CNES Mag n°39 oct/nov/déc 2008
CNES Mag n°39 oct/nov/déc 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de oct/nov/déc 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : GMES, des satellites au service de la terre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
J dossier special report LILLE Une étape clé pour les services « GMES » Sept ans après le premier forum GMES (Global Monitoring for Environment and Security) à Lille, les promoteurs du programme se sont retrouvés dans cette ville, les 16 et 17 septembre, pour lancer la première phase de services. Capitalisant de sérieux acquis dont plus d’une dizaine de satellites en service, il reste malgré tout du chemin à parcourir (gouvernance, financement au-delà de 2013, cadre juridique, mutualisation des moyens), même si les volontés de tous les acteurs convergent. L’utilité d’une politique spatiale européenne revêt ici tout son sens. 850 participants, une exposition organisée autour des six thèmes leaders en ont témoigné avec pour seul objectif : la planète Terre ! Les lumières viennent de s’éteindre sur le forum GMES 2008 qui a, incontestablement, marqué une étape clé dans la construction du programme. Le vice-président de la Commission européenne Günter Verheugen, également commissaire chargé des Entreprises et de l’Industrie, a remis la Terre au centre des préoccupations européennes. À partir d’aujourd’hui, les services « GMES » sont disponibles pour une utilisation pré opérationnelle, en attendant leur pleine utilisation en 2014. DIX ANS DE MATURATION L’objectif de l’initiative GMES, dont l’origine remonte à 1998 et au manifeste dit de Baveno, est de doter l’Europe d’un grand service d’intérêt général de fourniture d’informations sur l’environnement et pour la sécurité des personnes et des biens. Ces informations sont dérivées de données d’observation de la Terre, acquises à partir de l’espace aussi bien que sur le terrain. « GMES » n’est donc pas un programme spatial, mais il use et abuse des technologies d’observation à partir de l’espace, suivant en cela l’exemple de la météorologie, autre grande application de l’espace. Les dix années de travail depuis 1998 ont permis, grâce à un effort considérable de recherche et développement de la part de l’Union européenne et des États participants (ceux de l’UE et ceux de l’Esa), de mieux cerner les périmètres des services, d’identifier les priorités de mise en œuvre, et enfin de développer les infrastructures 32 CNES/F. PLOEGAERTS, 2008 cnesmag u NOVEMBRE 2008
u DANIEL VIDAL-MADJAR, coordinateur français du projet GMES/French GMES project coordinator spatiales manquantes via l’Agence spatiale européenne. Les thématiques prioritaires, formalisées dès 2006 par la Commission européenne, concernent tous les domaines de notre environnement pour un développement durable : l’océan, les territoires, l’air, la gestion des urgences humanitaires et la sécurité. Dominique Bussereau, secrétaire d’État aux Transports, représentant Jean-Louis Borloo, ministre du Développement durable, l’a rappelé en guise de conclusion du Forum. Ces services, aujourd’hui dans un état de maturité suffisant pour être utilisés, ont fait l’objet à Lille de présentations à la fois didactiques en séance plénière, mettant en scène des utilisateurs ayant contribué à leur construction, et détaillées dans un espace spécialement conçu pour cela. On a pu ainsi mesurer le chemin parcouru depuis 2001, année d’une première manifestation GMES à Lille. La réunion de 2001 avait permis de mobiliser les politiques autour du concept qui commençait à peine à prendre forme. Elle avait servi de déclencheur des financements massifs de ces dernières années. La réunion de 2008 a elle permis de montrer, aux politiques, mais surtout aux utilisateurs, que l’argent de la recherche et développement n’avait pas été dépensé en vain. PASSAGE À LA PHASE OPÉRATIONNELLE Il reste à présent à assurer le passage d’un programme de recherche et développement à un programme « opérationnel » capable de fournir sans interruption les services qu’on attend de lui. Ce seront les défis des quelques années à venir. Günter Verheugen et Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’ont tous les deux rappelé. « GMES » doit être fondé sur un partenariat fort entre l’Union européenne et les États participants, qui permettra de mutualiser les infrastructures existantes et de faire profiter à tous des compétences de chacun, tant aux niveaux régional et national qu’au niveau européen, et d’assurer que rien ne sera développé si ce n’est pas nécessaire. Il doit également pouvoir être porté par des financements dédiés de l’Union dans sa phase opérationnelle, à c CNES/F. PLOEGAERTS, 2008 De gauche à droite : Philippe Busquin, député européen, Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Günter Verheugen, vice-président de la Commission européenne. From left : Philippe Busquin, MEP, Valérie Pécresse, Minister for Higher Education and Research, and Günter Verheugen, EC Vice-President. European Commission—oceans, land, atmosphere, emergency response and security—were reiterated in his concluding speech by Dominique Bussereau, France’s Junior Minister for Transport, representing Jean-Louis Borloo, Minister for Ecology, Energy, Sustainable Development and Land Planning. Service providers and users involved in developing services that have now reached operational maturity gave presentations at plenary sessions and exhibits were on display in a specially allocated space. Forum attendees were thus able to see how far the programme has come since the first GMES forum in Lille, in 2001, which focused the attention of policymakers on a concept that was then only just beginning to take shape. That gathering provided the initial impetus to secure the massive R&D funding agreed in recent years, while this year’s forum showed both policymakers and users that R&D money has been well spent. Transitioning to operations The challenge in the next few years will be to make the transition from the R&D phase to a fully operational programme capable of providing uninterrupted services, as Günter Verheugen and Valérie Pécresse, France’s Minister for Higher Education and Research, both stressed. GMES must be founded on a strong partnership between the EU and participating states to pool existing infrastructures and skills at regional, national and European level, and to avoid unnecessary duplication of development effort. Specific EU funding also must be committed to the operational phase, starting in 2014. Negotiations on the EU’s next budget cycle are set to begin in the months ahead, with a great deal of work to be done to estimate operating costs in order to build a convincing case and secure funding. A system like no other Once Europe has achieved this it will be able to take pride in what it has accomplished. The space component is a good case in point. All existing spacebased Earth-observation assets will be coordinated to give Europe a system like no other in the world. National missions—in France, Germany, Italy, Spain and the UK—as wellas European programmes and missions from ESA’s Earth Observation Envelope Programme (EOEP), plus those initiated within the framework of Eumetsat, will give Europe a full environment and security service. Any remaining gaps will soon be filled by ESA’s Sentinel satellites, for which the EU is also contributing funding. The final challenge will be to quickly make GMES a vital development policy tool to spur economic growth. In this respect, all the programme’s backers will be focusing on product-driven sectors of the economy. In the years ahead, the European Commission and participating states should be putting in place institutional and other instruments to take the programme forward in this direction. ■ 33 NOVEMBRE 2008 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 1CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 2-3CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 4-5CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 6-7CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 8-9CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 10-11CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 12-13CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 14-15CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 16-17CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 18-19CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 20-21CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 22-23CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 24-25CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 26-27CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 28-29CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 30-31CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 32-33CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 34-35CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 36-37CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 38-39CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 40-41CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 42-43CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 44-45CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 46-47CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 48-49CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 50-51CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 52-53CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 54-55CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 56-57CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 58-59CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 60-61CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 62-63CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 64-65CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 66-67CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 68-69CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 70-71CNES Mag numéro 39 oct/nov/déc 2008 Page 72