CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de avr/mai/jun 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : océanographie opérationelle, c'est pour bientôt.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
J Écopolitique business & politics besoins spécifiques, la Défense conduit des programmes spatiaux militaires, les familles de satellites de télécommunication Syracuse et de satellites d’observation Hélios étant de magnifiques réussites techniques. En permanence, tous ces systèmes rendent des services précieux sur les théâtres d’opération. Pour la Défense, le succès des systèmes spatiaux repose tout autant sur les performances techniques des satellites eux-mêmes que sur la qualité des outils d’exploitation des informations, sur la formation des utilisateurs et, in fine, sur la qualité du service rendu aux forces sur les théâtres. C’est bien la performance opérationnelle globale qui est recherchée, pas seulement la performance technique. Quelle place réservez-vous à l’espace dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense ? H. M. : L’espace militaire européen est déjà une réalité, notamment dans le domaine du renseignement : nous menons le programme Hélios 2 en coopération avec la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Grèce, et nous avons des accords de partage d’imagerie optique et radar avec l’Allemagne et l’Italie. Le traité de Lisbonne confirme la volonté de coopération des États européens dans le domaine de « LE TRAITÉ DE LISBONNE CONFIRME LA VOLONTÉ DES ÉTATS EUROPÉENS DANS LE DOMAINE DE L’ESPACE, ET EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ET DE DÉFENSE. The Lisbon Treaty confirms EU member states’desire to work together in space « and in security and defence. l’espace et en matière de sécurité et de défense. L’espace se présente comme un axe fédérateur et un atout structurant permettant aux États membres d’accéder à un éventail de ressources spatiales qu’aucun ne pourrait acquérir seul. Pour concrétiser cette volonté, il faudra mettre en place des schémas de gouvernance simples et pragmatiques. Les partenaires doivent se concentrer sur la maîtrise des coûts et des délais et sur le partage opérationnel des capacités, plus encore que sur le partage industriel. Ces défis constituent autant d’étapes de la construction d’une Europe de la sécurité et de la défense qui repose sur l’Europe de la confiance. Quelle est votre perception des relations entre le CNES et la Défense ? H. M. : La coopération instituée entre le CNES et la Défense depuis de longues années, consolidée par la mise en place de l’Équipe CNES-Défense en 2003, me semble exemplaire et fructueuse. Elle a à son actif de nombreuses réussites dans les programmes d’observation, avec Hélios 2 et Pléiades, dans l’architecture des systèmes futurs, avec la coopération franco-italienne sur le programme de télécommunications à haut débit Athena- Fidus, ou encore dans la R & T, avec le démonstrateur Elisa pour le renseignement d’origine électromagnétique. Si nous avons besoin à l’évidence d’une industrie spatiale française et européenne dynamique et compétitive, il est essentiel que la maîtrise d’ouvrage puisse s’appuyer durablement sur une expertise étatique forte ; le CNES la lui apporte. Dans cet esprit, et compte tenu des perspectives budgétaire difficiles, il faut privilégier l’amélioration du retour sur investissement. C’est réalisable dans le secteur spatial, j’en veux pour preuve les études menées sur la composante optique de Musis pour succéder à Hélios 2 : elles concluent à un coût divisé par deux pour des performances très supérieures. 20 What role do you see for space within the European Security and Defence Policy ? H. M : European military space is already a reality, notably in military intelligence, through the Helios 2 programme we are pursuing in partnership with Belgium, Greece, Italy and Spain, and through optical and radar imagery sharing agreements with Germany and Italy. The Lisbon Treaty confirms EU member states’desire to work together in space and in security and defence. In this respect, space is a federating force and a structural asset giving member states access to a broad spectrum of capabilities that none could acquire alone. To translate this desire into reality, we need to establish simple and pragmatic governance principles. Partners must focus on keeping costs and schedules under control, and on operational sharing of capabilities, more than on industrial work sharing. These challenges are key steps in building a European security and defence policy founded on trust between nations. How do you perceive the ties between CNES and French defence staff ? H. M : CNES and defence staff have been cooperating fruitfully for many years and these ties were consolidated by the formation of a CNES Defence team in 2003. This cooperation has spawned many successes : in Earth observation, with the Helios 2 and Pleiades programmes ; in future system architectures, with the joint French- Italian Athena-Fidus broadband telecommunications programme ; and in R&T, with the Elisa electromagnetic intelligence demonstrator. While we clearly need a dynamic and competitive French and European space industry, we also need the strong and sustained expertise of a government agency, which is what CNES provides. With this aim in mind, and given the tight budget outlook, we must seek first to boost our return on investment. This is achievable in the space sector, as studies performedfor the optical component of MUSIS set to succeed Helios 2 prove that it will deliver far superior performance at half the cost. What value does the defence staff attach to space surveillance ? H. M : Since 1994, the French Air Force has been tasked with space surveillance and with alerting threatened populations. This is an eminently dual-use mission. Space debris, small celestial bodies, cnesmag u AVRIL 2008
J Écopolitique business & politics Quel intérêt porte la Défense à la surveillance de l’espace ? H. M. : Depuis 1994, l’armée de l’Air a pour mission de surveiller l’espace et de concourir à la diffusion de l’alerte aux populations en cas de danger. Cette activité a un caractère éminemment dual. Débris spatiaux, petits corps célestes, météorologie solaire, retombée sur Terre d’objets spatiaux, « arsenalisation » de l’espace sont autant de menaces auxquelles sont confrontés aussi bien les systèmes spatiaux civils et militaires que, plus rarement heureusement, les populations. Je salue l’excellente coopération instituée entre le CNES et la Défense pour l’analyse des données issues de nos capteurs, qu’il s’agisse du radar Graves ou des moyens de trajectographie du bâtiment Monge. Le caractère stratégique de cette activité qui sort peu à peu de l’ombre mérite que l’on en précise le cadre d’exploitation opérationnelle et les règles de diffusion des informations. La surveillance de l’espace est, d’ailleurs, typiquement une activité à vocation européenne. Je salue la proposition de l’Agence spatiale européenne qui permettrait de disposer d’un socle commun de moyens. Quels sont vos axes prioritaires pour les années à venir ? H. M. : En premier lieu, il est impératif de pérenniser notre capacité d’observation au-delà de 2015. Ensuite, il faut apporter l’accès Intranet haut débit sur les théâtres d’opération. Et, parallèlement, je souhaite développer la politique de R & T afin de préparer les technologiques spatiales de demain. En guise de conclusion ? H. M. : Comme l’a dit le président de la République le 11 février 2008. « L’espace est un outil de renseignement incontournable dans la lutte contre le terrorisme, la prolifération et plus généralement dans l’instauration d’un ordre international car nul déploiement de forces, nul test nucléaire ou tir balistique, ne peut échapper à l’observation spatiale. L’espace est donc un instrument de défense de la sécurité internationale. » Il y a une nécessité à renforcer l’effort spatial militaire. ■ « LA COOPÉRATION INSTITUÉE ENTRE LE CNES ET LA DÉFENSE DEPUIS DE LONGUES ANNÉES, CONSOLIDÉE PAR LA MISE EN PLACE DE L’ÉQUIPE CNES-DÉFENSE EN 2003, ME SEMBLE EXEMPLAIRE ET FRUCTUEUSE. « CNES and defence staff have been cooperating fruitfully for many years and these ties were consolidated by the formation of a CNES Defence team in 2003. Yannick d’Escatha et Hervé Morin au salon du Bourget en juin 2007. Yannick d’Escatha and Hervé Morin at the Paris Air Show in June 2007. solar flares, re-entry of space objects and weaponization of space all threaten civil and military space systems, as wellas populations (fortunately, to a lesser extent). I would like to pay tribute to the excellent cooperation between CNES and defence staff in analysing data from our GRAVES radar and from tracking assets on the Monge test and measurement ship. This strategic activity is gradually receiving more attention and deserves a more precise operational framework and clearer rules for disseminating information. Space surveillance is typically an activity that we can pursue at European level and I salute the European Space Agency’s proposal to acquire a shared base of assets. CNES/M. PEDOUSSAUT, 2007 What areas do you intend to focus on in the years ahead ? H. M : First, it is vital to ensure continuity of our surveillance capabilities beyond 2015. Second, we must bring broadband intranet to theatres of operation. At the same time, I want to bolster our R&T policy to prepare the space technologies of the future. Your concluding thoughts ? H. M : As President Nicolas Sarkozy said on 11 February : « Space is a crucial intelligence tool for combating terrorism, proliferation and more broadly for securing a world order, since no deployment of forces, no nuclear test or ballistic missile launch escapes the eyes of space-based sensors. Space is therefore an instrument for maintaining global security. » In conclusion, we need to stepup our military space effort. ■ 21 AVRIL 2008 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 1CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 2-3CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 4-5CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 6-7CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 8-9CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 10-11CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 12-13CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 14-15CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 16-17CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 18-19CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 20-21CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 22-23CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 24-25CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 26-27CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 28-29CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 30-31CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 32-33CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 34-35CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 36-37CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 38-39CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 40-41CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 42-43CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 44-45CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 46-47CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 48-49CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 50-51CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 52-53CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 54-55CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 56-57CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 58-59CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 60-61CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 62-63CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 64-65CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 66-67CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 68-69CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 70-71CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 72