CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de oct/nov/déc 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace au service de la défense.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
J dossier Special report u YVES FROMION, député du Cher et membre de la commission de la Défense et des Forces armées de l’Assemblée nationale/MP, member of the Defence and ArmedForces Committee, French National Assembly LE RENSEIGNEMENT SPATIAL Un enjeu incontestable de souveraineté nationale Votée cet été par le Parlement, la loi de programmation militaire 2009-2014 définit les grandes lignes de dépenses militaires. L’espace y occupe une place importante, également soulignée dans le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, publié en 2008, qui a défini une nouvelle fonction stratégique, « Connaissance et anticipation ». Une fonction qui inclut les moyens spatiaux rattachés au renseignement, à la connaissance des zones d’opération et à la maîtrise de l’information. C’est au président de la République que revient l’élaboration de la politique de défense de la France exécutée par le gouvernement. Le Parlement, lui, vote le budget (environ 33 milliards d’euros par an) et surtout la loi de programmation militaire (LPM) qui fixe les grandes lignes de dépenses militaires sur les six ans à venir. Par ailleurs, à l’Assemblée nationale, le rapporteur de la commission de la Défense a mission de contrôler l’engagement de ces budgets en conformité avec la loi de finance. Alors, même si le Parlement ne décide pas de la politique de défense, il exerce un rôle de contrôle et d’investigation. À ce titre, il peut parfois influer de manière sensible sur la politique de défense française. Investir davantage Publié en 2008, le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale a défini l’espace comme un véritable outil de souveraineté. Ce secteur est devenu incontournable pour un pays moderne comme la France. Son libre accès est une priorité. À ce titre, Ariane est un outil essentiel pour Exercice d’évacuation sanitaire au Kosovo du 8 au 12 décembre 2008, en coopération avec les services locaux. Medical evacuation exercise in Kosovo, 8-12 December 2008, in partnership with local services. 40/cnesmag OCTOBRE 2009
J Special report dossier Haut : Distribution de colis par les « casques bleus » dans le camp Zamzam IDP, au nord du Darfour (Soudan) en juin 2009. Top : UN troops hand out parcels at the Zamzam IDP camp in northern Darfur, Sudan, June 2009. Bas : Vue d’Hélios 2A de la place de l’Étoile à Paris. Bottom : Place de l’Etoile, Paris, viewed by Helios 2A. l’indépendance de l’Europe, un lanceur comme le qualifie le président du CNES, « de service public de l’espace ». Il faut donc, suivant les préconisations de la LPM, investir plus dans le militaire spatial et faire passer le budget, qui lui est dévolu, de 380 millions d’euros actuellement, à 750 millions d’euros. À mon avis, il faut également réfléchir à se doter de moyens de protection ou de dissuasion pour assurer la sécurité de nos satellites. La France, à l’inverse de la Chine et des États-Unis, ne s’est pas engagée dans cette voie et je le regrette. Des programmes spatiaux militaires pour une indépendance stratégique La France fait partie des grandes nations spatiales militaires, c’est pourquoi elle doit poursuivre et même augmenter ses investissements. Nous avons des capacités dans de nombreux champs d’application : en observation de la Terre, avec la filière Hélios et les futurs programmes Pléiades et Musis ; en matière d’écoute des champs électromagnétiques, grâce au démonstrateur Essaim et à ses c Space intelligence Securing national sovereignty The 2009-2014 defence spending plan adopted this summer by the French National Assembly outlines military budgets. Space features prominently in this plan and in the White Paper on national security and defence published in 2008, which defines a new strategic « knowledge and anticipation » function. This function encompasses space assets for gathering intelligence and reconnaissance of operating zones, and for achieving information superiority. The President of the Republic defines the defence policy executed by the French government. The National Assembly votes the defence budget—amounting to some € 33 billion a year—and above all the spending plan, which outlines military spending for the next six years. The National Assembly and its defence committee reporter are tasked with verifying that defence budgets are appropriated in line with the overall budget. So, although the National Assembly does not actually determine defence policy, it provides checks and balances, and in this sense it can sometimes exert a significant influence. Increasing investment The White Paper on national security and defence published in 2008 defines space as a tool for assuring national sovereignty. Today, independent access to space is a priority for a modern nation like France. In this respect, the Ariane launcher—a « public space service » in the words of CNES President Yannick d’Escatha—is key to maintaining Europe’s independence. That is why, as recommended in the defence spending plan, we need to increase the military space budget from € 380 million currently to € 750 million. I also believethat we need to think about acquiring systems to protect our satellites. Unlike China and the United States, France has not yet committed to go down this road and I think that is unfortunate. Military space programmes to secure strategic independence As a leading military space power, France must pursue and even stepup its investment in this area. We have capabilities in many domains of Earth observation, with the Helios series of satellites and the future Pleiades and MUSIS programmes, and in electromagnetic and signals intelligence (ELINT and SIGINT) with the Essaim demonstrator and its successors, ELISA and CERES. France has also started work on the Spirale programme to establish a ballistic missile defence system. Secure military communications are currently assured by the Syracuse system, but demand for bandwidth is constantly rising. To meet this demand, the Athena- Fidus programme being pursued jointly by France and Italy will transmit large volumes of data, convenient for less sensitive information than those conveyed by Syracuse. Private firms could even be employed to route calls from soldiers in Afghanistan to their families back home, for example. Lastly, we have developed the Graves radar to keep track of all satellites, space debris and other objects in Earth orbit. Maintaining this high level of military spending in space is fundamental for France to secure its strategic independence and give it the capability to be a framework nation within future European military coalitions. Space as a federator for Europe’s defence community We now find ourselves at a crossroads, with Europe still dependent on US military intelligence but seeking full independence through national programmes and multinational cooperation, as on Helios for example. Through data exchange agreements between Helios and SAR-Lupe and Helios and COSMO-SkyMed, Europe willacquire a true decision-making capability. To my mind, space will drive efforts to establish a future European defence community (see article p 56), because space programmes are so costly that no nation has the resources to invest in every domain. For example, France has specialized in optical and infrared imagery, while Germany and Italy have chosen to invest in radar imagery. Through the agreements between the three nations, each is able to cover the full frequency spectrum. Space will get European nations to work together and share costs. I see space as a catalyst for closer convergence of budgets and know-how. OCTOBRE 2009 cnesmag/41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 1CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 72