CNES Mag n°42 jul/aoû/sep 2009
CNES Mag n°42 jul/aoû/sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de jul/aoû/sep 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 7,5 Mo

  • Dans ce numéro : destination Guyane

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
J société Society « 30% EN LIPIDES, 50% EN GLUCIDES. » LES RATIOS DE CHAQUE REPAS SONT ÉQUILIBRÉS SUR LA BASE DE 20% EN PROTÉINES, « The balanced meal rations provide astronauts with 20% proteins, 30% lipids and 50% carbohydrates. » des process très stricts. En mai 2009, 640 boîtes viennent d’être prépositionnées pour partir à la demande des spationautes ou des scientifiques. * Association Française des LYcées de l’Hôtellerie et de Tourisme SPACE NUTRITION Des études scientifiques sur le métabolisme Outre l’aspect gustatif et événementiel, ces rations cuisinées artisanalement et en petites quantités, présentent un intérêt indiscutable pour mener des études scientifiques sur le métabolisme. Contrairement aux repas quotidiens établis en partie sur des produits lyophilisés, elles permettent, à partir de repas complets, de poser des marqueurs et de mettre en place des études de physiologie. L’expérience Energy va prochainement être mise en œuvre. Financée par le CNES, elle utilisera les rations équilibrées des repas définis par le projet SEM pour apporter environ 2500 Kcal/jour aux astronautes avec une répartition de 20% en protéines, 30% en lipides et 50% en glucides. À partir d’une prise complémentaire de marqueurs définis (dans de l’eau), deux petits déjeuners, un déjeuner et un dîner spécifiques, les scientifiques vont pouvoir recueillir des échantillons pendant une dizaine de jours sur lesquels ils pourront doser ces marqueurs et déterminer la dépense énergétique des spationautes sur le long terme. Développé à l’échelle de la France, le projet SEM a fait office de pionnier. D’autres pays expriment leur intérêt pour ces programmes de nutrition spatiale et souhaitent développer des études similaires. SEM devrait donc prendre une nouvelle dimension en s’inscrivant dans un champ européen élargi. Objective : 2,500 Kcal a day It being the International Year of Astronomy (IYA), France’s AFLYHT* hotel and tourism school association chose the Cité de l’espace in Toulouse for its annual conference on 26 March. Pupils from seven schools presented a multidisciplinary project known as Mangez le ciel (A taste of Heaven). Space provided the backdrop for this evening and space nutrition was on the menu of a conference that brought together some 250 professionals from the hotel and tourist trades. Initiated in 1994 by Richard Filippi and Dominique Mériguet, then teachers at the hotel trade school in Souillac, the development of the SEM (Special Event Meals) space food programme is today a recognized part of human spaceflight. In 1996, the Cassiopée crew took with them 10 kg of French meals ; in 1998, Pégase took 20 kg and Perseus 35 kg. In 2007, Léopold Eyharts—on his mission to fireup the Columbus laboratory—gave the ISS crew a real treat by bringing along some roast quail. Since 2004, these rations have been prepared by the teams of Michelin-starred chef Alain Ducasse and pupils at Alain Ducasse Formation (ADF) to very strict specifications. In May 2009, 640 tins are awaiting an order from astronauts or scientists. Scientific research on metabolism Besides tasting good and giving the crew something a little special to enjoy, these rations—cooked in small quantities—are unquestionably useful for scientific research on metabolism. Unlike the daily Depuis deux ans l’exposition itinérante « Avenir de la Terre, les dés sontils jetés ? » fait le tour de France. Ici à Strasbourg, en octobre dernier. The travelling exhibition « Earth’s future : is the die cast ? » has been touring France for the last two years. Here it is in Strasbourg last October. meals, which include freeze-dried products, a whole meal can be exploited for physiology research by adding markers. The Energy experiment funded by CNES will soon be implemented. It willuse the balanced meal rations defined by the SEM project to provide astronauts with about 2,500 Kcal per day, with 20% proteins, 30% lipids and 50% carbohydrates. The astronauts will swallow markers (in water) before eating specific meals : two breakfasts, lunch and an evening meal. Scientists will collect samples over about ten days, enabling them to measure the markers and determine the energy spent by astronauts in the long term. SEM is a pioneering, nationwide project. Other countries have expressed their interest in these space nutrition programmes and wish to develop similar studies. SEM should therefore soon be scaling new heights as it spreads its wings in Europe. 34/cnesmag JUILLET 2009
J u LILIANE FEUILLERAC pour le/for CNES Society société PlanetObserver LA TERRE, LA VRAIE ! Depuis vingt ans, la société PlanetObserver fait son chemin entre art et technologie. Son cœur de métier, c’est « La Terre vue de satellite », aussi vraie que nature. La qualité exceptionnelle de sa colorimétrie est devenue la meilleure image de marque de la PME. La CartImage, Une autre façon de voir la Terre En phase avec son temps et avec les technologies nouvelles, PlanetObserver vient de créer un concept nouveau, la CartImage, un hybride entre carte topographique et cliché image. En retraitant l’image d’un territoire déterminé (Europe, pays, ville) extrait de sa base de données, elle crée un nouveau visuel sur lequel pourront venir s’inscrire, entre autres, des tracés routiers. Le fond pixélisé restitue toutes les caractéristiques naturelles du territoire choisi. CartImage ouvre la voie à des applications nouvelles via le réseau Internet, la navigation GPS ou la navigation 3D en temps réel. Déjà, elles ont fait leur chemin : Michelin les a choisies pour réactualiser et rendre plus réalistes ses cartes routières et France 2 les a adoptées en fond d’écran pour ses rubriques météo. fournissons « La Terre vue de satellite » aux professionnels, aux parcs scientifiques, aux collectivités, aux médias, aux entreprises et « Nous administrations », dit Laurent Masselot, président fondateur de PlanetObserver, une mission qu’il accomplit avec la manière ! Ce volcanologue de formation a eu le déclic à l’île de la Réunion, devant des reliefs exceptionnels, platement rendus sur cartes ! Il a cherché le palliatif scientifique aux délavés des planisphères et l’image satellite s’est imposée à lui. En 1989, il crée PlanetObserver. Landsat 5 et 7 fournissent la matière, PlanetObserver construit les outils et les exploite. Basée à Clermont-Ferrand, la société vient de finaliser la base de données satellitaires « Terra Cognita ». C’est la première mosaïque au monde de ce niveau esthétique, géo-référencée et ortho-rectifiée de l’ensemble des terres c CARTIMAGE A new way of looking at Earth Keeping pace with new technologies and gearing its products to current needs, PlanetObserver has just comeup with a new concept. The « CartImage » is a hybrid between a topographic map and an image. By reprocessing the image of a given territory (Europe, a country or a town) extracted from its database, CartImage creates a new visual medium on which other features can be overlaid, like road networks for example. The pixelized base renders all the natural characteristics of the chosen area. CartImages pave the way for new Internet, GPS navigation and real-time 3D navigation applications. They have already made headway : Michelin has chosen them toupdate and make its roadmaps more realistic, and French television channel France 2 uses them as the backdrop for its weather forecasts. JUILLET 2009 cnesmag/35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 1CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 72