CNES Mag n°42 jul/aoû/sep 2009
CNES Mag n°42 jul/aoû/sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de jul/aoû/sep 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 7,5 Mo

  • Dans ce numéro : destination Guyane

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
J société Society conditions d’impesanteur. À bord de cet Airbus, dont la base se situe à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac (Gironde), de nombreuses expériences scientifiques (fluides, chimie), médicales (neurosciences, physiologie, cardio-vasculaire), technologiques, voire pédagogiques, ont été réalisées depuis 1996 pour le compte du CNES, de l’Esa, de la Jaxa (Japon), du DLR allemand, etc. La sécurité d’abord Depuis 1987, 75 campagnes ont été menées, et plus de 9000 paraboles effectuées. En moyenne, six campagnes sont programmées par an. Pour faire des paraboles, l’avion alterne des manœuvres de montées et de descentes espacées de courts paliers. Pendant ces paraboles qui durent quelques secondes les chercheurs font leurs expériences en impesanteur, et cela avec une certaine souplesse et à moindre coût que dans la station spatiale ou à bord d’une fusée-sonde. Pourquoi ne pas réaliser des vols ouverts au grand public dès à présent ? « L’avion est différent de l’A300 certifié pour le transport aérien. Nos manœuvres sortent des trajectoires ordinaires d’un avion de ligne. Novespace doit donc démontrer à la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) que le niveau de sécurité que nous offrons est acceptable. Avec le Centre d’essais en vol (CEV) nous constituons un dossier technique et opérationnel dans ce sens. Nous devons aussi définir avec la DGAC le cadre réglementaire de ces vols, transport public, travail aérien, baptême de l’air, essais en vol ? la question n’est pas encore tranchée. » Jean-François Clervoy poursuit : « Novespace n’offrira pas une expérience de casse-cou. Le passager qui monte ne prendra pas plus de risque que lors d’un vol touristique classique ! » Cependant, pour connaître les joies de l’impesanteur, le passager ne coupera pas d’une bonne visite médicale, similaire à celle d’un pilote privée et signera dans la foulée une fiche d’abandon de recours en cas de problème… Un voyage en impesanteur Pendant plus d’une heure et demie, il aura droit, avant de monter à bord de l’appareil, à une présentation audiovisuelle du voyage comprenant le briefing de sécurité et médical, medical, technology or educational experiments since 1996 for CNES, ESA, Japanese space agency JAXA and German space agency DLR to name a few. Science experiments range from fluid mechanics to chemistry, while medical experiments investigate such areas as neuroscience, physiology and the cardiovascular system. Safety first Since 1987, 75 campaigns have been conducted and over 9,000 parabolas flown. On average, six campaigns are scheduled each year. A parabolic manoeuvre consists of climbing then descending steeply, levelling out and then starting over again. Researchers carry out their experiments during these weightless periods. The A300 Zero-G is a lowcost alternative to space stations or sounding rockets and offers greater flexibility. Why not openup parabolic flight to the public straight away ? « This aircraft differs from the A300 certified for air transport. Our manoeuvres are not the trajectories normally associated with airliners. Novespace must therefore prove to the French civil aviation authority DGAC 1 that we offer an acceptable level of safety. We are working with the CEV flight test centre to put together a technical and operational file to achievethis. We also have to define with DGAC which regulations should cover such flights : public transport, aerial work, first flight, test flight… ? This issue has not yet been resolved. » Jean-François Clervoy continues : « We’re not talking about daredevil flights, here. Passengers won’t run any greater risk than on a normal commercial flight. » However, before experiencing the joys of weightlessness, candidate passengers will have to pass a medical check-up similar to that for a private pilot and will sign a formrenouncing their right to appeal if a hitch occurs. Weightless travel Passengers will spend one and a half hours watching an audiovisual presentation of their trip, including safety and medical information, before donning their flight suit. And they had better be on time. The Airbus—scheduled to be replaced in 2014 by a similar aircraft—can takeup to 40 passengers who will pay € 4,000 to € 5,000 for a two-hour thrill-packed flight. These privileged, wealthy passengers will be found among aviation fans, thrillseekers, adventurers or others thirsting for new experiences … However, emphasizes Jean-François Clervoy : « CNES is looking into the possibility of funding a few flights, open to the general public, as « open days » on this flying laboratory. This type of discovery flight will, for € 100 to € 300, give the general public a glimpse of space programmes and microgravity. By late 2009, a first public flight could be sponsored by CNES as a kind of prize. The Airbus Zero-G is a fantastic place for space research. We’re not in it for the money. This is a great way to communicate about space, scientific research in microgravity, CNES and ESA. What better way to understand space than through bodily sensations ? Space still remainseither virtual or reserved for a privileged few (professional astronauts or space tourists.) ». French travel group Nouvelles Frontières has joinedup with Novespace to initiate preliminary contacts with overseeing authorities concerning these public flights. Perhaps we shall soon find in holiday catalogues a trip skywards for a few seconds of floating happiness. 1 Direction Générale de l’Aviation Civile 32/cnesmag JUILLET 2009
J Society société puis le revêtement d’une combinaison de vol. Il sera vivement recommandé d’être à l’heure pour embarquer. L’avion, dont on prévoit le changement en 2014 par un avion similaire, pourra accueillir 40 passagers payant (4000 à 5000 €) pour un vol garanti en émotions uniques pendant 2 heures ! Ces passagers passionnés se recruteront chez les fanas d’aéronautique, ou les habitués des Tropiques, ou des voyages insolites à la rencontre de manchots des Kerguelen, ou encore de voyage en brise-glace, direction le pôle Nord avec ses ours polaires… Cependant, souligne J.-F. Clervoy : « Le CNES étudie la possibilité de financer quelques vols, ouverts cette fois au grand public, comme des journées « portes ouvertes », de ce véritable laboratoire volant. Ces types de vols découverte permettront au grand public pour 100 à 300 euros de connaître les programmes spatiaux et le phénomène de l’impesanteur. D’ici à la fin 2009, un premier vol public pourrait être ainsi sponsorisé par le CNES, une sorte de vol récompense dans ce formidable lieu de recherche spatiale qu’est l’Airbus Zero-G. Soyons clair, nous ne faisons pas du business, cette ouverture vers la société est un formidable moyen de communication pour parler de l’espace, de la recherche scientifique en impesanteur, du CNES et de l’Esa. Quoi de plus concret que ce type de prestation pour appréhender par des sensations corporelles l’espace, qui reste, soit virtuel, soit réservé à quelques-uns (spationautes professionnels ou touristes de l’espace). » Le voyagiste Nouvelles Frontières, intéressé par ces vols publics, a initié avec Novespace les premiers contacts avec les autorités de l’État. Et si on trouvait bientôt sur catalogue ce voyage autorisé pour quelques secondes de bonheur planant… POUR EN SAVOIR PLUS : FIND OUT MORE AT qwww.novespace.fr Note La lettre g désigne l’accélération de la pesanteur terrestre. Elle vaut au sol 9,8 m/s. 2 C’est aussi une unité d’accélération (1 g = 9,8 m/s 2) The letter g represents the acceleration of Earth’s gravity. At ground level its value is 9.8 m/s 2. It is also used in calculations as an acceleration constant (1 g = 9.8 m/s 2) Nutrition spatiale VERS DES REPAS À 2 500 KCAL/JOUR Le 26 mars, le congrès annuel de l’AFLYHT* s’est inscrit à la Cité de l’espace dans le cadre de l’Année mondiale de l’astronomie. Les élèves de sept établissements ont présenté un projet pluridisciplinaire : « Mangez le ciel ». L’espace était en toile de fond de la soirée et la nutrition spatiale au menu d’une conférence qui réunissait quelque 250 professionnels de l’hôtellerie et du tourisme. * AFLYHT : Association française des lycées de l’hôtellerie et de tourisme. Amorcé en 1994, sur l’initiative de Richard Filippi et Dominique Mériguet alors professeurs au lycée hôtelier de Souillac, le développement du programme de nourriture spatiale SEM est aujourd’hui une composante reconnue dans les missions de vols habités. En 1996 Cassiopée embarquait 10 kg de repas français, en 1998 Pégase 20 kg et Perséus 35 kg. Pour l’anecdote, en 2007 Léopold Eyharts, parti installer le laboratoire Columbus, régalera l’équipage de l’ISS en amenant des cailles rôties. Depuis 2004 ces rations, préparées par ADF et les équipes du chef étoilé Alain Ducasse, respectent c JUILLET 2009 cnesmag/33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 1CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 72