CNES Mag n°39 oct/nov/déc 2008
CNES Mag n°39 oct/nov/déc 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de oct/nov/déc 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : GMES, des satellites au service de la terre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
J europe europe des politiques et des objectifs européens tout en reposant sur les acteurs majeurs que sont l’Esa, l’UE et leurs États membres respectifs, qui feront de l’Europe l’une des principales puissances spatiales sur la scène internationale ! Cet écrit met en exergue les responsabilités accrues de l’Union dans le domaine spatial, correspondant à celles qui incombent à un acteur mondial. De ce fait, une liste de sujets nécessitant une attention particulière a été établie : amélioration de la gouvernance et des mécanismes de financement de l’Union ; garantie d’un accès autonome de l’Europe à l’espace ; possibilité pour tous les États membres de participer aux activités spatiales ; développement d’un cadre réglementaire propice à l’émergence rapide de services avals novateurs et compétitifs ; promotion d’une approche cohérente à l’égard de la coopération internationale ; ou encore renforcement de la coopération avec les pays en développement. Ce projet de résolution rappelle la priorité actuelle donnée à la mise en œuvre des programmes Galiléo et « GMES ». Se félicitant des progrès réalisés depuis 2007, il demande notamment à la Commission européenne d’analyser les implications juridiques au titre de propriétaire des infrastructures spatiales qu’elle finance dans le cadre de Galiléo. Pour « GMES », le texte met l’accent sur la nature d’un bien public européen des données produites par de nombreux services d’information. Enfin, il établit de nouvelles priorités thématiques pour la PSE autour du changement climatique, de la stratégie de Lisbonne, de la sécurité et de l’exploration spatiale. ■ Espace et changement climatique : Le texte accueille favorablement l’intention de la Commission européenne de conduire une étude sur les besoins de la communauté scientifique travaillant sur le climat, en termes d’accès à des données normalisées et d’accroissement de la puissance de calcul disponible. Cette étude devra analyser les moyens de répondre à ces besoins, notamment par le biais d’un renforcement de la coopération entre les centres européens de recherche sur le climat. ■ Contribution des activités spatiales à la stratégie de Lisbonne : Le texte reconnaît que le secteur des services spatiaux est porteur de croissance et d’emploi pour l’Europe, notamment au sein des PME. Pour exploiter ce potentiel, un cadre réglementaire et des normes appropriées sont nécessaires. Inclure les activités spatiales dans l’initiative sur les « marchés porteurs » pourrait donc être envisagé. ■ Espace et sécurité : Le texte reconnaît que les systèmes spatiaux sont devenus indispensables à notre économie et donc que leur sécurité doit être garantie. En ce sens, l’Union, en concertation avec l’Esa et leurs États membres respectifs, devra jouer un rôle actif dans la mise en place progressive d’un dispositif européen pour assurer le suivi et la surveillance de son infrastructure spatiale et des débris spatiaux. ■ Exploration spatiale : Enfin le texte estime que l’exploration spatiale est une entreprise politique et planétaire dans laquelle l’Europe se devra d’agir. Elle doit donc élaborer une vision commune et une planification stratégique à long terme lui garantissant des positions essentielles et reposant sur ses domaines d’excellence. Dès lors il convient que l’Union, l’Esa et leurs États membres respectifs approfondissent le dialogue politique nécessaire avec les autres États et le promeuvent sur la scène internationale. La Commission européenne a, d’ailleurs, l’intention d’organiser une conférence politique sur une vision mondiale à long terme en matière d’exploration spatiale, ouvrant ainsi un débat public sur le rôle de l’Europe dans cette entreprise mondiale. DISCUSSIONS FRUCTUEUSES Cette résolution a été adoptée à l’unanimité par tous les États membres. La plupart des délégations ont félicité la présidence française pour la réunion informelle de Kourou. Ils ont mis en exergue les points suivants : le fondement même de la PSE repose sur la résolution adoptée en mai 2007 ; l’importance de la nouvelle résolution apporte une vision de l’espace 56 a number of issues to be addressed : improving EU governance and funding mechanisms ; guaranteeing Europe’s independent access to space ; giving all member states the opportunity to get involved in space activities ; developing an appropriate regulatory framework to facilitate the swift emergence of innovative and competitive downstream services ; promoting a coherent approach to international cooperation in space programmes ; and strengthening cooperation with developing countries. The resolution reaffirms the current focus on implementing the Galileo and GMES programmes. While welcoming advances made since 2007, it invites the Commission to address the legal implications of owning the assets it has funded for Galileo. Concerning GMES, the text emphasizes the role of GMES information services as a public good for Europe. Lastly, it sets out new thematic priorities for the ESP focusing on climate change, the Lisbon strategy, security and space exploration. ■ Space and climate change : the resolution welcomes the Commission’s intention to conduct a study to assess the needs of the scientific community for fullaccess to standardized data and for increased computing power. This study must analyse the means required to fulfil these objectives, especially through closer cooperation between climate research centres in Europe. ■ Contribution of space to the Lisbon strategy : the text recognizes that space applications are expected to drive growth and jobs in Europe, especially for SMEs. An appropriate regulatory framework and standards are needed to exploit this potential. Space activities could thus be considered for inclusion in the Lead Market Initiative. ■ Space and security : the resolution recalls that space assets have become vital to our economy and that their security must thus be ensured. Consequently, the EU, working closely with ESA and member states, must play an active role in developing a European capability for monitoring and surveillance of its space infrastructure and space debris. ■ Space exploration : lastly, the resolution affirms that space exploration is a political and global endeavour in which Europe should play an active role. It must therefore develop a common vision and long-termstrategic planning to ensure key positions based on its domains of excellence. This means the EU, ESA and their respective member states must further pursue the necessary political dialogue with other states involved and promote it on the cnesmag u NOVEMBRE 2008
J europe europe ESA/S. CORVAJA, 2008 Le 5 e Conseil Espace, coprésidé par Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour la présidence française de l’UE, et par Maria Van der Hoeven, ministre néerlandaise des Affaires économiques, pour la présidence de l’Esa, s’est conclu par l’adoption à l’unanimité de la résolution par les 29 ministres européens en charge de l’espace (soit les 27 pays de l’Union, plus Norvège et Suisse). At the 5 th Space Council, co-chaired by Valérie Pécresse, Minister for Higher Education and Research, for the French EU presidency, and Maria Van der Hoeven, Dutch Minister of Economic Affairs, for the ESA presidency, the 29 European space ministers (from the 27 EU member states plus Norway and Sweden) unanimously adopted the resolution. au service des citoyens européens et fait reconnaître l’Europe comme une puissance spatiale majeure sur la scène internationale ; les priorités actuelles sont bien la mise en œuvre de Galiléo et de « GMES » (dont il est essentiel de bâtir un programme opérationnel, d’assurer la pérennité de son fonctionnement et de mettre en place les budgets supplémentaires nécessaires à son financement) ainsi que la continuité des données ; l’Europe doit faire face à de grands défis comme le changement climatique ou la sécurité ; l’accès des PME au secteur spatial doit être encouragé et facilité ; enfin l’Union, avec le soutien de l’Esa, doit s’impliquer dans la stratégie mondiale d’exploration spatiale. La plupart des nouveaux pays entrants de l’UE ont fait preuve de beaucoup d’enthousiasme concernant la PSE et ont confirmé leur volonté de participer pleinement aux activités du secteur du spatial, notamment à la mise en place des services. Enfin des propositions ont été reçues, venant de la Grèce pour la création d’un « Centre de recherche européen sur le climat » dit « Grec », et de la Slovénie pour le siége de « GMES ». PROCHAINES ÉTAPES DE LA PFUE Lors du conseil compétitivité de début décembre, les ministres seront invités, à partir d’une communication de la Commission européenne sur « GMES », à adopter des conclusions sur ce programme, notamment sur sa gouvernance et son financement. Le Conseil européen de décembre pourrait reprendre à son compte certains éléments issus de la résolution du Conseil Espace de septembre. Ce serait la première fois qu’un Conseil européen traiterait de politique spatiale. Enfin mentionnons le Conseil de l’Esa au niveau ministériel qui se déroulera les 25 et 26 novembre à La Haye, dont l’enjeu sera de décider de nouveaux programmes mettant en application les principes discutés lors du Conseil Espace. Sans oublier l’événement grand public à Strasbourg, du 22 octobre au 5 novembre, dont le but est de faire découvrir l’Europe de l’espace à un large public à travers ses bénéfices pour la Terre et les citoyens, ainsi que l’exploration de l’Univers. ■ international scene. The Commission intends to organize a highlevel political conference on a long-termglobal vision for space exploration, to open a public debate on Europe’s role in this endeavour. Fruitful discussions Member states adopted this resolution unanimously and delegations congratulated the French EU presidency for organizing the informal meeting in Kourou. Points highlighted by the Space Council included : the ESP is founded on the resolution of May 2007 ; the new resolution establishes a vision for space serving European citizens and recognizes Europe as a major world space power ; the current priorities are implementing Galileo and GMES— for which it is vital to build an operational programme, assure longtermcontinuity and agree on additional budgets to fund it—and assuring data continuity ; Europe must meet major challenges such as climate change and security ; involvement of SMEs in space must be nurtured and facilitated ; and the EU, with support from ESA, must get involved in the global space exploration strategy. Most new EU entrants were very enthusiastic about the ESP and confirmedtheir desire to play a full part in space activities, notably in settingup services. Lastly, proposals were tabled by Greece to create a European climate research centre (GREC) and by Slovenia to host GMES headquarters. Next stages of the French EU presidency At the EU Competitiveness Council meeting early in December, ministers will be invited on the basis of a communication from the European Commission on GMES to adopt conclusions on this programme, in particular with respect to governance and funding. The December EU Council meeting could also takeup some of the issues raised in the September Space Council resolution. This would be the first time an EU Council has discussed space policy. Finally, the ESA Ministerial Council meeting at The Hague on 25-26 November will be called on to reach decisions on new programmes applying the principles discussed by the Space Council. Not forgetting the special space event in Strasbourg, France, open to the public from 22 October to 5 November, which will be showcasing Europe’s space programme and how it is serving Earth, citizens and space exploration. ■ 57 NOVEMBRE 2008 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 1CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 2-3CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 4-5CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 6-7CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 8-9CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 10-11CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 12-13CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 14-15CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 16-17CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 18-19CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 20-21CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 22-23CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 24-25CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 26-27CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 28-29CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 30-31CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 32-33CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 34-35CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 36-37CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 38-39CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 40-41CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 42-43CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 44-45CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 46-47CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 48-49CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 50-51CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 52-53CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 54-55CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 56-57CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 58-59CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 60-61CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 62-63CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 64-65CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 66-67CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 68-69CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 70-71CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 72