000 personnes venues écouter le discours. More than 3,000 people listened to the President’s address. astronauts were selected. And it is here that the space adventure continues, as it must continue. In this, CNES’s 50 th year, I wish to pay tribute to your science and engineering community, to the quality of your work and to the sense of wonder that you instil in each and every one of us. For space not only answers humans’irrepressible urge to travel, it also—and above all—fulfils a need to push our limits in search of a meaning. It is by pushing those limits, not by settling for second best, that we can achievethat. It would be utter folly to forgo this human dimension of the space adventure. From La Pérouse to Charcot, from Champlain to Blériot, France has always sought out uncharted territories and new horizons. It is this aspiration that must fuel France’s renewed space policy ambitions. Our successin developing mature launcher technologies has brought us free, independent access to space. I want to confirmto you here that I intend to do my utmost to preserve this capability. Satellites and probes have enabled us to learnmore about the history and future of our Universe, to better understand its governing laws and to advance science in ways we could not have imagined at the beginning of the space adventure. Space holds the keys to our future here on Earth : be it with respect to climate, the preservation of resources, our ability to feed the world’s population, anticipate major climate and agricultural crises, or to international security, space research and the space industry are a vital asset to meet the challenges ahead of us this century. In 50 years you have helped our nation to accumulate an exceptional scientific capital ; indeed, I would go so far as to say it is irreplaceable. I am of course determined to preserve this capital, but I want above all to see it thrive. With the unprecedented crisis now weighing very heavily on our public finances, scaling back funding would have been the easy way out. That is the standard solution. But if we did that, we would be sacrificing the future ! That is not how I see the role of government. At a time when I am asking all our fellow citizens to contribute to the recovery effort, the government must act to cut public spending ; but it is essential that we should stepup our investment and innovation effort to stimulate economic growth and prepare the future. For too long, France has let its operating expenditure go unchecked and we have too often taken the easy option of sacrificing investment expenditure. Because when you cut investment expenditure, few people protest. But it costs us dearly in the long run. That is why we launched a future investment programme, and let me pay tribute here to René Ricol, c JANVIER 2012 cnesmag/25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 1CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 2-3CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 4-5CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 6-7CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 8-9CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 10-11CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 12-13CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 14-15CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 16-17CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 18-19CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 20-21CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 22-23CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 24-25CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 26-27CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 28-29CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 30-31CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 32-33CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 34-35CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 36-37CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 38-39CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 40-41CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 42-43CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 44-45CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 46-47CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 48-49CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 50-51CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 52-53CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 54-55CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 56-57CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 58-59CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 60-61CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 62-63CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 64-65CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 66-67CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 68-69CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 70-71CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 72-73CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 74-75CNES Mag numéro 52 jan/fév/mar 2012 Page 76