CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de avr/mai/jun 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : océanographie opérationelle, c'est pour bientôt.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
J europe europe activement au sein du HLSPG 4 à l’élaboration de la Politique spatiale européenne adoptée à 29 en 2007. LES NOUVEAUX ÉTATS MEMBRES ET L’ESPACE Neuf des douze NEM ont participé aux programmes spatiaux soviétiques 5. Leurs activités spatiales ont été durablement façonnées par cette expérience, en particulier par les règles de coopération et de dépendance définies par l’Union soviétique. Les contributions étaient limitées à des équipements scientifiques et chaque pays devait financer et construire ses propres équipements et les fournir à l’URSS. Cette dernière se chargeait de l’intégration et du lancement. Ainsi les pays participants se sont spécialisés dans un nombre limité de domaines scientifiques – par exemple la Tchécoslovaquie dans la recherche magnétosphérique – et maîtrisaient mal les processus de contrôle-qualité et d’intégration. Leur participation aux 4 Le High-Level Space Policy Group (HLSPG) est un organe conjoint de l’Esa et de la Commission européenne regroupant des représentants des 29 États membres de l’Esa et/ou de l’Union. 5 La Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie (alors Tchécoslovaquie), ainsi que la Roumanie ont participé aux programmes Intercosmos et Intersputnik. L’Estonie, la Lettonie, la Lituanie étaient alors des Républiques soviétiques. VZLU, (CENTRE DE RECHERCHE TCHÈQUE) Intégration du microsatellite Tchèque Mimosa. The Czech Mimosa microsatellite during integration. programmes soviétiques leur a également donné une longue expérience de coopération internationale et a marqué le début de leur coopération avec l’Ouest. Avec la chute de l’Union soviétique, la principale source d’activités et de financement dans le domaine spatial a disparu brutalement et ces pays se sont tournés vers l’Ouest. L’ESPACE COMME MOYEN D’INTÉGRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Le domaine spatial est considéré par les NEM comme un moyen de développement économique et d’intégration politique à l’Europe. Ces pays ont certainement un rôle à jouer dans différents domaines scientifiques, et doivent se positionner sur des niches technologiques – tel le dosimètre Pille hongrois –, et sur des applications. Se positionner sur des activités complémentaires à celles déjà existantes au sein de la « vieille » Europe est un facteur déterminant d’intégration. L’obstacle principal au développement de leurs activités spatiales reste leur capacité industrielle limitant les opportunités de coopération. À court terme ce cercle vicieux ne pourra être brisé que par une impulsion externe, qui doit venir de l’Europe, mais qui ne doit pas tarder. En effet, les NEM sont en train de définir les domaines de hautes technologies dans lesquels ils vont investir, et d’autres domaines, tels que les biotechnologies, pourraient être préférés au spatial. LES NOUVEAUX ÉTATS MEMBRES ET L’ESA L’Agence spatiale européenne a créé en 2001 un nouveau statut d’« État coopérant européen » (ECS) pour ses partenaires d’Europe centrale. Ces pays, avec qui elle avait signé des accords de coopération dans les années 1990, souhaitaient se rapprocher de l’Esa mais le statut de membre associé, alors première étape vers 58 and launch. As a result, participating states specialized in a small number of scientific fields—Czechoslovakia, for example, focused on magnetospheric research—and lacked expertise in quality control and integration. Their involvement with Soviet programmes also enabled them to acquire extensive experience of international cooperation. But with the collapse of the Soviet Union, their chief source of space activities and funding suddenly driedup and these countries gradually turned to the West. Space as a tool for integration and economic development The NMS see space as a way of developing their economies and achieving political integration with Europe. They certainly have a role to play in science and can successfully pursue niche technologies—like Hungary’s Pille dosimeter—and applications. For these countries, positioning themselves in fields that complement the expertise of « old » Europe is key to integration. The main obstacle to developing space activities remains their limited industrial capacity. In the short term, this vicious circle can only be transformedinto a virtuous one by timely external impetus from Europe. The NMS are already defining high-tech fields in which they will invest, and they could prefer other areas like biotechnologies to space. New member states and ESA In 2001, the European Space Agency (ESA) created the new status of European Cooperating States (ECS) for its partners in Central Europe. These countries, with which ESA had signed cooperation agreements in the 1990s, were looking to forge closer ties with the agency but the status of Associate Member—a first step towards full membership—did not fit their circumstances. The new status of ECS allows them to take part in ESA programmes in return for funding of at least € 5 million over five years. Four countries have so far signed agreements in this respect : Hungary and the Czech Republic in 2003 ; Romania in 2006 ; and Poland in 2007. In 2008, the Czech Republic is set to become the first of the ECS and NMS to join ESA as a full member state. Several NMS are likely to join in the years ahead, which will bring many new challenges for the agency and its new members alike. Despite their similarities, the NMS have very different space expertise, capabilities and ambitions. Coordinated action by national agencies, ESA and the EU is vital. It is also important that the NMS express their shared interests to the European community with one voice, and not bilaterally as they have done so far. To develop their space activities, they need external encouragement that should come from old Europe. In this way, Europe’s space effort will benefit from the involvement of NMS in European space systems and applications. ■ cnesmag u AVRIL 2008
u BERNARD LUCIANI, CNES une adhésion, n’était pas adapté à leurs situations. Ce nouveau statut permet aux ECS de participer aux programmes de l’Esa pour une contribution financière d’au moins 5 millions d’euros sur les cinq ans de l’accord. Quatre pays ont signé un tel accord : la Hongrie et la République tchèque en 2003, la Roumanie en 2006 et la Pologne en 2007. En 2008 la République tchèque devrait être le premier de ces ECS, et des NEM, à rejoindre l’Esa en tant qu’État membre. L’adhésion possible de plusieurs nouveaux États membres dans les années à venir s’accompagnera de nombreux défis à relever pour les pays concernés et pour l’Agence. Malgré des similitudes, les NEM sont des pays très différents de par leurs expertises, leurs capacités, et leurs ambitions spatiales. L’action coordonnée des agences spatiales nationales et européenne et de l’Union est indispensable. Il est également important que les NEM expriment ensemble des intérêts communs face à la Communauté européenne contrairement à l’approche bilatérale qu’ils ont adoptée jusqu’à présent. Une impulsion externe est nécessaire au développement de leurs activités spatiales, ce qui est une opportunité pour la « vieille » Europe. L’Europe spatiale bénéficiera de la participation des NEM tant dans les systèmes spatiaux européens que dans les applications. ■ L’Institut européen de politique spatiale (ESPI) est un think-tank créé par l’Esa et qui compte le CNES parmi ses membres. Par ses études, l’ESPI propose aux décideurs un avis indépendant sur des questions à moyen et long terme concernant le développement des activités spatiales. L’ESPI a publié en 2007 une étude sur l’espace et les nouveaux États membres. The European Space Policy Institute (ESPI) is a think tank founded by ESA. Through its studies, ESPI seeks to provide decision-makers with an independent view on mid-to-long-termissues relevant to the use of space. ESPI published a report in 2007 on space in Central and Eastern Europe. CNES is a member of ESPI. 1 Cyprus, Estonia, Hungary, Latvia, Lithuania, Malta, Poland, Czech Republic, Slovakia and Slovenia. 2 Bulgaria and Romania. 3 Gross Domestic Product at 2007 prices. Source : Eurostat 4 The High-Level Space Policy Group (HLSPG) is a joint structure of ESA and the European Commission comprising the 29 member states of ESA and/or the EU. 5 Bulgaria, Hungary, Poland, Czech Republic and Slovakia (ex-Czechoslovakia), and Romania contributed to the Intercosmos and Intersputnik programmes. Estonia, Latvia and Lithuania were still Soviet republics at the time. 7 e PCRD Un premier bilan sur le thème « espace » Le budget du thème « Espace » du 7 e PCRD se partage pour moitié entre la mise en œuvre de la composante spatiale de GMES et les nouveaux projets issus de l’appel à propositions annuel. Dans les deux cas, l’implication des équipes françaises est toujours aussi soutenue. Illustration du satellite Sentinelle 3. Artist’s view of the Sentinel 3 satellite. THALES ALENIA SPACE Anticipant la nouvelle compétence que le traité de Lisbonne va conférer à l’Union européenne en matière spatiale, le PCRD contient dans sa septième édition (2007-2013), et pour la première fois, un thème spécifique « Espace », doté d’une enveloppe budgétaire de 1 430 M € sur la période 1. Si l’on y ajoute les 350 M € de R & T dévolus au programme Galiléo, c’est 1780 M € que le PCRD consacrera spécifiquement aux activités spatiales dans les sept ans qui viennent, soit, ramené en moyenne annuelle, environ cinq fois plus que les sommes investies dans le 6 e PCRD (2002-2006). S’agissant du thème « Espace » proprement 1 Les activités spatiales et aéronautiques étaient traitées au sein d’un même thème dans les PCRD précédents. dit, 53% du budget total sont attribués directement à l’Esa pour la mise en œuvre de la composante spatiale de GMES et l’acquisition de données pour ce programme. Avec l’autre partie du budget, soit en moyenne 100 M € par an, la Commission européenne finance des projets qu’elle sélectionne parmi les réponses à un appel à propositions annuel. Chaque année, l’appel porte sur quelques sujets choisis parmi un ensemble de thèmes (services GMES, exploration, sciences, transport spatial, technologies de base) en fonction des priorités indiquées par les États membres. LES ÉQUIPES FRANÇAISES PRÉSENTES DANS 41 PROPOSITIONS DÉPOSÉES Le premier appel (qui portait exceptionnellement sur les deux exercices budgé- c 59 AVRIL 2008 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 1CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 2-3CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 4-5CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 6-7CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 8-9CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 10-11CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 12-13CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 14-15CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 16-17CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 18-19CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 20-21CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 22-23CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 24-25CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 26-27CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 28-29CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 30-31CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 32-33CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 34-35CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 36-37CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 38-39CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 40-41CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 42-43CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 44-45CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 46-47CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 48-49CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 50-51CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 52-53CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 54-55CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 56-57CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 58-59CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 60-61CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 62-63CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 64-65CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 66-67CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 68-69CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 70-71CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 72