CNES Mag n°38 ju/aoû/sep 2008
CNES Mag n°38 ju/aoû/sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de ju/aoû/sep 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace dans la présidence française de l'Union Européenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
J société society Insolite Le geocaching, un loisir gagnant pour le satellite uelque part, quelque chose d’incroyable attend d’être connu », « Q disait CarlSagan, un astronome américain. Le geocaching donne à découvrir quelque chose de surprenant ! Le concept tient de la chasse au trésor high-tech et de la course d’orientation. À mi-chemin entre observation de la Terre et géolocatisation, il met en application l’imagerie spatiale via les images Spot 5 et la localisation Chasse au trésor. Treasure hunting. DR 54 GNSS. Apparu aux États-Unis dans les années 2000, le geocaching a gagné 120 pays et séduit 200000 placeurs ou trouveurs. Depuis 2002, il se développe en France au travers de son site qui recense près de 5000 géocaches. Le principe est simple. Des trésors sont cachés par des internautes qui publient la position satellite de leur geocache. Les sites choisis sont des lieux de promenades insolites. Un bloc-notes associé au trésor permet aux géotrouveurs de déposer des commentaires destinés aux géocacheurs. Pour jouer, le géotrouveur doit disposer d’une connexion Internet pour avoir accès à la liste des trésors dans une région. Il doit aussi disposer d’un moyen de visualisation du lieu (par exemple via le programme d’images CNES insérées dans Google Earth) et d’un GPS pour confronter les coordonnées du trésor avec sa position géolocalisée. Ludique, ce loisir fait aussi appel à des qualités d’observation, de logique et fait œuvre de culture. Promis à un bel avenir, il devrait tirer parti des nouvelles applications de géolocalisation. Aujourd’hui, le GPS donne une précision à une dizaine de mètres, mais avec les futures technologies CNES brevetées (notamment le signal TMBOC associé à Galiléo), la geocache sera localisée avec une précision optimisée. ■ Lifestyle Geocaching proves a boon for satellite services s In the words of CarlSagan, the famous American astronomer, « somewhere, something incredible is waiting to be known. » Likewise, geocaching is a new leisure activity. The concept is a cross between a high-tech treasure hunt and orienteering, combining Earth observation and geolocation. Geocaching first appeared in the United States in 2000, since when it has spread to 120 countries and attracted 200,000 devotees. Since 2002, it has gained ground in France through a website logging some 5,000 geocaches. This is how it works : a cache containing some sort of treasure is hidden, often in an unusual location, and its GPS position is posted on a website. A logbook in the cache allows finders to record their comments for geocachers. To play, finders need an Internet connection to consult a list of treasures, a way of visualizing the location—for example, the CNES image-viewing programme embedded in Google Earth—and a GPS receiver to match a treasure’s coordinates to its geolocation. This fun activity also calls for logic and observation skills, and promotes culture. It has a promising future and is likely to get a boost from new geolocation applications. Today, GPS positions are accurate to 10 metres, but with future patented CNES technologies— notably the TMBOC signal associated with Galileo—it will be possible to locate geocaches with greater precision. POUR EN SAVOIR PLUS : FIND OUT MORE AT qwww.geocaching-France.com ABCs@t Une valise pour rester connecté partout dans le monde Conçue par le CNES et développée par Auvea Ingénierie, ABCs@t, solution d’accès à Internet haut débit, illustre parfaitement les applications très concrètes que le spatial met au service du plus grand nombre. Étudiée pour répondre aux besoins d’organisations ou de populations nomades et isolées, elle voyage à bord de n’importe quel moyen de transport. ABCs@t cache son jeu et ses missions sous la forme d’une valise à roulettes aux dimensions réduites, celles d’un bagage à main transportable en cabine. Ouverte, elle déploie un kit de communication autonome portable et léger ainsi qu’un accès téléphonique. Ses protocoles et interfaces standards (tels que les technologies d’accès Bluetooth, Wifi ou Ethernet) permettent à l’utilisateur de se connecter sur les cinq continents en un temps record, généralement une minute. Il suffit de pointer le modem satellite, d’allumer le système… la connexion est établie et peut même être partagée entre plusieurs postes. Compact, complet, ABCs@t est aussi résistante aux chocs, étanche à l’eau et à la poussière. Alimentée par énergie solaire, elle fonctionne sur une batterie de forte capacité, et est compatible avec tous les systèmes, PC, Mac, Windows, Linux… La valise ABCs@t est utilisable même au milieu du désert. D’ailleurs, au Burkina Faso, elle va servir pour des applications de téléformation en direction des populations les plus isolées. La valise sera testée et expérimentée en Afrique dans le cadre du projet européen Net Added pour une période de six mois à partir de novembre 2008. ■ CNES/C. SCALEGGI cnesmag u JUILLET/AOÛT 2008
u LILIANE FEUILLERAC, pour le CNES/For CNES ABCs@t A suitcase to stay connected around the world s Conceived by CNES and developed by Auvea Ingénierie, ABCs@t is a broadband Internet solution that perfectly illustrates the real-world applications of space serving citizens everywhere. Designed for nomadic and isolated organizations or populations, it can be carried by any means of transport. ABCs@t comes in the formof a suitcase on wheels small enough to be taken on board a plane as hand baggage. Once opened, it provides a light, portable, stand-alone communications kit and telephone access. With standard protocols and interfaces like Bluetooth, WiFi and Ethernet, it enables users to obtain a connection anywhere in the world in record time, usually no more than one minute. All you have to do is point the satellite modem and fireup the system to establish a connection that can be shared between several PCs. ABCs@t is compact, shock resistant, waterproof and dustproof. Its high-capacity solarpowered battery is compatible with all PC, Mac, Windows and Linux systems. The ABCs@t suitcase can even be used in desert conditions. It is set to be used in Burkina Faso for distance learning applications aimedat remote populations. It willalso be tested out in Africa for the European Net Added project for a six-month period starting in November 2008. ■ CNES/P. LACASSAGNE, 2008 Climat/environnement/santé VibrioSea traque les vibrions du choléra Au titre du développement des applications du spatial au service des problèmes liés au changement climatique, le CNES et ses partenaires* se sont engagés sur la voie de la surveillance et du suivi des épidémies avec le projet VibrioSea. Ce dernier met en œuvre un ensemble de moyens d’observation complémentaires pour leur plus-value en matière de monitoring des paramètres environnementaux. Les données satellitaires recueillies contribuent, elles, à l’étude des facteurs de risques microbiologiques et environnementaux dans le déclenchement d’épidémies de choléra, une maladie d’origine hydrique. Initié en juin 2006, VibrioSea observe la présence de vibrions du choléra et leur évolution saisonnière en mer Méditerranée. Douze stations disséminées autour du bassin méditerranéen collectent (notamment pendant les saisons chaudes) des données environnementales, climatiques, microbiologiques. Plus de 900 acquisitions ont été faites. Les premiers résultats relèvent clairement des corrélations entre certains paramètres, tels que la température de surface de la mer, les sédiments et la concentration de vibrions. L’objectif visé par VibrioSea est la mise en place d’un réseau d’alerte précoce Ews (Early Warning Systems) opérationnel en cas de menace sanitaire pour les populations. Déjà ce projet, grâce à son catalogue de métadonnées, a su fédérer les partenaires scientifiques et ouvrir de nouvelles coopérations. ■ * Médias France, CLS, l’institut Pasteur de Paris, du Maroc, d’Algérie et de Tunisie, les universités de Vérone et de Gènes en Italie ainsi que l’Ifremer. Climate, environment and health VibrioSea tracks cholera vibrions s With the VibrioSea project, CNES and its partners* are focusing on epidemic monitoring and surveillance to develop applications of space technologies addressing climate change issues. This project is using complementary observation assets to monitor environmental parameters. Satellite data are helping to study microbiological and environmental risk factors in triggering cholera epidemics, as cholera is a waterborne disease. Kicked off in June 2006, VibrioSea is observing the presence of cholera vibrions and their seasonal variations in the Mediterranean Sea. Twelve stations around the Mediterranean basin collect environmental, climate and microbiological data, notably during the warmer seasons. More than 900 acquisitions have been accomplished so far and initial results clearly show correlations between parameters like sea surface temperature, sediments and vibrion concentrations. VibrioSea aims to setup an operational early-warning system to alert populations. The project has already brought together scientific partners and openedup new avenues for cooperation thanks to its metadata catalogue. ■ * Medias France, CLS, the Institut Pasteur in Paris, Morocco, Algeria and Tunisia, the Universities of Verona and Genoa in Italy, and Ifremer, the French institute of marine research and exploration 55 POUR EN SAVOIR PLUS : FIND OUT MORE AT qwww.redgems.org/projets/vibrio DR JUILLET/AOÛT 2008 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 1CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 2-3CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 4-5CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 6-7CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 8-9CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 10-11CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 12-13CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 14-15CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 16-17CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 18-19CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 20-21CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 22-23CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 24-25CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 26-27CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 28-29CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 30-31CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 32-33CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 34-35CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 36-37CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 38-39CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 40-41CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 42-43CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 44-45CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 46-47CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 48-49CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 50-51CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 52-53CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 54-55CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 56-57CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 58-59CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 60-61CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 62-63CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 64-65CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 66-67CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 68-69CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 70-71CNES Mag numéro 38 ju/aoû/sep 2008 Page 72