CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de avr/mai/jun 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : océanographie opérationelle, c'est pour bientôt.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
J Écopolitique business & politics vrai que la spécificité des laboratoires spatiaux, en matière de taille, de méthodes de travail, de contraintes de calendrier, de moyens humains et matériels, demeure forte. L’Insu a récemment proposé au ministère de la Recherche d’inclure les laboratoires spatiaux dans un réseau technologique susceptible de bénéficier d’un financement suivi au titre des « très grandes infrastructures de recherches ». Aujourd’hui, le financement par le CNRS du spatial équilibre à quelques millions d’euros près le soutien du CNES aux laboratoires. Le soutien du CEA est lui aussi significatif. Celui des universités est limité aux personnels, et concerne essentiellement les chercheurs. CNRS PHOTOTHÈQUE/F. JANNIN Appareil de diffusion de rayons X aux petits angles pour l’étude de films nanostructurés à base de copolymères du Laboratoire de chimie des polymères organiques (LCPO/Pessac). Small-angle X-ray scattering device for studying copolymer nanostructure films at the LCPO organic polymer chemistry laboratory, Pessac. 24 Comment est élaborée la stratégie nationale en matière de recherches spatiales, et comment s’insère-t’elle dans un cadre européen et international ? Y. d’E. : Tous les quatre ou cinq ans, le CNES organise un séminaire de prospective scientifique avec tous les organismes de recherche, et où sont discutées les idées proposées par les scientifiques. Ce séminaire dégage un certain nombre de priorités qui sont soumises au comité des programmes scientifiques (CPS) du CNES. Le document de prospective qui en résulte, et qui tient compte des prospectives scientifiques des organismes (Insu notamment), sert de feuille de route pour la programmation des années suivantes. Les propositions retenues peuvent être mises en œuvre dans un cadre multilatéral (pays européens, États-Unis, Russie, Japon, Chine, Inde…) ou proposées dans le cadre des appels d’offres des programmes scientifiques de l’Esa. Nous essayons d’être réactifs aux opportunités de coopération qui se présentent, tout en restant dans le cadre des priorités exprimées dans la feuille de route.C. B. : Les orientations scientifiques des programmes spatiaux sont déterminées par la communauté scientifique. Le CPS assiste le CNES pour l’élaboration et le suivi du programme scientifique. Il s’appuie sur des groupes de travail (Céres en sciences de l’Univers) et des sous-groupes thématiques pour l’évaluation scientifique des projets. Le CNES apporte son évaluation technique. Les priorités spatiales élaborées dans ces exercices de prospective sont ensuite portées au niveau européen par les communautés scientifiques et par leurs représentants institutionnels (Insu en particulier). Le CNES porte également les messages des communautés à l’Agence spatiale européenne. Le programme scientifique obligatoire de l’Esa relaie certaines priorités nationales. L’Esa fournit le satellite, le lancement, les opérations. Les États membres apportent les instruments embarqués. La France fournit environ 30% des instruments des missions scientifiques de l’Esa. Elle participe également au programme « optionnel » Aurora, qui comprend le projet ExoMars, et à la Station spatiale internationale (projet Pharao/Aces). Cette participation au programme de l’Agence est complétée par des projets d’initiative nationale tels Corot et des coopérations multilatérales : Nasa (Stéréo, MSL…), Italie (Simbol X), etc. En Astrophysique, l’Insu coordonne également au niveau européen la prospective Astronet qui couple l’exploration au sol et le spatial aussi bien pour les questions scientifiques que pour l’élaboration de la feuille de route. C’est une initiative très originale, complètement « bottomup » et située en dehors des cadres institutionnels habituels. ■ exploitation. And despite the long development timeframes, schedules are often very tight because the mission cannot missits launch window. Moreover, the design of a space mission and its instruments calls for cutting-edge expertise that mostly exists in certain joint research units at CNRS and in space research laboratories. Although data exploitation is a cooperative thing it is also highly competitive, since data are often released to the international scientific community very quickly.C. B : For Earth observation, spacebased remote sensing is crucial for obtaining a global, near-continuous picture of the planet’s health. Satellite data must be complemented by ground-based measurements, for calibration and validation purposes. To study the far reaches of the Universe and for solar system exploration, space missions are vital to acquire surface measurements and return samples, and also to free instruments from the obscuring turbulence, photons and cosmic rays of Earth’s atmosphere. Space missions demand a lot of specialized personnel, costs have to be consolidated and schedule overruns are very costly. Programme execution relies on close partnership with industry and a high proportion of subcontracting. Design, R&D and, to a lesser extent, testing are performedat specially equipped laboratories by large numbers of cnesmag u AVRIL 2008
J Écopolitique business & politics engineers and technicians. The space research laboratories formedin France in the 1960s get special attention from INSU and CNRS. The constraints of space imply rigorous management of schedules and workloads. Reliability and quality drive everything. Other laboratories also receive support from CNES to build and operate space instruments. Today, space research laboratories are often working on ground-based projects with a scale to match space programmes. The injection of researchers from other fields has re-energized these laboratories. That said, space research laboratories are stilla breed apart in terms of their size, methods, schedule constraints and human and material resources. INSU recently proposed to the Ministry of Research that space research laboratories be included in a technology network that would benefit from sustained funding. Today, CNRS funding for space just about balances CNES funding for laboratories. Funding from CEA, the French atomic energy agency, is also significant. The contribution from universities is restricted to personnel, mostly researchers. How is France’s space research strategy decided and how does it square with European and international research efforts ? Y. d’E : CNES organizes a space science seminar every 4 to 5 years with all research institutes to discussideas from scientists. This seminar identifies priorities for review by CNES’s Science Programmes Committee (CPS). The resulting document, which takes into account future science priorities, particularly at INSU, serves as a planning roadmap for the years ahead. Proposals selected may be pursued within a multilateral framework—with European countries, the United States, Russia, Japan, China, India or other partners—or submitted in response to calls for proposals for ESA’s science programme. We try to be responsive to opportunities for cooperation while maintaining the priorities in the roadmap. « TOUS LES QUATRE OU CINQ ANS, LE CNES ORGANISE UN SÉMINAIRE DE PROSPECTIVE SCIENTIFIQUE AVEC TOUS LES ORGANISMES DE RECHERCHE OÙ SONT DISCUTÉES LES IDÉES PROPOSÉES PAR LES SCIENTIFIQUES. CNES organizes a space science seminar every four to five years with all research « institutes to discussideas from scientists. C B : The science community defines the scientific priorities of space programmes. The CPS helps CNES to drawup and keep track of its science programme, basing scientific evaluation of projects on the conclusions of working groups and sub-groups. CNES provides an engineering assessment. The space priorities that emerge from this process are then driven forward at European level by scientific communities and their institutional representatives, notably INSU. CNES also gives these communities a voice at ESA, and ESA’s mandatory science programme reflects certain national priorities. ESA supplies the satellite, launch and operations. Member states supply instruments. For example, France supplies about 30% of instruments for ESA science missions. It is also contributing to the Aurora optional programme, which comprises the ExoMars initiative, and to the International Space Station through the PHARAO/ACES project. Alongside this contribution to ESA’s programme, it is also pursuing national efforts like COROT and multilateral partnership projects with NASA (STEREO, MSL), Italy (Simbol X) and other nations. In the field of astrophysics, INSU also coordinates at European level the Astronet network of funding agencies, which covers both science and roadmap planning for ground-based and spacebased exploration. This is a very original, bottom-up initiative outside the usual institutional frameworks. ■ 25 CNRS PHOTOTHÈQUE/H.RAGUEA Identification au Centre de recherche sur les écosystèmes littoraux anthropisés (Crela/La Rochelle) d’organismes unicellulaires marins, les ciliés, pour étudier le fonctionnement du réseau trophique et caractériser les communautés planctoniques qui le composent. Identifying ciliate unicellular marine organisms at the CRELA littoral ecosystems research centre, La Rochelle, to study how the trophic web works and characterize the plankton communities that make itup. AVRIL 2008 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 1CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 2-3CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 4-5CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 6-7CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 8-9CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 10-11CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 12-13CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 14-15CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 16-17CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 18-19CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 20-21CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 22-23CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 24-25CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 26-27CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 28-29CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 30-31CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 32-33CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 34-35CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 36-37CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 38-39CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 40-41CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 42-43CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 44-45CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 46-47CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 48-49CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 50-51CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 52-53CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 54-55CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 56-57CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 58-59CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 60-61CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 62-63CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 64-65CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 66-67CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 68-69CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 70-71CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 72