CNES Mag n°40 jan/fév/mar 2009
CNES Mag n°40 jan/fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de jan/fév/mar 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'innovation spatiale au service de la société.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
J monde World RUSSIE RUSSIA u PAR CATHERINE IVANOV notre correspondante à Moscou Moscow correspondent De droite à gauche : Derniers saluts à la foule de Richard Garriott, Yury Lonchakov et Michael Fink. From right : Richard Garriott, Yuri Lonchakov and Michael Fink give a last wave to the crowd before departing. Reportage EN DIRECT DE BAÏKONOUR En octobre dernier, Youri Lanchakov, Russe, Michael Fink, Américain, et Richard Garriot, touriste américain, s’apprêtaient à rejoindre la station orbitale. Catherine Ivanov, notre correspondante à Moscou et Albert Le Goué, fonctionnaire de défense du CNES, ont suivi le départ de ce 18 e équipage au plus près du pas de tir mythique. Récit. Samedi 11 octobre, aéroport de Vnoukovo, 10 heures du matin départ pour Baïkonour. Un avion spécial, affrété pour la délégation américaine et les invités de Roscosmos, atterrit après quatre heures de vol sur la même piste que celle empruntée par Bourane en son temps. Après les formalités d’accueil, une visite de la ville est organisée. Immersion dans l’Union soviétique ! Anciennement Tiouratam, Leninsk n’a été rebaptisée Baïkonour (terre fertile pleine d’herbage) qu’après 1990. En réalité, l’authentique est une ville minière, située à plusieurs centaines de kilomètres du cosmodrome. Ruse stratégique pour tromper les Américains durant la guerre froide ! Dans l’après-midi, retour vers le cosmodrome en direction du pas de tir où le Soyouz FG, descendant direct de celui qui a emporté Youri Gagarine en 1961, est en place. Magnifique, le lanceur s’érige au milieu de la steppe, entouré de passerelles et de projecteurs. Quelques techniciens travaillent. Aucune agitation. Tout est encore calme et tranquille. Dimanche 12 octobre : jour J. Nous partons vers le site 254 REPORT Live from Baikonur Last October, Russian cosmonaut Yuri Lonchakov, U.S. astronaut Michael Fink and American space tourist Richard Garriot prepared to fly to the International Space Station. Catherine Ivanov, our Moscow correspondent, and CNES’s defence officer Albert Le Goué were there to witness the departure of the Expedition 18 crew, just a stone’s throw from a mythical launch pad. Vnukovo airport, 10.00 a.m., Saturday 11 October. A plane chartered for the U.S. delegation and Roscosmos’s guests lands after a four-hour flight on the runway used in the past by the Soviet Buran space shuttle. After a formal welcome to Baikonur, a tour of the town awaits them. The visit takes the party back to the Soviet era. Formerly Tyuratam, Leninsk was only renamedBaikonur—Kazakh for « wealthy brown »,i.e. « fertile land with many herbs » — after 1990. In fact, the real Baikonur is a mining town several hundred kilometres from the Cosmodrome, a strategic sleight of hand designed to confuse the United States during the Cold War. In the afternoon, the group returns to the Cosmodrome and the launch pad where the magnificent Soyuz FG, the direct descendent of the rocket that first carried Yuri Gagarin into space in 1961, stands proudly amidst the steppe, surrounded by walkways and floodlighting. A few technicians are busying themselves, but everything is calm and quiet. Sunday 12 October : the big day. We depart for site 254 where the crew are getting ready. A huge crowd has gathered. We watch the astronauts suitup behind a glass panel, as officials and emotional families look on. From now on, they’ll have no more contact with their loved ones. The crew receive their final instructions from Roscosmos Director General Anatoly Perminov and the launcher manufacturers. Then it’s time for the official public walkout ceremony. The three astronauts lineup and give a military salute, solemnly pledging their aptitude to accomplish the mission. The crowd applauds and cameras flash. The crew climbaboard the bus and once they’ve gone the roads are blocked and the launch zone secured. One hour before launch at 13.01 local time, we leave under a clear blue sky for the observation point one kilometre from the pad. Onlookers gather gradually and excitement mounts. A voice announces the sequence of events over the public address system. There’s a lot of noise allaround. Then, two minutes before ignition, a tense hush suddenly falls. The metal arms swing back and smoke begins to billow from the foot of the launcher, which then begins to climbstraight as an arrow. We have to wait a further 528 seconds to be sure the launch is a success. Then everyone begins to applaud, the sense of relief is palpable and emotions run high. Mission accomplished, and a unique and unforgettable experience at this legendary launch site where Sputnik, Laika and Gagarin first departed just 50 years ago. 58/cnesmag JANVIER 2009
J World monde où se préparent les cosmonautes. Un monde fou est venu participer aux derniers préparatifs. Nous assistons à la séance d’habillage de l’équipage derrière une vitre, en présence des familles émues et des officiels. À partir de là, ils n’auront plus de contact avec les leurs. Les cosmonautes reçoivent les dernières instructions d’Anatoly Perminov et des constructeurs généraux. S’ensuit la dernière cérémonie publique : le « walkout ». Tous les trois se placent selon un marquage au sol précis. Salut militaire, ils rendent compte solennellement au directeur de Roscosmos de leur aptitude à réaliser leur mission. La foule applaudit, les flashs crépitent. Les cosmonautes montent alors dans le bus, prêts pour le départ. Après leur passage, les routes sont coupées et la zone de lancement interdite. À une heure du lancement (13h01 heure locale), nous partons vers le site d’observation situé à un kilomètre du pas de tir. Le temps est magnifique, ciel bleu pur. Petit à petit, le public prend place. Au fil des minutes, l’excitation et la fébrilité s’intensifient. Une voix dans le haut parleur annonce les événements propres au lancement. Il y a beaucoup de bruit autour de nous. Soudain, à deux minutes de la mise à feu, le silence. Le silence absolu. La tension est extrême. Les bras métalliques s’écartent… la fumée apparaît au pied de la fusée… elle s’élève lentement, sur sa « LORS DU WALKOUT, LES COSMONAUTES RENDENT COMPTE SOLENNELLEMENT DE LEUR APTITUDE À REMPLIR LEUR MISSION AU DIRECTEUR DE ROSCOSMOS. » « At the official public walkout ceremony, the astronauts solemnly pledge their aptitude to accomplish the mission. » trajectoire tendue vers l’espace. Le haut-parleur continue à égrener les paramètres de vol… tout va bien. Il faut attendre 528 secondes pour en être sûr. Les applaudissements fusent de toute part… soulagement et émotion à la clé ! Mission accomplie, moment unique. Un souvenir inoubliable depuis ce site légendaire d’où sont partis, il y a seulement cinquante ans, Spoutnik, Laïka, Gagarine… t L’Espagne, nouvelle puissance spatiale/La ministre de la Science et de l’Innovation espagnole, Cristina Garmendia, a annoncé, lors de la réunion ministérielle de l’Agence spatiale européenne à La Haye, l’engagement de son pays à hauteur de 677 millions d’euros dans des projets de l’Esa pour la période 2009-2011. L’Espagne s’affirme ainsi comme un des leaders européens dans le secteur et se place dorénavant au 5 e rang des pays participant le plus au développement de la recherche spatiale, derrière la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie. Spain affirms new role as space power/Cristina Garmendia, Minister for Science and Innovation, announced at the ESA ministerial council meeting in The Hague that Spain is committing € 677 million to ESA projects for 2009-2011. This funding commitment puts Spain alongside Europe’s leading space nations as the 5 th largest contributor to space research behind France, Germany, the United Kingdom and Italy. JANVIER 2009 cnesmag/59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 1CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 72