CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de oct/nov/déc 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace au service de la défense.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
J dossier Special report Un des quatre satellites de la constellation Essaim qui, distants de quelques centaines de kilomètres, volent en formation. En 24 heures, ils passent quatre fois au-dessus d’un même point du globe et y captent les émissions électromagnétiques pendant environ 10 minutes. Une couverture mondiale quasi permanente. One of the four satellites in the Essaim constellation. Flying in formation spaced several hundred kilometres apart, these satellites revisit the same point on the globe four times every 24 hours, pickingup electromagnetic signals for about 10 minutes. They thus provide nearpermanent global coverage. Kaboul Kabul (Afghanistan). la France, qui s’étend de l’Atlantique à l’océan Indien. Il s’agit d’un programme en coopération franco-italienne, impliquant les ministères de la Défense et les agences spatiales des deux pays, dont le CNES a la maîtrise d’ouvrage. Le lancement est prévu en 2013.Il y a aussi la famille des programmes d’observation. Le programme Hélios 2 (coopération avec l’Espagne, la Belgique, l’Italie et la Grèce) fournit une capacité d’observation optique visible et infrarouge à des fins de renseignement, de géographie, de ciblage et de préparation mission. Le programme SSO apporte, via les coopérations avec l’Allemagne et l’Italie, une capacité d’observation tout temps, et fédère pour la défense française l’ensemble des capacités d’observation spatiale optique et radar disponibles (Hélios 2, Sar-Lupe, Cosmo Skymedet Pléiades). Enfin le programme Musis prépare la nouvelle capacité d’observation, il comprendra notamment une composante optique qui succédera à Hélios 2. Il faut aussi mentionner le domaine de la surveillance de l’espace, pour lequel la DGA a fourni le radar Graves de détection d’objets spatiaux ainsi que les moyens sol d’exploitation des données, installés au CDAOA (Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes). En outre, la DGA est parfois sollicitée pour mettre à disposition ses radars du Monge (bateau d’essais pour la mesure de missiles balistiques) afin de produire des mesures complémentaires sur certains objets. Au-delà de ces programmes, elle conduit un programme actif d’études technologiques pour préparer de nouvelles capacités militaires. Dans le domaine du renseignement d’origine électromagnétique, plusieurs démonstrateurs technico-opérationnels sont en exploitation (Essaim) ou en cours de développement (Elisa). Dans le domaine de la défense antimissile, le démonstrateur technologique, Spiral, vient préparer une future capacité d’alerte avancée destinée à détecter et alerter des tirs de missiles balistiques dans leur phase de propulsion. Ce démonstrateur fournit des données sur les fonds de nuage et les bandes spectrales les mieux adaptées, données essentielles pour être en mesure de dimensionner correctement un futur système. Enfin, la DGA est présente dans le domaine de la radionavigation par satellite. Elle intervient sur le programme Galileo en apportant aux responsables français son expertise technique concernant le signal PRS et les questions de sécurité. Quel est le rôle du CNES dans la proposition et la réalisation des programmes spatiaux militaires ? L.C.-B. : Les liens entre le CNES et la DGA sont anciens. Cette collaboration de longue date s’est amplifiée et s’est renforcée depuis l’arrivée de Yannick d’Escatha à la présidence du CNES. Concernant le rôle de l’agence spatiale, il faudrait plutôt parler des rôles tant son intervention est variée. Elle dépend des programmes, des coopérations, de la maturité des domaines d’application (télécommunications, observation, écoute, alerte avancée, etc.). Il est selon les cas architecte d’ensemble (Hélios), maître d’ouvrage de projets duaux (Pléiades, etc.), maître d’ouvrage délégué de composantes spatiales (Hélios), responsable d’opérations de mise à poste et opérateur pour la surveillance et le contrôle de satellites (Hélios, Essaim, etc.), partenaire sur des démonstrateurs technologiques (Elisa), maître d’ouvrage des activités de R &T duales, expert technique (Syracuse). Avec les orientations du Livre blanc dans le domaine spatial et la modernisation du ministère et de la DGA, le rôle et l’intervention du CNES sur les programmes de défense devraient encore se renforcer. Son expertise, son expérience, son savoir-faire et ses moyens sont précieux, uniques et bénéfiques. Je sais pouvoir compter sur le CNES, et j’en ai besoin pour participer à la genèse de nouveaux concepts/projets, à l’instar de ce qui a été fait avec le programme Athena-Fidus. J’en ai besoin pour tenir les engagements en matière de coûts, délais et 46/cnesmag OCTOBRE 2009
J Special report dossier Cérès devrait doter les forces armées d’une capacité d’écoute opérationnelle dont le but est d’intercepter, de localiser et de caractériser des émissions électromagnétiques en tout point du globe, sans enfreindre la souveraineté des pays survolés. Le projet s’inscrit dans la logique des expérimentations spatiales d’écoute comme Cerise et Clémentine et fait suite aux démonstrateurs Essaim et Elisa. CERES is intended to give the armedforces an operational surveillance capability to intercept, locate and characterize electromagnetic signals anywhere on the globe, without transgressing the sovereignty of the countries it overflies. The project is a logical development of previous experimental space missions like Cerise and Clementine, and follows on from the Essaim and ELISA demonstrators. performances sur les programmes spatiaux, pour maîtriser les risques de programmes ambitieux, audacieux et parfois innovants. L’expérience passée a montré et prouvé tout l’intérêt d’associer étroitement le CNES à des programmes spatiaux. Cette expérience nous montre la voie à suivre pour la suite. will provide low-cost broadband communications capacity over the arc of crisis stretching from the Atlantic to the Indian Ocean. This is a joint French-Italian programme involving both nations’defence ministries and space agencies, with CNES providing oversight. Launch is scheduled for 2013. In Earth observation, the Helios 2 programme—in which Belgium, Greece, Italy and Spain are partners—supplies optical and infrared imaging for intelligence, geospatial information, targeting and mission planning. The SSO ground segment programme, in collaboration with Germany and Italy, offers an all-weather imaging capability and combines allavailable optical and radar space assets— Helios 2, SAR-Lupe, COSMO-Skymedand Pleiades. Lastly, the MUSIS programme is set to bring new observation capabilities, with an optical component that will succeed Helios 2. Another area of note is space surveillance, for which DGA supplied the Graves radar to detect objects in space and the ground data processing and exploitation assets at the CDAOA Air Defence and Air Operations Command. We are also sometimes asked to make available the radars on the Monge test and measurement ship to acquire additional data on certain kinds of objects. Besides these programmes, the agency has an active technology research programme working to develop new military capabilities. In the field of electromagnetic intelligence (ELINT), a number of technology demonstrators areeither in operation (Essaim) or in development (ELISA). Concerning missile defence, the Spirale technology demonstrator is paving the way for a future earlywarning capability designed to detect ballistic missiles during their boost phase. This demonstrator is furnishing vital data on cloud decks and the best-suited spectral bands to size a future system. Lastly, DGA is also working on satellite navigation and is involved in the Galileo programme, for which it is contributing its technical expertise on the PRS signal and security issues. What is CNES’s role and where does it add value in proposing and executing military space programmes ? Laurent Collet-Billon : CNES and DGA have longstanding ties that have grown even closer since Yannick d’Escatha took over as the agency’s president. CNES’s role is quite wide-ranging and depends on programmes, cooperation agreements and the maturity of application domains like telecommunications, observation, eavesdropping, early warning and so on. It acts as overallarchitect (Helios), oversees dual-use projects (Pleiades, etc.) and space components (Helios), is in charge of satellite positioning operations and monitors and controls satellites (Helios, Essaim, etc.), is a partner on technology demonstrators (ELISA), oversees dual-use R&T activities and contributes engineering expertise (Syracuse). CNES’s scope of action on defence programmes is also likely to be extended in response to the space policy directions outlined in the White Paper and modernization efforts at the Ministry of Defence and DGA. CNES has unique expertise, experience, know-how and assets that I know I can rely on and that I need to devise new concepts and projects, like the Athena-Fidus programme for example, to keep space programme costs, schedules and performance on track, and to control risks on bold, ambitious and innovative programmes. Experience has confirmedthe value of CNES’s close involvement in space programmes and shows us the way we need to go in the future. OCTOBRE 2009 cnesmag/47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 1CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 72