CNES Mag n°42 jul/aoû/sep 2009
CNES Mag n°42 jul/aoû/sep 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de jul/aoû/sep 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 7,5 Mo

  • Dans ce numéro : destination Guyane

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
J POLITIQUE Business & politics u HERVÉ MOULIN, vice-président de l’Institut français de l’histoire spatiale/Vice-President of the French space history institute 1921-2009 Hommage à Yvon Bourges Le ministre de la Défense, Yvon Bourges, en visite à bord du sous-marin français Le Tonnant le 3 mai 1980. Defence minister Yvon Bourges visiting the French submarine Le Tonnant on 3 May 1980. 1921-2009 Tribute to Yvon Bourges A leading figure of the Fifth French Republic and a Gaullist of the early years, Yvon Bourges occupied numerous ministerial posts between 1965 and 1980. Born in 1921 in Pau, south-west France, he studied public law and entered the prefectural corps in 1942. He subsequently tookup various key postings in Equatorial and West Africa during the period when France was withdrawing from its colonies there. In 1961, he was appointed principal private secretary to the Minister of the Interior, Roger Frey. In 1962, he entered politics and was elected Mayor of Dinard and Member of Parliament for Ille-et-Vilaine. Yvon Bourges was appointed to the government in January 1965 as Junior Minister with responsibility for scientific research and atomic and space affairs. Succeeding Gaston Palewski, he oversaw CNES from 23 February 1965 to 8 January 1966, a crucial period for France’s space sector. It was during his termas minister that France acquired its own space-launch capability in November 1965, when A1 was lofted into orbit by a Diamant A rocket, followed by the launch of FR1. But at the same time, he had to face budget restrictions and the first crises in ELDO and ESRO. In the national arena, he broke with previous launch policies, deciding in agreement with the ArmedForces Ministry on 1 January 1966 to entrust CNES with managing and overseeing work on future launchers. Viewing the launch base in Kourou, then under construction, as a key asset for France’s relations with its European partners, he worked hard to get ELDO to establish the facilities for its future Europa II launcher. Yvon Bourges subsequently occupied a succession of government posts, as Junior Minister in charge of information and government spokesman (1966-67), Junior Foreign Affairs Minister with responsibility for cooperation (1967-72) and Minister of Commerce and Trades (1972). From January 1975 to October 1980, he was Minister for Defence, the peak of his ministerial career. Elected to the European Parliament (1973-75) and later to the French Senate in September 1980, he retired from politics in 1998. Figure politique de la V e République, gaulliste de la première heure, Yvon Bourges a occupé, entre 1965 et 1980, de nombreuses fonctions ministérielles. Né en 1921 à Pau (Pyrénées-Atlantique), après des études de droit public, il entre en 1942 dans l’administration préfectorale, puis occupe différents postes importants en Afrique équatoriale et occidentale française pendant la période de décolonisation. En 1961, il devient directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Roger Frey. En 1962, il entre en politique et est élu maire de Dinard et député d’Ille-et- Vilaine. Yvon Bourges est appelé au gouvernement, en janvier 1965, comme secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales. Succédant à Gaston Palewski, il exerce la tutelle sur le Centre national d’études spatiales du 23 février 1965 au 8 janvier 1966, pendant une période cruciale des activités spatiales françaises. Au cours de son ministère, en novembre 1965, la France accède à l’espace (lancement de A1 par Diamant A et lancement de FR1). Mais dans le même temps, il se trouve confronté à un premier ralentissement de l’effort budgétaire national et aux premières crises des organisations européennes (Cecles/Eldo et Cers/Esro). Sur le plan national, rompant avec la politique suivie jusque-là en matière de lanceurs, en accord avec ministère des Armées, il prend la décision de confier au CNES, à compter du 1 er janvier 1966, la gestion et le contrôle de l’exécution des travaux relatifs aux futurs lanceurs. Considérant que le pas de tir de Kourou, en cours de construction, constitue un atout de premier ordre pour la France vis-à-vis de ses partenaires européens, il agit pour que le Cecles/Eldo implante les infrastructures nécessaires à son futur lanceur Europa II. Ensuite, il occupe successivement les fonctions de secrétaire d’État chargé de l’Information, porte-parole du gouvernement (1966-1967), secrétaire d’État aux Affaires étrangères chargé de la coopération (1967-1972), ministre du Commerce et de l’Artisanat (1972). De janvier 1975 à octobre 1980, il devient ministre de la Défense, ce qui constitue son apogée ministériel. Député européen (1973- 1975), élu sénateur en septembre 1980, Yvon Bourges prend sa retraite politique en 1998. t Précision/La convention Cecles/Eldo a bien été signée en 1962 au lieu de 1963. La convention Cecles/Eldo a été signée le 24 mars 1962 et est entrée en vigueur le 29 février 1964. La convention Cers/Esro a été signée le 14 juin 1962 et est entrée en vigueur le 20 mars 1964. L'autorisation de ratification par le Parlement français a été obtenue par le vote d’une loi unique pour les deux conventions (loi 63-1 250 du 21 décembre 1963). Correction/The ELDO agreement was signed in 1962, not 1963 as stated in our last issue. It was signed on 24 March 1962 and came into effect on 29 February 1964. The ESRO agreement was signed on 14 June 1962 and came into effect on 20 March 1964. Ratification of both agreements was approved through a single act voted by the French Parliament (Statute 63-1250 of 21 December 1963). 24/cnesmag JUILLET 2009
J u PHILIPPE COLLOT, CNES Business & politics POLITIQUE Le 16 juin 2009 s’ouvrait à la Cité des sciences et de l’industrie, la nouvelle exposition permanente « Objectifs Terre », dédiée à l’espace et à l’exploration terrestre. Claudie Haigneré, présidente de la Cité des sciences et Yannick d’Escatha, président du CNES, évoquent les atouts de cette collaboration. EXPOSITION PERMANENTE Le spatial à la croisée des arts et de la science interview « Quels sont les enjeux d’une communication, et notamment spatiale, vers le grand public ? Claudie Haigneré : Défis sanitaire, environnemental… le XXI e siècle doit faire face à des enjeux majeurs. Les sciences sont au cœur des progrès pour mieux connaître les causes et avancer dans la résolution des problèmes. Communiquer sur l’espace c’est donner à comprendre ces enjeux à tous les publics et rendre plus visibles les applications tellement présentes dans le quotidien. Communiquer c’est aussi échanger de manière transverse et à l’échelle de l’Europe ; aujourd’hui, à l’évidence, les enjeux du spatial doivent se concevoir dans un cadre européen. Sur ce plan, la Cité des Sciences va programmer des conférences citoyennes internationales auxquelles le public est invité à participer car la science a aussi sa place au cœur du débat démocratique. Par ailleurs, la nouvelle exposition permanente est un intéressant support de communication. Dynamique et interactive, elle offre plusieurs niveaux de lecture et chacun peut en avoir une approche individualisée. En revanche, cette exposition est porteuse d’une démarche nouvelle : elle ne donne pas toutes les réponses mais elle incite et invite chacun à la curiosité. C’est le point de départ vers une recherche personnelle approfondie, dans des ouvrages, sur Internet, etc. Avant, un musée offrait un concentré de passé. Le musée du futur doit impulser un désir de connaissance et de projection vers une culture élargie. Yannick d’Escatha : Il nous paraît très important de présenter les enjeux de l’espace car ils ne sont pas suffisamment connus du grand public. Peu de gens savent que des dizaines d’applications du spatial les entourent tous les jours, via les satellites : le partage d’informations (téléphonie, télévision, Internet haut débit, transmission de données), la navigation (GPS, Galileo), la météorologie, les photos satellites sur Internet, l’étude du changement climatique ou encore la sécurité (secours avec les balises Argos et gestion des situations de crise), sans oublier la défense, doivent beaucoup à l’apport des satellites… Nous voulons aussi faire connaître le rôle du CNES, l’agence spatiale française, expliquer les programmes spatiaux français, européens et internationaux, contribuer ainsi à l’émergence d’une culture technologique et spatiale pour le grand public. Si tout cela suscite de l’intérêt, voire des vocations chez les jeunes, tant mieux ! Cette culture spatiale est aussi une nécessité pour bien appréhender les grands débats modernes qui ont presque toujours une dimension scienti- c JUILLET 2009 cnesmag/25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 1CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 42 jul/aoû/sep 2009 Page 72