CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
CNES Mag n°43 oct/nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de oct/nov/déc 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace au service de la défense.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
J POLITIQUE Business & politics L’avenir des lanceurs Àl’occasion de sa visite au salon du Bourget, le président de la République a souhaité réaffirmer son soutien à l’ensemble de l’industrie spatiale française, secteur stratégique pour la France et l’Europe. Tirant les conclusions de la mission de réflexion confiée à Yannick d’Escatha, président du CNES, Bernard Bigot, administrateur général du CEA, et Laurent Collet-Billon, délégué général à l’Armement, Nicolas Sarkozy a constaté la nécessité de préparer un lanceur de nouvelle génération susceptible de succéder à Ariane 5 à l’horizon 2020-2025. Il souhaite que s’engagent, en concertation avec nos partenaires européens et l’Agence spatiale européenne, les premières études sur ce lanceur en vue de la prise de décision à la conférence ministérielle 2011 de l’Esa. Ariane 6 devra être un lanceur modulable, d’une très grande robustesse, et optimisé en termes de coût afin de répondre au mieux tant aux besoins gouvernementaux qu’aux besoins commerciaux, dans un contexte de concurrence accrue. Le rapport sur l’avenir de la politique spatiale européenne en matière de lanceurs est accessible sur le site du gouvernement. The future of launchers During his visit to the Paris Air Show, President Nicolas Sarkozy reaffirmedhis support for the French space industry, a strategic sector for France and Europe. Echoing the findings of the review panel madeup of CNES President Yannick d’Escatha, Bernard Bigot, Head of CEA, and Laurent Collet-Billon, Head of DGA, President Sarkozy noted the need to develop a new launcher capable of succeeding Ariane 5 for the 2020- 2025 timeframe. He now wants to start work on studies with France’s European partners and the European Space Agency to prepare for a decision at the next ESA Ministerial Council meeting in 2011. Ariane 6 will need to be a very robust, modular and cost-competitive launcher designed for government and commercial customers in an increasingly competitive market. The review panel’s report on the future of Europe’s space launcher policy is available (in French) on the government website. POUR EN SAVOIR PLUS : FIND OUT MORE AT qhttp://www.gouvernement.fr/presse/remise-du-rapport-sur-l-avenir-de-la-politique-spatiale-europeenne-en-matiere-de-lanceurs souhaitons les sensibiliser davantage, soit dans le cadre du GPE, soit dans une structure purement européenne. Nous attendons avec impatience la reconstitution de l’intergroupe Ciel et Espace afin de définir ensemble des modalités de travail. Il faut que le Parlement européen et les parlementaires français concernés soient actifs dans le domaine spatial. En 2008, nous avons travaillé de façon pragmatique à la ministérielle de l’Esa pour que le gouvernement français affiche une vraie volonté dans le domaine spatial. De même, le président de la République, sensibilisé à l’exploration, l’a abordé dans son discours de politique spatiale tenu en février dernier en Guyane. Tout cela relève d’un lobbying de fond. Comment travaillez-vous avec le CNES ? Le travail que nous faisons avec le président Yannick d’Escatha est en totale confiance. Nous auditionnons le président du CNES tous les ans dans le cadre du budget. Il est capable d’entendre toutes les remarques, ce qui est la base des vraies collaborations. Lorsque nous avons des problèmes techniques ou des incompréhensions, le CNES nous aide à les résoudre. Nous sommes de vrais partenaires. common destiny, particularly as regards defining a European space policy. We also have associate members like Russia and observers like Japan and the United States. A lot of stakeholders want to be involved in the conference, even more so if the Treaty of Lisbon is ratified and space becomes a shared competency of the EU. Ever since the EISC was setup, we have always stressed the need for space to serve citizens. This year debate will focus on how the space sector can respond to the current crisis. Space is a promising, innovative domain that can and must boost Europe’s economy. At the November meeting in London, each delegation will present two space projects that have brought significant benefits for citizens. These projects will be presented exclusively at the conference. The list isn’t quite finalized yet, but they willall reflect our vision of space serving society. Do all European members of parliament show the same interest in space issues ? Differences of opinion exist, but there’s a real desire to arrive at a common policy. Germany is very advanced in robotics, while the United Kingdom is focused on satcoms and Italy has put a lot of effort into the Vega programme. The important thing is to find common ground beyond mere statements of intent. But we also have to be realistic. This year is going to prove very interesting for the conference’s space groups, since Germany has returned Chancellor Angela Merkel to office and Belgium and Italy have appointed new chairs. So we need to build a new relationship with recently elected members, but broadly speaking I’m not worried. Do you pursue any specific actions with the European Parliament ? The GPE’s vocation is to bring together French MPs and MEPs, but we’re finding it hard to mobilize our MEP colleagues. We’d like to raise their awareness of the issues,either through the GPE or a purely European structure. We are eagerly waiting for the Sky and Space Intergroup to reformso that we can define working methods together. The European Parliament and French MPs must be active in space. In 2008, we worked pragmatically at the ESA Ministerial Council meeting to make sure that the French government showed a clear commitment to space. Likewise, space exploration is a subject that has President Nicolas Sarkozy’s ear and he talked about it in his space policy speech in February in French Guiana. These are the results of a concerted lobbying effort. How do you work with CNES ? Our working relationship with CNES President Yannick d’Escatha is based on total trust. The president testifies every year during budget preparations. No subject is taboo, so we have built a solid collaborative foundation. When we come across technical obstacles or misunderstandings, CNES helps us to resolve them. In this sense, we are true partners. 20/cnesmag OCTOBRE 2009
u DIDIER RENAUT, CNES J Business & politics POLITIQUE Copenhague L’ESPACE ET LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Du 7 au 18 décembre prochains, la 15 e Conférence des parties, instance suprême de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique, va réunir les délégations d’environ 170 pays à Copenhague. L’enjeu : décider d’une nouvelle stratégie mondiale pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre (GES) et préparer l’accord international qui prendra la suite du Protocole de Kyoto après 2012. En effet, comme le dernier rapport du GIEC 1 l’a montré, la poursuite des émissions anthropiques de GES au rythme actuel devrait accentuer le réchauffement de la planète au cours du XXI e siècle et modifier profondément le système climatique : réchauffement supplémentaire de 1,8 à 4,0 °C, élévation du niveau des mers de 18 à 60 cm, retrait des banquises et fonte des glaciers continentaux, etc., sans parler de possibles emballements dus à une modification brutale de la circulation thermohaline ou des émissions de méthane. La menace que ces changements du climat font peser sur les sociétés humaines et sur les écosystèmes est telle qu’il est crucial que la réunion de Copenhague débouche sur un accord. Quel peut être le rôle de l’espace pour soutenir cette lutte contre le réchauffement climatique ? Les remèdes possibles se déclinent selon trois modes d’action : compréhension, atténuation et adaptation. La tâche des scientifiques : comprendre (et prévoir) l’évolution du climat Les climatologues s’appuient sur les observations in situ et spatiales, mais également sur la modélisation numérique, seul moyen de reproduire la complexité des diverses composantes du système climatique et de leurs interactions. Même si l’apport des satellites à la compréhension et au suivi du climat n’a pas encore la place qu’il mérite, de nom- « LES SOURCES À LA SURFACE DE LA TERRE. » LE PROJET MICROCARB MESURERA EN CONTINU LA CONCENTRATION DE CO 2 DANS L’ATMOSPHÈRE AFIN D’EN DÉDUIRE LES PUITS ET « Microcarb will seek to measure CO 2 concentration continuously in the atmosphere, to deduce carbon sinks and sources on Earth’s surface. » breuses initiatives récentes montrent que cette situation est en train de changer. Ainsi, l’Esa vient de lancer un programme ambitieux pour exploiter ses données d’observation de la Terre dans une perspective climatique. De son côté, dans le cadre de la PFUE 2, le CNES a mené diverses actions institutionnelles qui ont abouti à la prise de conscience par l’Union européenne de la priorité de la thématique « Espace et changement climatique ». En parallèle, le CNES a mis en place fin 2008 un groupe de travail interne afin d’analyser sa contribution aux travaux sur le changement climatique, de la positionner dans le contexte international, et d’émettre des recommandations pour en accroître l’efficacité et la visibilité. D’ores et déjà, en association avec ses partenaires français, le CNES est c 1 GIEC : Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat. 2 PFUE : Présidence française de l’Union européenne. 1 IPCC:Intergovernmental Panel on Climate Change. OCTOBRE 2009 cnesmag/21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 1CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 43 oct/nov/déc 2009 Page 72