CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de oct/nov/déc 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace au service de la défense.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
J dossier Special report Hélios 1A : 7 juillet 1995 (Ariane 4), 7 July 1995 (Ariane 4), Hélios 1B : 3 décembre 1999 (Ariane 4), 3 December 1999 (Ariane 4), Hélios 2A : 18 décembre 2004 (Ariane 5G +), 18 December 2004 (Ariane 5G+), Hélios 2B : prévu en décembre 2009. scheduled December 2009. doit répondre à de nouvelles et fortes attentes des armées mais ses effectifs sont en réduction. Dans le domaine spatial, le renforcement de sa coopération avec le CNES est donc indispensable pour l’aider dans cette mission. Cette coopération est d’autant plus importante que le Livre blanc a insisté sur le rôle de l’espace dans la défense. En particulier, il a défini une nouvelle fonction stratégique : « Connaissance et anticipation ». Cette fonction inclut, en particulier, les moyens spatiaux rattachés au renseignement (Hélios, Pléiades, CSO Musis, Essaim, Elisa et Cérès) à la connaissance des zones d’opération (Spot HRS, et altimétrie océanographique, etc.) et à la maîtrise de l’information Lancé en décembre 2004, le système Hélios 2A a renforcé et amélioré les capacités existantes, tant en matière de résolution que de délai d’accès à l’information et de capacité de prises de vue. Ce nouveau système permet le ciblage, le guidage, la préparation de missions et la vérification des dommages de combat. Identique au premier, Hélios 2B, prévu d’être lancé à la fin 2009 par Ariane 5, viendra renforcer la capacité opérationnelle du système. Launched in December 2004, the Helios 2A system provides improved capabilities in terms of resolution, data delivery times and imaging capacity. The new system supports spot targeting, guidance, mission planning and combat damage assessment. Its identical twin Helios 2B, scheduled to launch end 2009 on an Ariane 5, will further boost the system’s operational capacity. (Syracuse, Athena-Fidus). Mais le spatial intervient également en soutien aux autres fonctions stratégiques : prévention (sécurité maritime), protection (surveillance de l’espace et anticollision, Alerte avancée, sécurité sanitaire), intervention (Galileo), et bien sûr dissuasion, et bien sûr accès à l’espace. En quoi, le CNES est-il impliqué dans ces évolutions ? Y. d’E. : Le Livre blanc a affiché une nouvelle ambition spatiale pour la Défense. Elle se concrétise par un doublement des budgets spatiaux militaires sur la période et par une nouvelle organisation s’appuyant sur un commandement interarmées de l’espace qui va devenir notre partenaire naturel. Toutes ces évolutions confient des responsabilités importantes au CNES. Je dis bien à tout le CNES, car les membres de l’Équipe défense sont des intermédiaires ; ils doivent pouvoir s’appuyer sur les compétences de l’ensemble de l’établissement pour répondre aux attentes des armées et de la DGA. Concrètement, quel rôle pourra jouer le CNES ? Y. d’E. : Nos compétences, notre expertise et notre contribution technique et programmatique aux programmes régaliens de défense sont appréciées et nous procurent une forte légitimité, à un moment où les institutions européennes acquièrent un rôle politique grandissant. Le CNES est reconnu par la DGA comme l’organisme compétent à qui elle peut déléguer la maîtrise d’ouvrage de la composante spatiale de ses programmes (satellites et segments sol). L’organisation intégrée CNES-DGA sera à définir au cas par cas en prenant en compte les spécificités des programmes de défense pris dans son ensemble, et les compétences techniques du CNES et des centres la DGA. Nous interviendrons ainsi de deux manières : en apportant la valeur ajoutée de notre expertise d’architecture système et de technologie (de la phase 0 à la phase F) et grâce à la complémentarité avec les programmes spatiaux civils : R&T commune, technologies, équipements sous-systèmes et plateformes optimisés et communs (autant que possible), standards, méthodes et moyens sol partagés. C’est l’apport de la dualité. En apportant le financement de notre ligne budgétaire « Sécurité et défense » aux programmes de défense : apport des ressources humaines du CNES, financement de phase 0/A, d’une partie des phases B et des développements technologiques. Enfin, la capacité du CNES à proposer des idées innovantes, pour les systèmes orbitaux comme pour les lanceurs (voire les ballons), au service des missions de la Défense, est un atout complémentaire qu’il nous faut continuer à développer avec l’Équipe défense. Le ministère de la Défense, notre deuxième tutelle, constitue une partie très importante de notre activité. Ce mariage institutionnel est devenu un mariage d’amour car nous avons les mêmes ambitions et les mêmes passions. Nous avons tous l’envie et la responsabilité de faire en sorte que l’idylle se poursuive ! 50/cnesmag OCTOBRE 2009
J Special report dossier Equipe défense Un bilan plus qu’honorable Au bout de six ans d’existence, l’Équipe défense commune au CNES, à l’État-major des armées (EMA) et à la Délégation générale de l’armement (DGA) peut revendiquer un premier bilan très positif. Au-delà de la simple amélioration des relations entre le CNES et la Défense, cette collaboration a permis d’enclencher une véritable dynamique de développement dual de l’espace et d’améliorer l’exploitation des compétences étatiques dans le domaine spatial. La mise en œuvre de programmes nouveaux en est son meilleur bilan. Àson actif, elle a proposé et porté l’organisation d’Elisa – quatre microsatellites (lancement prévu en 2010) dédiés à des missions d’écoute et de localisation grâce à des émetteurs électromagnétiques –, laquelle repose sur le premier cofinancement et la cogestion d’un programme d’études amont entre la DGA et le CNES. Elle a également animé les travaux d’optimisation technico-opérationnelle et technico-économique des architectures de référence des satellites de la composante spatiale optique de Musis, le futur programme européen d’observation militaire. Ces discussions quotidiennes ont permis de dégager, en toute transparence, les compromis raisonnables qui constituent le cœur de l’architecture technique des satellites CSO (performances, orbites, diamètre des miroirs, etc.). De même, sur la base d’un précédent projet civil du CNES de satellite en bande Ka à très haut débit visant à réduire la fracture numérique (le projet Agora), elle a proposé d’étudier un satellite qui fournirait ce très haut débit sur les théâtres d’opération, Athena- Fidus. Ce projet a ensuite été soumis à l’Italie et couplé aux programmes Sicral 2 (italien) et Syracuse 3C (français), pour constituer une coopération équilibrée, originale et économique entre l’Italie et la France (rejointes ultérieurement par la Belgique). Enfin, le CNES et la Défense cofinancent et réalisent ensemble les études d’analyse de la valeur et bientôt les phases de définition de ce programme de renseignement d’origine électromagnétique, Cérès, suite opérationnelle d’Essaim et d’Elisa. Par ailleurs, l’Équipe défense suit de nombreux dossiers pour leur apporter un éclairage défense : altimétrie des océans (soutien au projet Altika), surveillance spatiale (protection des satellites contre les débris spatiaux), etc. Elle propose et participe aux sélections de tous les projets futurs du CNES (civils comme militaires) et à la programmation des études de recherche et de technologie. Son bilan est donc très positif mais les défis à venir sont encore nombreux. Elle devra proposer des solutions pour répondre aux nouveaux besoins exprimés par le Livre blanc, notamment l’Alerte avancée spatiale, ainsi qu’une planification du domaine Sécurité et défense dans le prochain contrat d’objectif du CNES, et convaincre les autorités de tutelle de sa pertinence. L’organisation a fait ses preuves. Concrétisée par le travail de quelques-uns, elle est en fait le reflet de la coopération renforcée de deux structures complémentaires : le CNES et le ministère de la Défense. Tout le monde a donc une part dans ces succès, et une responsabilité dans les challenges à venir. Defence team Fine job done In the six years since its inception, the Defence Team formedby staff members from CNES, the Joint Staff and DGA (the French defence procurement agency) has achieved much. Besides cementing closer ties between CNES and the defence community, this collaboration has fostered development of dual-use space technologies and put government expertise in space to more effective use. The new programmes the team has implemented are a testimony to its success. The team proposed and organized the ELISA project to build four microsatellites scheduled to launch in 2010 on an electromagnetic intelligence (ELINT) mission. ELISA is the first time DGA and CNES have cofunded and co-managed an exploratory design programme. The Defence Team also led engineering work to optimize operations and costs for the baseline architectures of the satellites makingup the optical space component (CSO) of MUSIS, the future European military imaging system. Its daily discussions produced the trade-offs that formthe core of the engineering architecture of the CSO satellites. Likewise, working from a previous civil project (AGORA) conceived by CNES for a very-high-data-rate K a -band satellite aimedat bridging the digital divide, the team suggested a design to support high-speed communications in theatres of operations. Called Athena-Fidus, this project was subsequently submitted to Italy in combination with the Italian Sicral-2 and French Syracuse 3C programmes as a basis for an original, balanced and cost-effective cooperation between Italy and France, later joined by Belgium. Lastly, CNES and the defence community are co-financing and conducting value analysis and soon definition of the CERES ELINT programme, the follow-on to Essaim and ELISA. The Defence Team is also providing defence insights for numerous other projects such as AltiKa (ocean altimetry) and space situational awareness (tracking satellite debris). It proposes and takes part in the selection of all future civil and military projects at CNES and in planning research and technology studies. The team has therefore achieved very positive results but many challenges still remain. It will have to find solutions to meet the new requirements set out in the White Paper, notably for space-based early warning, plan for security and defence needs in the next CNES-government agreement and persuade its overseeing authorities of its continuing utility. The organization has proven its worth and reflects the closer cooperation fostered between two complementary structures : CNES and the Ministry of Defence. All concerned can take credit for this success and prepare for the challenges that lie ahead. CSO Musis : La partie française de Musis devrait être CSO (Composante spatiale optique) composée de 3 satellites identiques, placés sur 2 orbites différentes : 2 satellites de reconnaissance en orbite haute et 1 satellite d’identification en orbite plus basse. France is slated to supply the CSO optical component of the MUSIS system, consisting of three identical satellites in different orbits : two reconnaissance satellites in high orbit and one observation satellite in a lower orbit. Présentation de l’Équipe défense/The Defence Team. De gauche à droite/From left : Charles de Lauzun (CNES), ICA Laurent Boniort (DGA), LCL Florence Busch (EMA/Joint Staff), le général/Lt.General Henry de Roquefeuil qui vient de prendre ses fonctions en qualité de conseiller militaire du président du CNES et coordinateur de l’équipe CNES-Défense/who recently tookup the post of military advisor to the CNES President and Defence Team coordinator, Betty Barcos (secrétaire/secretary, CNES),C. F Philippe Rosius (EMA/Joint Staff), ICT Thierry Fillard (DGA), Patrice Brudieu (CNES). Est absent/Not in the photo : LCL Bernard Muller (EMA/Joint Staff) en mission à Bruxelles/who was away in Brussels. OCTOBRE 2009 cnesmag/51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 1CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 72