CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de avr/mai/jun 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : AMA 2009, une année "big bang"

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
J société Society Dans la région Centre (France), l’association Groupe Pandion, avec l’aide de l’Office national des forêts, met en place des initiatives de repeuplement de balbuzards. The Groupe Pandion association is working with ONF, the French forestry commission, to reintroduce ospreys in Central France. La cigogne Max est suivie depuis neuf ans grâce à sa balise Argos de 35 g. Max the stork has been tracked for nine years thanks to his 35-g Argos transmitter. et celle-ci ne doit pas dépasser 3% du poids de l’oiseau. Un émetteur de cinq grammes est sorti sur le marché cette année. En attendant, seuls les « migrants » dont le poids est entre 300 à 400 g sont harnachés. Depuis 2006, la demande par les scientifiques de « suivis d’oiseaux » explose ; CLS enregistre une forte croissance de nouveaux programmes. En 2008, près de 3000 balises équipent les oiseaux migrateurs. Il s’agit non seulement d’étudier leur migration et comportement, mais aussi de protéger ceux qui sont menacés. Par exemple, le balbuzard, rapace piscivore, est victime des chasseurs et des pesticides, les chouettes harfangs désertent les pôles faute de nourriture à cause du réchauffement climatique, les cigognes s’électrocutent en entrant en collision avec des fils électriques, etc. D’autres facteurs entrent en jeu. Il s’agit d’étudier l’adaptation des oiseaux au changement climatique, les variations de comportement : exemple connu des parents manchots qui vont chercher de plus en plus loin, en se relayant, la nourriture pour leurs petits… Autres espèces d’oiseaux, autres problèmes, cette fois sanitaires, les oiseaux sont à la fois porteur de virus et « usines à virus », CLS suit par satellites, pour le compte des scientifiques et d’organisations internationales, la FAO par exemple, les vecteurs potentiels du virus H5N2 (influenza aviaire). Les oiseaux migrateurs sont soupçonnés de propager des maladies infectieuses. Le programme du Cirad en Afrique suit les canards sauvages, le programme de la faculté de médecine de Bangkok, en Thaïlande, suit les canards siffleurs et les cigognes, en Chine ce sont les oiseaux aquatiques qui sont suivis par satellites (oies, cormorans ont été fortement décimés par le virus H5N2). Inciter le balbuzard à vivre en France François Baillon, biologiste, ornithologue à l’IRD, président de l’association Groupe Pandion (nom latin du balbuzard), regrette de ne plus avoir de nouvelles de Tom, le premier balbuzard français équipé d’une balise Argos solaire + GPS de 35 g, perdu dans le delta du Tage au Portugal. Autrefois nicheur forestier assez commun sur les fleuves, rivières et étangs français, ce rapace piscivore fut victime du braconnage puis des pesticides empêchant sa reproduction en amincissant la coquille de ses œufs, de l’électrocution, de l’exploitation forestière, etc. De nos jours, on compte en France (région Centre et Corse) près de cinquante couples. Les scientifiques se mobilisent de par patterns and behaviour but also to protect threatened species. The osprey, for example, is a fish-eating bird of prey under threat from hunters and pesticides ; snowy owls are deserting the poles due to food shortages caused by global warming ; and storks get electrocuted by unwittingly flying into electric wires. Other factors are also the object of research : scientists are investigating how birds are evolving and changing their behaviour due to climate change, the bestknown example being parent penguins who have to take it in turns to seek food for their young further and further away. Other species have other problems, including health risks because birds are both carriers and producers of viruses. CLS is tracking potential carriers of H5N2 (avian’flu) for scientists and international organizations such as the FAO 1. Migratory birds are suspected of spreading infectious illnesses. In Africa, CIRAD 2 is tracking wild ducks. The faculty of medicine in Bangkok, Thailand, is tracking wigeons and storks. In China, where geese and cormorant populations have been decimated by the H5N2 virus, waterfowl also come under satellite scrutiny. Encouraging ospreys to live in France François Baillon—biologist and ornithologist at the IRD development research institute, chair of the Groupe Pandion association (namedafter the Latin for osprey)—is sorry to have lost touch with Tom, the first French osprey fitted with a solar-powered Argos transmitter and GPS, weighing 35 g and lost in the Tagus river delta, Portugal. Ospreys used to nest quite often in forested areas near French rivers and lakes, but this fish-eating bird of prey has fallen victim to poachers, pesticides that increase eggshell fragility—thus preventing reproduction— electrocution and dwindling forests. Today, there are nearly 50 pairs in the centre of France and Corsica combined. Scientists are working throughout the world to save this highly endangered species, and satellite technology is a real boon for them. « Two years ago, we placed a transmitter on Tom, a young osprey, to learnabout its movements in the Loiret region south of Paris. We wanted to identify its fishing zones in the Loire river or ponds, pinpoint the date of migration, its itinerary in France, Spain or Africa, how it chose to fly over the Pyrenees and assess the daily time spent flying and resting. The Argos transmitter informedus that Tom had taken five days to cross France, fly down along the Eastern coast of Spain then head for the Tagus river delta in Portugal for the winter. For ten months, we received six to ten messages per day before losing all contact for an unknown reason. This initial experience with satellite tracking was really useful. It taught us about local movements by identifying ospreypreferred areas. During the summer, we even managed to track Tom’s activities from 6 a.m. to 10 p.m. three or four times by combining field observations and satellite tracking data via a PC. With the help of ONF 3 and owners of major forested areas, we setup artificial platforms on tall trees to encourage this exceptional species to settle down again in this region and help buildup the French osprey population. Emboldened by this first experiment, we now plan to tag a whole family (parents and three young) with transmitters c 32/cnesmag AVRIL 2009
J Society société le monde également pour sauver cette espèce très menacée, et les techniques spatiales sont pour eux un outil précieux. « Il y a deux ans, nous avons posé une balise sur un jeune balbuzard, Tom, pour connaître sa dynamique spatiale dans le Loiret, déterminer ses secteurs de pêche, en Loire et en étang, préciser ses dates de départ en migration, son itinéraire en France, en Espagne ou en Afrique, ses stratégies de passage de la chaîne pyrénéenne, évaluer la durée journalière de ses déplacements et ses escales. Grâce à Argos, on a pu déterminer que Tom a traversé la France en cinq jours, longé la côte est de l’Espagne avant de se réorienter vers le delta du Tage au Portugal où il a passé l’hiver. Pendant dix mois, nous avons reçu 6 à 10 données par jour, avant de perdre définitivement le contact pour une raison inconnue… Cette première expérience avec le satellite a été bénéfique, elle nous a permis de comprendre les déplacements de l’oiseau, en localisant les secteurs qu’il préfère. Au cœur de l’été, il nous a même été possible de suivre, à trois ou quatre reprises, ses activités, de six heures du matin à dix heures du soir, en cumulant observations de terrain et suivi satellitaire via un PC. Dans ce contexte, nous avons installé avec l’aide de l’Office national des forêts mais aussi avec la participation de propriétaires de grands domaines forestiers, des plateformes artificielles sur de grands arbres afin d’inciter cette exceptionnelle espèce à s’installer de nouveau dans cette région, pour ainsi contribuer à la restauration de sa population en France. Encouragés par cette première expérience nous avons comme projet d’équiper une famille entière (père, mère et trois petits) pour perfectionner nos connaissances scientifiques du balbuzard, et aussi de lancer un grand programme pédagogique autour de ce suivi. » La mouette ivoire, « dodo du X XI e siècle » Colonie de mouettes ivoire, oiseau le plus emblématique de l’Arctique. Les balises Argos permettent de suivre leurs déplacements, leur alimentation et d’étudier leur reproduction. A colony of ivory gulls, the most emblematic Arctic bird. Argos transmitters are used to track their movements and feeding habits, and to study their reproduction. Adrian Aebischer, biologiste, ornithologue au muséum d’histoire naturelle de Fribourg, en Suisse, spécialiste du suivi satellitaire d’oiseaux (cigogne, milan, grand duc et surtout mouette ivoire), nous parle de cette dernière, étudiée dans le cadre d’un projet de la mission Ecopolaris : « La mouette ivoire est peut-être le dodo du XXI e siècle ! Elle est l’oiseau le plus emblématique de l’Arctique, elle est, avec l’ours blanc, l’espèce la plus gravement menacée d’extinction à moyen terme dans l’Arctique en raison du changement climatique. La population mondiale (Canada, Spitzberg, Groenland, Sibérie) n’excède probablement pas 15 000 couples. Par exemple, le Canada a perdu près de 80% de ses effectifs en vingt ans. C’est une espèce dépendante de la banquise, et surtout de la c Une mouette équipée de balise donne aussi des informations sur le changement climatique. A gull tagged with a transmitter also provides data on climate change. POUR EN SAVOIR PLUS : FIND OUT MORE AT qhttp://balbuzard.over-blog.net Des balises de plus en plus mini Principal constructeur de balise oiseau : Microwave Telemetry En 1992-1993, les Albatros des Kerguelen étaient équipés en balises de 100 g. Actuellement, balise Argos avec GPS et panneau solaire = 22 g. Balise Argos avec panneau solaire = 9,5 g. Nouveauté 2009, une balise de 5 g, intéressante pour les petites espèces. Pas encore possible : pour suivre une hirondelle de 17 g, il faudrait l’équiper d’une balise de 1 g (elle n’existe pas sur le marché pour suivre nos hirondelles.) Miniature transmitters just got smaller Main bird transmitter manufacturer : Microwave Telemetry In 1992-1993, albatrosses from the Kerguelen Islands flew transmitters weighing 100 g Today, an Argos transmitter with a GPS receiver and solar panel weighs 22 g Argos transmitter with solar panel of 9.5 g New in 2009, a 5-g transmitter for smaller species A future possibility ? It is not yet possible to track swallows, which weigh only 17 g. They would need a 1-g transmitter and there are currently none that small. AVRIL 2009 cnesmag/33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 1CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 72-73CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 74-75CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 76