CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de oct/nov/déc 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace au service de la défense.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
J dossier Special report successeurs Elisa, puis Cérès. La France commence également à mettre en place, avec Spiral, un programme de détection et d’interception de missiles balistiques. Les télécommunications militaires sont assurées par le programme Syracuse, qui permet la transmission de données en toute sécurité et confidentialité. Par ailleurs, la demande en débit et en flux est de plus en plus grande. Pour y répondre, le programme franco-italien Athena-Fidus concernera la transmission de données massives (moins sensibles que celles passant par Syracuse). Nous pouvons même imaginer que pour faire transiter des conversations entre des soldats déployés en Afghanistan, par exemple, et leurs familles, la défense fasse appel à des sociétés privées. Enfin, pour surveiller l’espace, nous avons mis au point le radar Graves, qui cartographie les objets en orbite autour de la Terre, aussi bien des satellites que des débris spatiaux. Cet investissement important de la Défense dans le domaine spatial est fondamental. Il va permettre à la France d’assurer son indépendance stratégique mais aussi de se positionner, dans une future Europe de la défense, comme une nation-cadre, jouant un rôle central dans une coalition. Carte renseignée sur le camp de réfugiés de Djabal (Tchad) abritant 16 000 personnes. Annotated map of the Djabal refugee camp, Chad, home to some 16,000 people. L’espace, un fédérateur pour l’Europe de la défense Nous sommes dans une période charnière : un moment où l’Europe est encore dépendante du renseignement militaire américain mais où elle vise sa totale indépendance grâce à ses programmes nationaux et à la mise en place de collaborations dans des programmes multinationaux, comme par exemple Hélios. Par la signature d’accords d’échanges Salle de contrôle opérationnel du SIDM (Système intérimaire de drone Male) lors d’un vol d’essai. Monitoring the SIDM UAV from the operations control room during a test flight. de capacités de renseignement entre Hélios et Sar-Lupe et Hélios et Cosmo-SkyMed, l’Europe va acquérir une véritable capacité de décision. L’espace, à mes yeux, est un moteur et un exemple pour une future Europe de la défense (cf. article p.56). En effet, les coûts des programmes spatiaux sont si importants qu’aucune nation ne peut investir dans tous les domaines. Par exemple, la France s’est spécialisée en images optique et infrarouge, l’Allemagne et l’Italie en images radar. Grâce aux accords passés entre ces trois pays, chacun a accès à tout le spectre. L’espace va obliger les États européens à travailler ensemble et à mutualiser les coûts. Je vois l’espace comme un accélérateur de convergences des budgets et des savoir-faire. 42/cnesmag OCTOBRE 2009
J Special report dossier u Propos recueillis par/Interview by JEAN-GABRIEL PARLY, CNES ÉTAT-MAJOR DES ARMÉES Coordonnateur des besoins des utilisateurs L’État-major des armées définit les besoins transverses et spécifiques des trois armées françaises (terre, marine et air) et coordonne ceux des États-majors européens liés à la France par des accords de coopération. Le spatial fait partie à part entière de ses ressources comme l’explique le général Jean-Marc Denuel, sous-chef plans à l’EMA. Joint Staff Coordinating user requirements The Joint Staff (EMA*) defines tri-service and specific requirements of the French armedforces and coordinates those of European Joint Staffs that have cooperation agreements with France. Space assets are a key element, as Deputy Chief of Joint Staff Planning Lt. General (FAF) Jean-Marc Denuel explains. CNES receives € 165 million in funding from the Ministry of Defence. What is this used for ? This budget is used to develop scientific projects with clear operational value for defence, like mapping for forces in the field, for hydrography or space weather forecasting, and to fund experimental projects like future optical imaging satellites. The Defence Team’s job is to match military requirements to CNES’s engineering know-how and submit decisions to the Joint Staff-DGA-CNES steering committee. It’s a win-win partnership for everyone. The White Paper on national security and defence underlines space as a key element of international security. Why ? Space is a strategic environment because it conveys information and communications very quickly and over vast areas. Satellite telecommunications, broadcasting, navigation and positioning make it possible to acquire vital intelligence and anticipate operations. Space also supports deterrence by identifying potential attackers and preventing proliferation of non-conventional weapons. In this respect, it helps both to protect national territories and maintain global surveillance. For instance, satellites afford an early-warning capability to detect a ballistic missile launched anywhere in the world. This capability gives space powers greater independence and sovereignty than other nations. What role does space-based intelligence play ? The military relies on multiple sources of intelligence : human intelligence, aerial intelligence (UAVs and combat aircraft) and space intelligence. Space-based intelligence is part of a larger whole. It is also multi-source, since it encompasses electromagnetic surveillance as wellas optical or radar imagery. Optical imagery is very good quality but only in clear weather, while radar imagery is of inferior quality but is all-weather and delivers information day and night. That’s why we must fuse satellite data from several sources to obtain the intelligence we need. Satellite imagery is also very reactive in keepingup with the pace of theatre operations. And intelligence is used to derive digital terrain models for weapon systems or to compile maps. Such features are vital for planning and executing operations, and for simulation. How is intelligence from optical satellites requested, for example ? Operational user requirements are centralized at the Military Intelligence Directorate (DRM), which acts as a clearing house for all military intelligence requests. These requests are then fused with those from other Helios partner nations and sent to the Toulouse Space Centre, which tasks the satellites. CNES acquires and retrieves the imagery and then sends it to the main Helios France centre in Creil for processing, analysis and dissemination. *État-Major des Armées Le CNES est financé à hauteur de 165 millions d’euros par le ministère de la Défense. À quel titre ? J.-M. D. : Cette subvention sert à développer des projets scientifiques qui présentent un intérêt opérationnel clair, pour la défense, comme la cartographie (indispensable aux forces sur le terrain), l’hydrographie ou la météorologie spatiale, et à financer des projets expérimentaux, comme par exemple les futurs satellites d’imagerie optique. L’Équipe défense est là pour faire le lien entre les besoins des militaires et le savoir-faire technique du CNES. c OCTOBRE 2009 cnesmag/43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 1CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 72