CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de avr/mai/jun 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : AMA 2009, une année "big bang"

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
J dossier Special report Image stéréo de Kasei Valles prise par la sonde Mars Express de l’Esa. Stereo image of Kasei Valles taken by ESA’s Mars Express spacecraft. « IMPORTANTE DE LEUR MASSE N’EST PAS ACTUELLEMENT OBSERVÉE. » L’OBSERVATION DE LA DYNAMIQUE DES GALAXIES ET DES AMAS DE GALAXIES MONTRE QU’UNE PARTIE « Observations of the dynamics of galaxies and galaxy clusters show that a significant portion of their massis invisible. » observer des systèmes proches du Soleil très en détail afin de caractériser leur atmosphère, et d’étudier si des conditions favorables à l’émergence de la vie existent sur les planètes telluriques. De la soupe primordiale aux galaxies L’un des défis de la cosmologie est de comprendre comment des étoiles, des galaxies, des amas de galaxies se sont formés à partir des petites fluctuations de densité observées dans le fond diffus cosmologique, et comment ces structures ont évolué par la suite. Quel est le rôle des trous noirs dans l’évolution des galaxies qui les hébergent ? Qu’est-ce qui explique les différences entre une galaxie spirale et une galaxie elliptique ? Par ailleurs, l’observation de la dynamique des galaxies et des amas de galaxies montre qu’une partie importante de leur masse n’est pas actuellement observée. C’est ce qu’on appelle la matière noire. Quel est son rôle dans la formation des galaxies et des amas ? Quelle est sa distribution spatiale ? Quelle est sa nature ? Enfin, notre galaxie et le Groupe local (le groupe de galaxies dans lequel se situe notre Voie lactée) sont un laboratoire idéal pour tester les modèles de formation des galaxies. Les caractéristiques des différentes composantes de notre galaxie sont le reflet de leur histoire : taux et lieux de formation d’étoiles, distribution des masses, accrétion de gaz. Une compréhension en profondeur de notre galaxie permettra ensuite de l’utiliser comme un modèle pour analyser les galaxies lointaines observées globalement. Les énigmes de l’origine de l’Univers et des phénomènes extrêmes Observations et théorie ont progressivement amené les astrophysiciens à élaborer un modèle qui explique beaucoup des faits et structures observés : juste après le Big Bang, l’Univers a subi une période initiale d’expansion accélérée, appelée inflation ; il est de nouveau, maintenant, en phase d’expansion accélérée ; avec des télescopes de plus en plus puissants, on observe des galaxies de plus en plus loin. Mais ce modèle standard est la source de l’une des plus grandes énigmes actuelles : quelle est cette force, appelée énergie sombre, qui provoque l’accélération actuelle de l’expansion ? De plus, il laisse de nombreuses questions sans réponse : de quelle nature sont les 96% du contenu de l’Univers non identifiés ? Quelles sont les traces des premières étapes de l’évolution de l’Univers et comment les observer ? Par ailleurs, l’Univers est le seul laboratoire où il est possible d’observer les effets relativistes de la densité ou de la gravité extrêmes : que se passe-t-il très près d’un trou noir ? Qu’est-ce qui produit l’explosion d’une supernova ou d’un sursaut gamma ? Quel est le rôle des champs magnétiques ? 44/cnesmag AVRIL 2009
J Special report dossier Et notre système solaire ? À l’aube de la planétologie comparée, bien des mystères demeurent sur cette zone de l’Univers que nous pouvons pourtant étudier très en détail. Les planètes se forment par accrétion dans des disques de matériaux. Mais par quel processus et suivant quelle échelle de temps ? Les observations rapprochées de nombreux corps du système solaire ont montré leur diversité. Reste à l’expliquer ! Une autre question, fondamentale, est de savoir si la vie, sous une forme ou une autre, existe ailleurs dans le système solaire, de comprendre quelles sont les conditions qui permettent son apparition et quel rôle a eu, et a maintenant, le Soleil, dans le développement de la vie sur la Terre. Enfin, les interactions entre l’activité solaire et l’environnement terrestre, à diverses échelles, ainsi que les mécanismes en jeu à l’intérieur du Soleil sont des éléments essentiels de la compréhension de la structure interne et de l’évolution des étoiles. Le prochain chapitre montrera les avancées majeures attendues de l’astronomie spatiale et le rôle important du CNES et de l’Europe dans les différents domaines brièvement résumés ci-dessus. Vue d’artiste d’un trou noir dans un amas globulaire. Artist’s impression of a black hole in a globular cluster. Dans la constellation de Pégase, l’amas de galaxies Abell 2 390 observé par Hubble (25 juillet 2008) est situé à 2,7 milliards d’années-lumière. The Abell 2390 galaxy cluster in the Pegasus constellation, observed by Hubble on 25 July 2008, lies 2.7 billion light years away. FROM THE SOLAR SYSTEM TO DISTANT GALAXIES Understanding the Universe Astronomy seeks to understand the Universe and Earth’s place in the wider scheme of things. From ancient times, men and women have observed the heavens in this quest. It took many years, observations and theories to establish that the Earth is not at the centre of the solar system, itself not at the centre of the Galaxy, and the Galaxy not at the centre of the Universe. Since Galileo’s first observations, advances in ground-based and then spacebased observing technologies in the 20 th century have allowed us to peer deeper back in time and space. Earth’s obscuring atmosphere is the source of many perturbations for astronomical observations. Space-based instruments—like CoRoT, Hubble and Gaia—make it possible to escape its permanent motions. It also blocks out a large portion of the electromagnetic spectrum. In space, we can observe all wavelengths, from the microwave and infrared to the most energetic X-rays and gamma rays. The International Year of Astronomy gives us the opportunity to review what we have learned in this area and air the big questions now focusing the minds of researchers and engineers. Stars and planets We know that stars formin the interstellar medium, transforming matter and enriching it with heavy chemical elements like iron, and then recycling this matter when they explode and die. But conditions preceding star formation and the steps involved in this process are still poorly understood. For example, the discovery in 1995 of a planet unlike anything in our solar system, orbiting the star 51 Peg, completely turned existing theories on planetary system formation on their head. As of February 2009, 340 exoplanets have been detected. In the years ahead, there are many challenges : to complete a broad statistical survey of exoplanets and host stars ; to understand why exoplanets formaround certain types of star and not others ; to observe systems close to the Sun in detail and characterize their atmosphere ; and to study whether conditions able to support life exist on other Earth-like planets. From the primordial soup to galaxies One of the questions taxing cosmologists is how stars, galaxies and galaxy clusters formedfrom tiny variations in density in the cosmic background radiation, and how these structures evolved. What role do black holes play in the evolution of galaxies ? What explains the differences between spiral and elliptical galaxies ? Observations of the dynamics of galaxies and galaxy clusters show that a significant portion of their massis invisible. This is what has been termed « dark matter ». What role does dark matter play in galaxies and clusters ? How is it distributed spatially ? And what exactly is it ? Lastly, our Galaxy and the Local Group of galaxies to which our Milky Way belongs are an ideal laboratory for testing galaxy formation models. The components of our Galaxy reflect their history. Understanding them better will serve as a model for analysing distant galaxies. Enigmas and extreme phenomena Astrophysicists’observations and theories have gradually established a model that explains a lot of the events and structures we see : just after the Big Bang, the Universe initially underwent a period of inflation ; today, it is inflating rapidly again and we are using ever-more-powerful telescopes to observe ever-more-distant galaxies. But this standard model underlies one of the main enigmas yet to be solved : What is the force, called « dark energy », causing the current acceleration in cosmic expansion ? This model also leaves many other unanswered questions : What is the 96% of the unidentified matter in the Universe made of ? What traces remain of the early evolution of the Universe and how can we observe them ? Indeed, the Universe is the only laboratory where we can observe extreme relativistic effects of density and gravity : What happens close to a black hole ? What causes a supernova explosion or a gamma-ray burst ? And what role do magnetic fields play ? What of our solar system ? At the dawn of comparative planetology, many mysteries still surround this zone of the Universe. Planets formby accretion of matter into disks. But what process drove their formation and over what timescale ? Close observations of bodies in the solar system have shown how diverse they are, but we can’t explain why. Another fundamental question is whether any formof life exists elsewhere in the solar system, what conditions are necessary for it to emerge and what role the Sun has played and continues to play in its development on Earth. Finally, interactions between solar activity and Earth’s environment and the mechanisms driving the processes at the Sun’s core are vital to our understanding of the inner structure and evolution of stars. As we shall see in the next article, major advances are expected from space-based astronomy and CNES and Europe have an important role to play in all the areas touched on here. AVRIL 2009 cnesmag/45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 1CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 72-73CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 74-75CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 76