CNES Mag n°40 jan/fév/mar 2009
CNES Mag n°40 jan/fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de jan/fév/mar 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'innovation spatiale au service de la société.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
J POLITIQUE Business & politics LA NAISSANCE DE L’ESPACE FRANÇAIS u LILIANE FEUILLERAC pour le/for CNES Histoire La fusée sonde Véronique AGI V37 prête à emporter le rat Hector, le 15 octobre 1962, à Hammaguir (Algérie). Véronique AGI V37 sounding rocket ready to carry Hector the rat into space, 15 October 1962, from Hammaguir, Algeria. L'équipe FR-1 décorée par Georges Pompidou, Premier ministre, en présence d’Alain Peyrefitte, ministre délégué chargé de la Recherche scientifique et des questions atomiques et spatiales. Au premier rang, de gauche à droite : The FR-1 team receive their honours from Prime Minister Georges Pompidou in the presence of Alain Peyrefitte, Minister for Scientific Research, Nuclear Affairs and Space. Front, from left : D. Derbernard,C. Froger, J.- P.Causse, J. Coulomb, G. Pompidou, R. Aubinière, P.Chiquet, S. Destivelle. Au second rang : M.X, J. Dementhon, J. Blamont, A. Peyrefitte, J. Tarjus, J. Saint- Etienne, N. Charbit. On pourrait penser que l’aventure naît du seul rêve des hommes. À tort. Elle peut avoir aussi, pour lui donner vie, une volonté, voire un contexte favorisant. Plus que toute autre, la conquête spatiale aura connu des étapes diverses dans sa marche en avant. Tantôt propulsée, tantôt freinée par des événements géopolitiques ou économiques divers et variés. Désormais, cette rubrique consacrée à l’histoire reviendra sur les événements marquants de la conquête spatiale. L’aventure spatiale – 1946-1962 En France, c’est le champ militaire qui, dès 1946, servira de théâtre aux lancements de prototypes, posant les principes de base des fusées et les fondements des futures recherches spatiales. Avec, pour défaut majeur, un « éparpillement » des travaux et des connaissances ! Créé en 1948, le Comité d’action scientifique de la Défense nationale (CASDN) aura pour mission première de coordonner ces organismes lancés dans des recherches souvent concurrentes. La France et l’espace Son action aura permis de mener à bien le programme de développement de la première fusée-sonde, « Véronique », construite par le Laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA). Au total, une quinzaine de fusées seront lancées. À l’époque l’engin, conçu en 1954 à partir du V2 allemand, était capable d’envoyer 60 kg à 100 km d’altitude ! En 1959, une version améliorée, la Véronique AGI, était destinée à être utilisée dans le cadre de l’Année géophysique internationale. La France, à cette époque, consacrait 0,7% du produit national brut à la recherche ! Et en cette période, l’idée du spatial restait très nationaliste. L’espace s’arrêtait aux limites du territoire et aux préoccupations militaires ! Dans le même temps, à l’échelle mondiale, Américains et Russes engagés dans la guerre froide avaient mis la dissuasion nucléaire au centre de leur conflit. En 1957, le lancement de Spoutnik 1, le premier satellite soviétique, prendra le monde au dépourvu et déclenchera la course à l’espace. La riposte des États-Unis passera par la création de la National Aeronautics and Space Administration (Nasa) en 1958 et par le lancement des grands programmes nationaux américains. Trois modes de développement pour l’espace français… Face à ces deux superpuissances et à la tension provoquée par la guerre froide, le gouvernement français décide alors de se doter d’une force de dissuasion nucléaire et de mettre en œuvre une politique spatiale indépendante. C’est le général de Gaulle qui, dès 1958, à son arrivée au pouvoir, en dépit du lourd fardeau des combats d’Algérie, lancera les bases de cette politique spatiale avec la volonté affirmée de « faire quelque chose dans l’espace ». Par décret du 8 janvier 28/cnesmag JANVIER 2009
J Business & politics POLITIQUE d’espace Space history The birth of France’s space programme It would be easy to think that dreams are all that fuel adventures. But we would be wrong. They also require a commitment and the right conditions. More than any other, the space adventure has had itsups and downs, sometimes advanced and sometimes held back by geopolitical and economic circumstances. In this issue of CNESMAG, we kick off a new feature looking at the milestone events that have marked this adventure. 1959, un premier pas était franchi avec la création du Comité de recherches spatiales, qui intégrait des scientifiques dans ses équipes. Très rapidement, les budgets de la recherche étaient triplés. La Société pour l’étude et la réalisation d’engins balistiques (Sereb) était chargée d’établir un premier plan d’action répondant aux ambitions de la France (force de frappe). La création, par décret de décembre 1961, du Centre national d’études spatiales (CNES), établissement public de recherches industrielles et commerciales (Epic) confirmait le renforcement de la politique spatiale. Le premier président en sera Pierre Auger et le premier directeur général, le général Robert Aubinière. Le programme Diamant, premier lanceur français, était engagé par la Délégation générale pour l’armement (DGA) et le CNES. Base de lancement de missiles militaires, Hammaguir (Algérie) sera pressenti comme base de lancement des satellites civils. Et déjà, si le souhait d’une politique spatiale nationale était bien ancré, apparaissait la nécessité de programmes élargis, soit dans le cadre bilatéral, soit dans le cadre européen. Un premier accord de coopération avec la Nasa allait donner naissance au premier satellite franco-américain FR-1 ; en parallèle les contours de l’Europe spatiale se dessinaient aussi. En fait depuis sa création, le CNES a su ne pas rester que sur le développement de programmes purement nationaux. Il s’est engagé dans le cadre bilatéral ou multilatéral, en premier lieu européen. À suivre… N.D.L.R. Nos remerciements vont à Marcel Gilli et au professeur Jacques Blamont, pour la richesse de leurs travaux et pour leur aimable collaboration. The adventure begins - 1946-1962 In France, prototype launches got underway in the military domain in 1946, laying the foundation for rockets and future space research. But in these early years, dispersion of research efforts and knowledge proved a major drawback until the science action committee for national defence (CASDN) was setup in 1948 to coordinate bodies working in often competing fields of research. France in space The CASDN was instrumental in the successful pursuit of the programme to develop the first Veronique sounding rocket, built by the LRBA ballistic and aeronautics research laboratory. In all, 15 rockets were launched. For the record, Veronique—designed in 1954 from the German V-2 rocket—was capable of lofting a 60-kg payload to no more than 100 km. In 1959, an enhanced version, Veronique AGI, was developed for the International Geophysics Year (IGY). At this time, France devoted 0.7% of its GNP to research and space was still very much confined to national boundaries and military concerns. Meanwhile, in the wider international arena nuclear deterrence was driving the Cold War rivalry between the United States and the Soviet Union. In 1957, the launch of the first Soviet satellite Sputnik 1 took the world by surprise and signalled the start of the space race. The United States responded by creating the National Aeronautics and Space Administration (NASA) in 1958 and launching a number of major national programmes. Three-pronged effort Faced with these two superpower blocs and accompanying Cold War tensions, the French government decided to acquire its own nuclear deterrence capability and implement an independent space policy. On his accession to power in 1958, despite the heavy burden of the conflict in Algeria, General Charles de Gaulle laid the foundations of this policy with the firmintention of making France a force to be reckoned with in space. The first step was the creation of a space research committee (CRS) on 8 January 1959. Research budgets were quickly tripled. A new company called SEREB (Société pour l'Étude et la Réalisation d'Engins Balistiques) was formedto establish an initial action plan to serve France’s nuclear ambitions. The inception of CNES in December 1961 confirmedthe government’s strong commitment to space. The agency’s first President was Pierre Auger and its Director General Robert Aubinière. With DGA, the defence procurement agency, CNES subsequently started France’s Diamant launcher programme and the Hammaguir military launch range in Algeria was eyed as a base for orbiting civil satellites. Even at this early stage, despite strong support for a national space policy it was already clear that programmes would need to seek bilateral or European partners. A first cooperation agreement with NASA gave rise to the first French- U.S. satellite FR-1, while at the same time the outlines of Europe’s space effort were taking shape. From the outset, CNES did not restrict its vision to purely national programmes. The agency sought to establish bilateral and multilateral cooperative ties, particularly in Europe. To be continued… Le général de Gaulle pose les bases de la politique spatiale française dès 1958. President Charles de Gaulle laid the foundations of France’s space policy in 1958. Editor’s Note – We would like to thank Marcel Gilli and Professor Jacques Blamont for their prodigious work and their kind assistance. JANVIER 2009 cnesmag/29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 1CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 72