CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
CNES Mag n°41 avr/mai/jun 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de avr/mai/jun 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : AMA 2009, une année "big bang"

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ERATJ news u De notre envoyé spécial/From our special correspondent PHILIPPE COLLOT, CNES OPÉRATION ARAPONGA L’ESPACE AU CHEVET DES VICTIMES DES CATASTROPHES 2009, 5 heures du matin : un avion de transport avec 70 passagers disparaît des écrans en traversant la forêt guyanaise. L’épave est vite repérée, au lieu-dit Saut Maripa, en bordure 26mars du fleuve Oyapock, dans une zone isolée difficile d’accès. De nombreuses victimes sont à craindre. Le plan rouge est ordonné. Heureusement, cette fois-ci, il ne s’agit que d’un exercice grandeur nature organisé par la préfecture pour tester le déploiement des secours et surtout un nouveau moyen mis à la disposition du Samu de Guyane par le CNES : le Poste de secours médical avancé (PSMA). Conteneur héliportable, il abrite une antenne satellitaire et des moyens de communication mobiles (téléphones, ordinateurs, webcams, liaison Internet, etc.) ainsi que des solutions techniques et logicielles adaptées à la gestion des catastrophes et de prise en compte des victimes. L’exercice s’est révélé d’un réalisme poignant, dû à la présence d’une carcasse d’avion, de fumigènes et au concours d’élèves infirmiers qui ont simulé les survivants du crash. Les personnels de secours, Samu, pompiers, gendarmes… ont pu tester le PSMA sous le regard d’observateurs tels que le CNES, Thales Alenia Space (qui l’a développé), les autorités locales et étrangères, ainsi que des médias. Une fois déposé sur site par hélicoptère, le PSMA a pu être opérationnel en quarante minutes et permettre au PC fixe situé à Saint-Georges-de-l’Oyapock d’établir des communications, des visioconférences, la prise en compte des victimes. En permettant au Samu de Guyane de disposer d’un tel équipement dans le cadre du plan d’aide « Mission Guyane », le CNES tient à démontrer que les applications spatiales s’avèrent de plus en plus irremplaçables. Dernier symbole : le satellite mis en œuvre pour l’exercice n’est autre qu’Atlantique Bird, lancé il y a quelques années par Ariane… depuis Kourou ! www.cnes.fr PSMA : dernier test réussi en Guyane PSMA unit put through its paces in French Guiana http://www.cnes.fr/webmag 700 kilogrammes : un poids plume qui permet à ce dispositif d’une dimension de quatre mètres cubes d’être transporté par hélicoptère afin d’être déployé dans n’importe quelles conditions. At 700 kilograms, the featherweight four-cubic-metre container can be airlifted by helicopter in all conditions. OPÉRATION ARAPONGA Space aiding disaster victims 26 March 2009, 5.00 a.m. : a commercial airliner with 70 passengers on board goes off the radar screen somewhere in the French Guianese forest. The aircraft is soon found, at a location called Saut Maripa in a remote area on the banks of the Oyapock River. There could be many victims and an emergency response plan is activated. Luckily, on this occasion it’s only a full-scale exercise organized by the authorities to test deployment of emergency teams and the new PSMA emergency medical aid unit provided by CNES. The PSMA unit is a heliportable container providing a satellite dish antenna, mobile communications equipment (telephones, computers, web cameras, Internet connection, etc.) and technical and software solutions designed for disaster management and triage of victims. The exercise proved particularly realistic, using a real aircraft hull, smoke canisters and student nurses acting as the crash survivors. Emergency teams—doctors, paramedics, fire brigade and police—put the PSMA unit through its paces under the watchful eye of CNES, Thales Alenia Space (the unit’s developer), local and foreign authorities, and the media. Once airlifted to the site by helicopter, the PSMA unit wasup and running in 40 minutes, establishing a link with the command post at St Georges de l’Oyapock to support videoconferencing and triage. In providing this equipment for French Guiana’s emergency services as part of the Guiana Mission aid plan, CNES intends to show that space applications are increasingly vital. As if to prove the point symbolically, the satellite used for the exercise was none other than Atlantic Bird, launched several years ago by Ariane from Kourou. t Spot Image ouvre à São Paulo Spot Image Brasil./Pour Hervé Buchwalter, PDG de Spot Image, filiale d’EADS Astrium, « la création de Spot Image Brasil correspond à une forte évolution du marché de l’information géographique au Brésil, marché lié à l’importance des enjeux environnementaux », notamment en Amazonie, et ce depuis de nombreuses années. Spot Image Brasil proposera sa large gamme d’images optiques ou radar afin de développer des services adaptés aux exigences de ses clients brésiliens. Spot Image Brazil in São Paulo/For Hervé Buchwalter, Chairman & CEO of Spot Image (an EADS subsidiary), « Spot Image will meet rising demand for geospatial information as the country addresses the environmental challenges ahead, particularly in the Amazonian region. » Spot Image Brazil will offer a broad range of optical and/or radar imagery products and will develop services to meet the specific needs of local customers. 14/cnesmag AVRIL 2009
Au cœur de l’innovation u LILIANE FEUILLERAC pour le/for CNES Robotique/Robot et webcam vont plus loin C’est l’exploration martienne qui a mis Mario Delail sur la route du téléguidage et de l’interactivité pour robot… et sur la voie des deux brevets aujourd’hui déposés. Une voie qui peut, sans aucun doute, s’élargir pour mettre ces innovations à disposition d’autres services et d’autres secteurs d’activité. Aujourd’hui en charge de la gestion de l’information et de la connaissance au CNES, Mario Delail a suivi de près l’évolution de l’aventure martienne. « Architecte et paysagiste » de la première infrastructure d’essais des prototypes du robot, il a sur ce terrain repéré les limites du véhicule face aux aléas de trajectoire. En pratique, une fois lâché, le robot va se déplacer selon l’itinéraire calculé, mais les pièges sont nombreux, heurts, dérapages… il va dévier de son itinéraire, voire se perdre. « Sur Mars il n’est pas possible de créer une trajectoire balisée. Il fallait imaginer un système grâce auquel le robot puisse lui-même poser des balises et créer ainsi un miniréseau de localisation », explique l’inventeur. C’est donc sur la notion d’interactivité qu’il a misé pour régler la question de l’autonomie de déplacement. Le robot trace son chemin Dans le nouveau concept, le top départ est toujours donné par une première balise programmée, mais sur des points stratégiques, ou en cas de difficulté, le robot, de manière autonome, dépose une nouvelle balise. Il calcule et mémorise la position de ce deuxième objet par rapport au premier et ainsi de suite. « Le balisage peut être réalisé par un opérateur distant. Mais le robot peut créer, de manière autonome, tout un miniréseau de localisation qui lui permet de se repérer et d’être également repéré », précise-t-il. Ce concept d’interactivité répond, aujourd’hui, à des besoins élargis. C’est également lui qui soutient le process utilisé dans les chaînes de ballons (cf. CNES Mag n°40, p.15). Le décalage induit de transmission d’images entre la Terre et Mars jouait toutefois en défaveur du système. Mario Delail a donc imaginé de parfaire son concept via le guidage à distance par une webcam ! « Dans ce cas, la trajectoire est prédéterminée à l’aide d’une cartographie du site et les déplacements du robot et de sa caméra vidéo sont commandés à distance par l’internaute. » Ce procédé interactif de diffusion d’images par caméra vidéo fait également l’objet d’un dépôt de brevet. Et si les premières applications ont été prévues dans l’optique d’une exploration martienne, on peut imaginer tout l’intérêt que peuvent représenter ces concepts dans le domaine militaire pour la reconnaissance de territoires ou en matière de sécurité pour la surveillance de sites classés à risque. Ils pourraient assister les services de secours dans des situations extrêmes comme les incendies, balisant le parcours dans les zones dangereuses et indiquant des « issues de secours ». En mode diffusion d’images, grâce à la webcam, la surveillance d’espaces et de locaux peut faire office de « vigile », remplaçant éventuellement plusieurs caméras. Enfin, dans des domaines plus ludiques, le marché immobilier avec des visites d’appartements à distance ou le tourisme pour la promotion de sites d’exception, toujours à distance, pourraient tirer parti de ces innovations. ROBOTICS Webcam-enabled rover goes further Mario Delail has pushed new boundaries in robot remote control and interactivity for Mars exploration, with two patents in the pipeline. And his innovations willalmost certainly be extended to other applications and sectors. Now in charge of information and knowledge management at CNES, Mario Delail has kept a close eye on developments in the Mars adventure. As the architect of the first trial infrastructure for Mars rover prototypes, he soon cameup against the limits of what these vehicles can cope with. Once released, the rover will follow its calculated route. But in practice, it will inevitably encounter obstacles, loose surfaces and other difficulties, causing it to deviate or lose its bearings completely. « On Mars, you can’t goup there first and mark out a nice smooth route, » explains the inventor. « So we needed to devise a system that would allow the rover to lay waymarkers and create its own small-scale positioning network. » He thus started thinking about how to build in a degree of interactivity to help the rover find its own way around. Milestones With this new system, a first predetermined waymarker establishes the departure point. Then at each strategic point, or when difficulties arise, the robot automatically lays another marker. It calculates and memorizes the position of each new marker with respect to the previous one. « Waymarkers can be laid by a remote operator. But the rover can setup a complete positioning network on its own, enabling it to navigate and us to track its position. » This interactive concept has since been extended to other fields, such as balloon-borne observations in chain configuration (see CNES Mag 40 p.15). However, the latency in communications between Earth and Mars works against the system. Mario Delail therefore set out to perfect his concept by adding remote control via webcam. « The route is calculated on a map of the terrain and the movement of the rover and videocam are controlled by the remote operator. » A patent has been filed to protect this interactive videocam image transmission process. Initially envisaged for Mars exploration, these innovations have clear potential for military applications, such as ground reconnaissance, and in security for surveillance of high-risk sites, for example. They could be utilized to assist emergency services in extreme situations by marking routes through hazardous areas and locating exits. And in webcam transmission mode, the robot could conduct surveillance of buildings and outdoor areas, replacing fixed cameras. Other market applications include real estate, for remote viewings of luxury apartments, for example, or promoting tourist highspots—all from the comfort of the office. AVRIL 2009 cnesmag/15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 1CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 72-73CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 74-75CNES Mag numéro 41 avr/mai/jun 2009 Page 76