CNES Mag n°40 jan/fév/mar 2009
CNES Mag n°40 jan/fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de jan/fév/mar 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'innovation spatiale au service de la société.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
J POLITIQUE Business & politics Présentation du plan « France numérique 2012 » à l’Élysée. The Digital France 2012 plan is presented at the Elysée palace. Le satellite a depuis longtemps montré la preuve de son efficacité, notamment là où l’infrastructure terrestre faisait défaut. Le plan propose trois initiatives spécifiques dans ce domaine : le développement d’offres d’accès haut débit par satellite, en labellisant avec les opérateurs satellites, d’ici à la fin de l’année 2009, cinq centres de formation interrégionaux susceptibles de former les installateurs et distributeurs de services ; le développement d’une offre TNT gratuite satellitaire alternative, nécessaire pour permettre à un certain nombre de foyers disposant déjà d’une parabole d’accéder sans surcoût notoire à la TNT ; enfin l’accès à la télévision mobile par satellite, en soutenant l’adoption de la norme DVB-SH et en définissant le cadre réglementaire français pour l’attribution des fréquences à 2 GHz. Par ailleurs, la mise en œuvre du droit à Internet haut débit pour tous les Français d’ici à 2010 reposera en partie sur les technologies satellitaires. end 2009, to train antenna installers and service distributors ; develop an alternative free terrestrial digital channel offering via satellite to allow households that already have a satellite dish to receive terrestrial digital TV without having to pay a premium for it ; and mobile satellite TV, by supporting adoption of the DVB-SH standard and defining French regulations for allocating 2-GHz frequency slots. Bringing broadband Internet to everyone in France by 2010 willalso require satellite technologies to a certain extent. What role should government play in defining, promoting and overseeing solutions for rural areas ? Eric Besson : Government can act in several ways to nurture solutions adapted to rural areas. First, it can define the regulatory framework, particularly with regard to frequencies. For example, our plan has decided to allocate digital dividend frequencies freed after analogue TV switch-off to mobile broadband Internet in rural areas. We must quickly define an appropriate regulatory framework for 2-GHz frequencies for mobile satellite services in sparsely populated regions. Next, by supporting industry initiatives designed to establish technology standards (for example, DVB-SH for personal mobile satellite TV), government is encouraging development of large-scale solutions that are more likely to be able to break even, including in rural areas. Lastly, it can stimulate service packages adapted to rural areas. This is what I aim to do by proposing to establish a universal right to broadband Internet at a minimum of 512 Kb for no more than € 35 a month, or through a second satellite terrestrial digital TV offering. How do you see satellite mobile TV developing ? Eric Besson : I’m very optimistic. The use of satellites for mobile television services complements terrestrial networks and I think Europe is moving in the right direction. As you know, a European selection process has been engaged across the 27 EU member states to choose industrial projects employing the 2-GHz frequency band. This is a first, since nations usually allocate their own frequencies. Several French firms are competing for the space segment and for communications equipment. These projects, which will invest € 200 million a year, will spur economic development by helping to create a European mobile satellite television market expected to be worth more than € 2 billion by 2014 (of which around € 500 million in France). So as not to delay launching these services, we intend to define a national regulatory framework for allocating frequencies in France by the first quarter of 2009. What role do you expect CNES to play as a trailblazer of innovative satellite solutions in driving your plan forward ? Eric Besson : As mobile satellite television illustrates, satellite networks pose a major industrial challenge for France, and CNES, with its long track record of innovating for the public good, will clearly play a key role in research and development of future satellite services. I would particularly like to commend it for its trailblazing effort on the AGORA preliminary project in 2003, for which CNES engineers developed technologies that reduce the cost of satellite Internet links tenfold. These technologies are set to be employed on K a -band satellites to offer data rates comparable to ADSL networks for currently underserved rural areas. The research and cooperation programmes in which CNES is involvedupstream with industry partners are central to the Digital France 2012 plan to develop our digital economy. 18/cnesmag JANVIER 2009
J Business & politics POLITIQUE Quel rôle doit jouer la puissance publique pour la définition, la promotion et l’encadrement de solutions adaptées aux zones rurales ? Éric Besson : La puissance publique dispose de plusieurs leviers d’action pour encourager le développement de solutions adaptées aux zones rurales. Tout d’abord, elle peut définir le cadre réglementaire, notamment en matière de fréquences. C’est ainsi que le plan a décidé de dédier des fréquences basses, dites « en or », celles libérées par l’arrêt de la télévision analogique (le dividende numérique), à Internet haut débit mobile dans les zones rurales. Rapidement un cadre réglementaire adapté devra être défini, concernant les fréquences à 2 GHz pour les services mobiles par satellite dans les zones peu denses. Ensuite, en soutenant des initiatives des industriels visant à standardiser des technologies (par exemple la norme DVB-SH pour la télévision mobile personnelle par satellite), la puissance publique encourage le développement de solutions industrielles à grande échelle, susceptibles de trouver plus facilement leur point d’équilibre, y compris dans les zones rurales. Enfin, elle peut stimuler le développement d’offres adaptées aux zones rurales. C’est ce que j’ai entrepris en proposant l’instauration d’un droit accès à l’Internet haut débit pour tous – une offre d’accès Internet haut débit, en tout point du territoire, à une connexion minimum de 512 kb/s pour un prix maximum de 35 € par mois, ou encore l’émergence d’une deuxième offre TNT satellitaire. Quelle place le CNES, en tant que précurseur de solutions innovantes par satellite, doit-il occuper dans la dynamique que vous avez impulsée ? Éric Besson : On le voit avec la télévision mobile par satellite, les réseaux satellitaires représentent un enjeu industriel important pour la France, et le CNES, avec son histoire marquée par des innovations au service du grand public, a évidemment un rôle important à jouer en matière de développement et de recherche sur les prochains services satellitaires. Je tiens en particulier à saluer son rôle précurseur lorsqu’en 2003, avec l’avant-projet Agora, les ingénieurs du CNES ont développé des technologies permettant de diminuer par dix le coût des liaisons Internet par satellite, et qui aboutiront prochainement, via les satellites en bande Ka, à la mise en œuvre de débits comparables aux réseaux ADSL pour les zones rurales, mal desservies actuellement. Les programmes de recherche et la coopération du CNES, en amont, avec nos industriels s’inscrivent pleinement dans le projet de développement de l’économie numérique « France numérique 2012 ». « MOBILE EST UNE SOLUTION PERTINENTE. » L’UTILISATION DE LA TECHNOLOGIE SATELLITAIRE POUR LES SERVICES DE TÉLÉVISION « The use of satellites for mobile television services complements terrestrial networks. » Comment voyez-vous l’évolution de la diffusion de télévision vers les mobiles, fondée sur les satellites ? Éric Besson : Je suis très optimiste. L’utilisation de la technologie satellitaire pour les services de télévision mobile est une solution pertinente en complément des réseaux terrestres. À cet égard, la dynamique européenne engagée sur ce sujet me semble aller dans le bon sens. Comme vous le savez, un processus de sélection au niveau européen a été mis en place af in de sélectionner des projets industriels à l’échelon des 27 États membres utilisant la bande de 2 GHz. Cette procédure constitue une première, puisque d’ordinaire ce sont les pays qui décident de l’attribution des fréquences. Plusieurs industriels français sont positionnés, tant sur le segment satellitaire que sur les équipements de communication. Facteur de développement économique, avec des investissements annuels de 200 millions d’euros, ces projets participeront à l’émergence d’un marché européen de la télévision mobile par satellite, estimé à plus de 2 milliards d’euros à l’horizon 2014 (dont environ 500 millions d’euros pour la France). Afin de ne pas retarder le lancement de ces services, nous prévoyons de définir le cadre réglementaire français pour l’affectation nationale de ces ressources en fréquences d’ici au premier trimestre 2009. JANVIER 2009 cnesmag/19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 1CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 2-3CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 4-5CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 6-7CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 8-9CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 10-11CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 12-13CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 14-15CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 16-17CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 18-19CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 20-21CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 22-23CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 24-25CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 26-27CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 28-29CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 30-31CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 32-33CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 34-35CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 36-37CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 38-39CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 40-41CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 42-43CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 44-45CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 46-47CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 48-49CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 50-51CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 52-53CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 54-55CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 56-57CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 58-59CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 60-61CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 62-63CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 64-65CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 66-67CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 68-69CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 70-71CNES Mag numéro 40 jan/fév/mar 2009 Page 72