CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de avr/mai/jun 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : AMA 2009, une année "big bang"

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
J POLITIQUE Business & politics LA FRANCE MOTEUR DE L’EUROPE SPATIALE u LILIANE FEUILLERAC, pour le/for CNES Histoire Dès sa création, en 1961, le CNES va montrer un réel dynamisme. Ses premières années d’existence sont marquées par un fort développement de l’activité spatiale. Les chiffres parlent : formé avec 17 personnes salariées, le CNES accueillait en 1967, 474 collaborateurs. Aujourd’hui, 2 400 personnes y travaillent. * CERS/ESRO : Organisation européenne de recherche spatiale. ** CECLES/ELDO : Organisation européenne pour la mise au point et la construction de lanceurs d’engins spatiaux. *** LIIIS – lanceur de la classe d’Europa III et de substitution. Vue aérienne du site de lancement Diamant, au Centre spatial guyanais, en 1970. Aerial view of the Diamant rocket launch site at the Guiana Space Centre in 1970. Àla création du Centre national d’études spatiales, si la France multiplie les contacts avec les États- Unis, elle ne veut pas s’inféoder et entend s’imposer comme une puissance spatiale. Si la force de dissuasion nucléaire française, décidée officiellement pendant la guerre froide par le général de Gaulle, a pour but « d’empêcher la guerre », elle a aussi pour objectif d’affirmer l’indépendance de la France sur la scène internationale. Pour servir ses ambitions, au niveau national, la France se dote de moyens techniques et financiers ; au niveau international, elle étudie les possibles coopérations. Les intérêts spatiaux s’invitent à l’ordre du jour des rencontres diplomatiques. Espace et affirmation d’indépendance nationale En 1965, le lancement de la fusée Diamant, premier lanceur exclusivement français, témoigne avec succès de la politique volontariste du gouvernement. Pour soutenir cette politique, l’organisation opérationnelle se renforce. Avec l’indépendance de l’Algérie et les accords d’Évian, la France doit Rencontre entre Léonid Brejnev et Georges Pompidou sur le tarmac de l’aéroport de Minsk en Ukraine. Leonid Brezhnev and Georges Pompidou meet on the tarmac at Minsk airport in Ukraine. abandonner le centre de lancement d’Hammaguir et démarre, en 1965, les premiers travaux de construction du futur Centre spatial guyanais à Kourou. Le CSG sera inauguré en avril 1968 avec le lancement d’une fusée Véronique. En 1968 aussi, en dépit de l’agitation sociale qui secoue la métropole et freine le développement de la politique spatiale, des actes significatifs sont posés : pour des raisons de synergie et d’économie, le centre de Brétigny va se déplacer à Toulouse, renforçant son caractère « aérospatial », aujourd’hui labellisé pôle mondial de compétitivité. Les travaux dureront jusqu’en 1974. En parallèle, de nouvelles orientations sont à l’étude pour élargir le champ vers des applications spatiales… une décision qui suppose la conception d’un nouveau lanceur. Au sortir de la crise, en 1970, l’adoption du rapport Aigrain, établi à la demande de Georges Pompidou, fixera les nouvelles orientations de la politique spatiale française. Dans le même temps, les coopérations se diversifient. Préparé dès 1964 au cours d’une rencontre entre Georges Pompidou et Léonid Brejnev, un accord signé entre les ministres Couve de Murville et Gromyko scellera, en juin 1966, la première coopération « spatiale » francosoviétique. Un an plus tard, l’accord franco-allemand pour le satellite Symphonie marque une étape importante dans les télécommunications spatiales en Europe. La France, acteur de la construction spatiale européenne En toile de fond, l’Europe spatiale se dessine ; au titre de la France, le CNES y jouera un rôle majeur. Les pays de l’Europe de l’Ouest unissent leurs moyens en créant 28/cnesmag AVRIL 2009
J Business & politics POLITIQUE d’espace deux organisations le CERS/ESRO* (1962) et le CECLES/ELDO** (1963), une collaboration qui n’ira pas sans difficultés. Pourtant, en 1970, Georges Pompidou réaffirme : « Il apparaît nécessaire que la France mette en œuvre une politique spatiale assurant la disposition, pour le pays, de satellites de télécommunications et de lanceurs correspondants […] et qu’un tel objectif soit aussi poursuivi par nos partenaires européens. » Cependant les difficultés du lanceur Europa II du CECLES/ELDO et surtout les approches très différentes de la France, de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne compliquent la situation. Finalement, elle se dénoue en 1973 avec la mise en place d’une organisation européenne unique où la science représentera le programme obligatoire, les autres projets bénéficiant du concept du « programme à la carte ». C’est ainsi que la France propose un nouveau lanceur LIIIS*** qui devient Ariane. La décision américaine d’assurer le lancement Symphonie (satellite de télécommunications) seulement pour une mission expérimentale conforte la France dans sa détermination à maîtriser un accès indépendant de l’Europe à l’espace. Elément clef de la coopération post-Apollo avec les États-Unis, Spacelab, porté par l’Allemagne et l’Italie, et Marots, soutenu par la Grande-Bretagne, pour les communications maritimes, complètent le « package deal » structurant des répartitions d’influence des États au sein de la nouvelle Agence spatiale européenne (Esa). Dès lors, fort de sa compétence technique, le CNES joue un rôle majeur dans le projet européen Ariane. N.D.L.R. Nos remerciements vont à Isabelle Sourbes-Verger, chercheur au CNRS, et à Hervé Moulin, vice-président de l’Institut français de l’histoire spatiale, pour leur précieuse collaboration. Space history France as Europe’s engine room in space In the early years after its inception in 1961, CNES provided strong momentum for development of space activities. Formedwith a team of just 17, by 1967 the new agency had increased its staff to 474. Today, it employs 2,400 people. Having formedits space agency, France cultivated contacts with the United States but remained intent on being a space power in its own right. The nuclear deterrence capability mandated by President Charles de Gaulle to avert war also sought to affirmthe nation’s independence. To serve its ambitions, France equipped itself with the necessary technical and financial resources and began looking at opportunities for international cooperation. Affirming national independence The launch of France’s Diamant rocket in 1965 marked the success of the government’s policy. To support this policy, it had to strengthen the nation’s operational organization. With the independence of Algeria and the Evian accords, France relinquished the Hammaguir launch base and began work in 1965 on the future Guiana Space Centre (CSG) in Kourou. The CSG was officially opened in April 1968 with the launch of a Véronique rocket. That year, the Brétigny space centre moved to Toulouse, thereby consolidating the city’s position as an aerospace hub that is today a global competitiveness cluster. At the same time, a new roadmap was taking shape to broaden the mission scope to space applications, and that meant a new launch vehicle was needed. The adoption in 1970 of the Aigrain report commissioned by President Georges Pompidou set France’s space policy on a new course. Meanwhile, cooperation initiatives were multiplying. Prepared in 1964 at a meeting between Georges Pompidou and Soviet President Leonid Brezhnev, an agreement signed by foreign ministers Maurice Couve de Murville and Andrei Gromyko in June 1966 laid the foundation for the first cooperation in space between the two nations. One year later, the French- German agreement to build the Symphonie satellite marked a key milestone for space telecommunications in Europe. France as a key player in Europe’s space effort In the meantime, CNES would play a key role in the nascent European space programme. Western European nations decided to setup two new organizations : the European Space Research Organization (ESRO) in 1962 and the European Launcher Development Organization (ELDO) in 1963. Although this partnership had itsups and downs, Georges Pompidou reaffirmedin 1970 that « It appears necessary for France to implement a space policy to provide our country with telecommunications satellites and the launch vehicles to place them in orbit… and it is to be hoped that our European partners will pursue this same objective. » But problems besetting ELDO’s Europa II launcher and above all the diverging approaches of France, Germany and the United Kingdom complicated matters. The crisis was resolved in 1973 through the creation of a single European organization in which members would contribute to a mandatory science programme while pursuing other projects on an optional basis. Thus it was that France proposed a new launcher called LIIIS, the forerunner of Ariane. The United States’decision to launch the Symphonie telecommunications satellite only for experimental purposes strengthened France’s determination to develop an independent European launch capability. The Spacelab project led by Germany and Italy, a key element of post-Apollo cooperation with the US, and the MAROTS maritime communications project supported by the UK completed the deal struck by the members of the new European Space Agency (ESA). With its engineering expertise, CNES would play a central role in the European Ariane project. Visite du personnel du Centre spatial guyanais lors de la présentation du lanceur Diamant B-2, en 1970, sur le site Diamant. Ce lanceur a placé en orbite, le 12 décembre 1970, le satellite technologique et scientifique Péole. Guiana Space Centre personnel visit the Diamant launch site during the presentation of the Diamant B-2 launcher in 1970. The launcher orbited the Peole technology and scientific satellite on 12 December 1970. Au CNES, Pierre Auger, Jean Coulombet Jean-François Denisse en qualité de présidents, Robert Aubinière et Michel Bignier en qualité de directeurs généraux, participeront, avec leurs équipes, à la construction de cette Europe spatiale. At CNES, Jean Coulomband Jean-François Denisse as Presidents, and Robert Aubinière and Michel Bignier as Director Generals, contributed with their teams to the construction of Europe’s budding space effort. www.cnes.fr Les premiers pas de l'Europe spatiale Europe's first steps in space http://www.cnes.fr/webmag AVRIL 2009 cnesmag/29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 1CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 72-73CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 74-75CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 76