CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
CNES Mag n°37 avr/mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de avr/mai/jun 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : océanographie opérationelle, c'est pour bientôt.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 COURRIER DES LECTEURS La Lune prise par la sonde Galiléo. Moon pictured by the Galileo probe. READERs’LETTERS NASA/US GEOLOGICAL SURVEY Patrick, retraité, Meudon Certains doutent encore de la véracité de l’alunissage de 1969 ! Est-il possible, aujourd’hui, à l’aide d’un télescope de prouver que l’on a été sur la Lune en photographiant les véhicules abandonnés à sa surface ? Peut-on les voir avec le VLT ou avec le télescope spatial Hubble ? Le VLT offre aujourd’hui une résolution de 0,017 seconde d’arc, ce qui représente environ 30 m pour le plus petit détail visible sur la Lune. Hubble est un peu plus modeste avec une résolution de 0,06 seconde d’arc dans le domaine visible. Pour observer des détails des installations sur la Lune, il faudrait une résolution au moins 20 fois meilleure que le VLT, et une installation dans l’espace pour s’affranchir de la turbulence atmosphérique. Mais vous avez raison de vous inquiéter de cette croyance qui a la peau dure. La Lune a bien été visitée, croyez-le. Sinon, cela signifierait que, depuis 35 ans, des milliers de chercheurs, de techniciens, d’ingénieurs sont dans la confidence (ou ont été habilement abusés), sans qu’un seul ait craqué jusqu’à présent. Le secret le mieux gardé de l’histoire ? Difficile à croire ! La réalité est finalement bien plus excitante. L’Homme a vraiment posé le pied sur la Lune entre 1969 et 1972. (Sébastien Rouquette) Patrick, pensioner, Paris area Some people doubt that the 1969 lunar landing actually took place. Could a telescope be used to photograph the vehicles left on the surface and prove them wrong ? Are the vehicles visible with the Very Large Telescope or Hubble Space Telescope ? he VLT offers a resolution of 0.017 arc T seconds, which equates to about 30 metres on the Moon’s surface. The Hubble has a more modest resolution of 0.06 arc seconds in the visible spectrum. To observe lunar installations in detail, we’d need a resolution 20 times better than the VLT and a viewpoint from space to overcome atmospheric turbulence. You’re right to be concerned about the doubters, but let me assure you : humans have indeed set foot on the Moon. A hoax would mean that thousands of researchers, technicians and engineers have kept a secret (or been brilliantly misled) for 35 years—without a single one giving CETTE RUBRIQUE EST LA VÔTRE THIS IS YOUR COLUMN N’hésitez pas à nous poser des questions, nous faire part de vos interrogations, de vos réactions sur l’actualité spatiale ou sur vos sujets d’étude. Nos spécialistes vous répondront. Drop us a line with your questions, opinions on space news or requests for information on subjects you’re studying, and we’ll put our experts on the case… anything away. The best-kept secret in history ? We think not. The truth is much more exciting : we really did go to the Moon between 1969 and 1972. (Sébastien Rouquette) Isabelle, étudiante, Lille Sauriez-vous me dire à partir de quelle altitude nous, Terriens, nous ne sommes plus soumis à la pesanteur ? En réalité, l’impesanteur n’est pas liée à l’altitude, pas plus qu’à la présence ou non d’une atmosphère. Elle est simplement le résultat d’une façon de se déplacer que l’on appelle la chute libre. Lorsqu’on laisse tomber un objet d’une falaise, lorsqu’on saute en l’air ou que l’on tape dans un ballon, la trajectoire décrite est dite de « chute libre ». Ces objets se déplacent sous l’action seule du champ d’attraction de la Terre, sans propulsion et, en première approximation, sans frottement. Et de fait, ils ne ressentent plus leur poids. Ils sont en impesanteur. La trajectoire d’un satellite, ou même de la Lune, est une trajectoire de chute libre. Ils sont tous deux prisonniers du champ d’attraction terrestre mais ils restent sur leur orbite grâce à leur vitesse. On dit souvent qu’ils tombent… autour de la Terre. La vitesse est vraiment le paramètre clé. Une vitesse plus forte et leur trajectoire les éloigne, une vitesse plus faible et elle les rapproche… (Sébastien Rouquette) Isabelle, student, Lille How farup would you have to go to escape gravity ? eightlessness has nothing to do with Waltitude, nor the presence/lack of an atmosphere. It’s experienced by people or objects in a type of motion called ‘freefall’. If you kick a football into the air or throw an object off a cliff, it will go into a freefall trajectory. The object falls due to the gravitational pull of the Earth, with no propulsion and negligible friction. For this reason, it no longer feels its own weight. The Moon and artificial satellites are in a permanent freefall trajectory. They are effectively prisoners of Earth’s gravitational field but stay in orbit thanks to their forward motion. Hence the expression « falling around the Earth ». Forward velocity is the key here. If a satellite travels faster, it will spiral away from Earth. If it slows down, it will begin to spiral downwards. (Sébastien Rouquette) Dernière minute Hommage à un grand promoteur de l’espace Avec la disparition le 25 mars dernier du député Christian Cabal, la communauté scientifique perd un grand serviteur des affaires spatiales. Malgré une longue maladie qu’il a combattue de façon admirable, il a assumé jusqu’au bout ses différentes fonctions avec beaucoup de courage et de dignité. Homme chaleureux, passionné, exigeant envers lui-même et envers les autres, il avait la tête dans les étoiles et les pieds ancrés dans la réalité politique. Interne des hôpitaux de Paris et de l’hôpital central de Boston à l’âge de 30 ans, doyen de médecine de Saint-Étienne à l’âge de 37 ans, ce brillant spécialiste en pneumologie avait reçu plusieurs récompenses internationales pour ses travaux. Très tôt pris de passion pour l’espace, il l’avait abordé comme spécialiste de médecine spatiale. Puis à partir de 1986, il a porté haut et fort, au cours de ses cinq mandats de député, les activités spatiales françaises et européennes, ce qui lui a valu une reconnaissance nationale et internationale. Membre de la commission des finances et rapporteur spécial des crédits de la recherche, il a soutenu l’effort spatial national ainsi que la contribution française à l’Esa. Homme de devoir, il a su s’appuyer sur le réseau de coopération internationale qu’il avait contribué à créer pour défendre les intérêts nationaux dans toutes les enceintes de négociations, avec les États-Unis en pleine guerre de l’Irak, ou avec la Russie pour l’implantation de Soyouz en Guyane. En tant que membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), il a effectué en 2006, malgré les premières atteintes de la maladie, un audit complet du spatial dans le monde, dans le cadre de la préparation de son rapport « Politique spatiale : l’audace ou le cnesmag u AVRIL 2008
J actualité news déclin », avec Henri Revol, sénateur de Côte-d’Or et président de l’Office. Président du Groupe parlementaire pour l’espace (GPE), Christian Cabal a su convaincre ses collègues de l’importance stratégique du spatial. Chef de la délégation française à la Conférence interparlementaire européenne sur l’espace (CIEE), CNES/O. PASCAUD, 2005 organisateur de la 7 e conférence à Paris en juin 2005, Christian Cabal, par son enthousiasme et sa force de conviction, a rapproché les agences spatiales nationales et contribué à l’émergence d’une politique spatiale communautaire. En évoquant « son ami de l’espace », Yannick d’Escatha, président du CNES, a insisté avec une intense émotion sur les nombreux enseignements que le professeur Christian Cabal nous a laissés : « l’attention aux autres qu’il a manifestée dans toutes ses activités, la passion de la connaissance qu’il voulait toujours voir progresser, l’humour et la joie de vivre en toutes circonstances, la volonté et le courage de toujours faire face aux défis et aux épreuves de la vie ». Toute la communauté spatiale partage l’hommage que lui rend Henri Revol : « La disparition de notre ami Christian Cabal, ancien député et membre de l’OPECST, est une grande perte pour la communauté spatiale. Personne, mieux que lui, au sein de la représentation nationale n’avait une connaissance aussi approfondie de ce domaine et une vision d’avenir aussi pertinente. Que l’exemple de son courage face à la maladie nous donne la détermination à poursuivre son combat pour l’avenir de l’espace. » ■ Tribute One of space’s great champions s Professor Christian Cabal passed away on 25 March. With his death, the science community has lost one of space’s great servants. Despite a long illness, which he fought with admirable determination, Professor Cabal continued in his various functions with great courage and dignity until the end. A warmand passionate man who set high standards for himself and others, he had his head in the stars but his feet firmly planted in political reality. An intern at hospitals in Paris and Boston by the age of 30 and dean of medicine at Saint-Etienne university hospital by 37, this brilliant specialist in pneumology received various international awards for his work. Professor Cabal had long held a passion for space, which he pursued as a specialist in space medicine. From 1986, he actively promoted French and European space activities throughout his five terms as a member of parliament, earning national and international recognition. As a member of the parliamentary finance commission and special rapporteur for the research budget, he supported the national space effort and France’s contribution to ESA. A man with a strong sense of duty, he drew on the network of international cooperation he had helped to create in order to defend national interests in all spheres of negotiation, including with the United States during the Iraq War and with Russia for the new Soyuz launch complex in French Guiana. In 2006, as a member of the French parliamentary science and technology office (OPECST), he conducted a comprehensive audit of space activities throughout the world in preparation for his report entitled « Space policy : leader or laggard ? » with the OPECST Chairman, Senator Henri Revol. It was at this time that his illness first became evident. In his capacity as chairman of the French parliamentary space group (GPE), Professor Cabal successfully convinced his colleagues of the sector’s strategic importance. As leader of the French delegation to the European Interparliamentary Space Conference (EISC), organizer of the 7 th conference in Paris in June 2005, Professor Cabal, through his enthusiasm and strength of conviction, united national space agencies and played a central role in the emergence of an EU-wide space policy. CNES President Yannick d’Escatha spoke of his « space friend » with a due sense of emotion about the many things we have learned from Professor Cabal, citing « the attention he gave to others in all his areas of activity, his passion for the advancement of knowledge, his good humour and joie de vivre in all circumstances and his commitment and courage amid the challenges and trials of life. » The entire space community shares in the tribute paid by Henri Revol : « The death of our friend Christian Cabal is a huge loss for the space community. No one at government level had a deeper understanding of space affairs or a more insightful vision for the future. May his courage in the face of illness be an example tous alland give us the determination to continue to fight as he did for the future of space. » 17 CNES/E. FLEUTIAUX, 2006 Christian Cabal à Moscou, en octobre 2006, lors de la célébration des 40 ans de la coopération franco-russe. Il était accompagné de droite à gauche par Philippe Gaillochet, administrateur à l’Assemblée nationale, Henri Revol, sénateur et président de l’OPECST, et Catherine Ivanov, attachée spatiale à l’ambassade de France. Christian Cabal in Moscow, in October 2006, for celebrations marking 40 years of French-Russian cooperation. He was with (from right) Philippe Gaillochet, French parliamentary administrator ; OPECST chairman Senator Henri Revol ; and Catherine Ivanov, space attaché at the French embassy. AVRIL 2008 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 1CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 2-3CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 4-5CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 6-7CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 8-9CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 10-11CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 12-13CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 14-15CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 16-17CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 18-19CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 20-21CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 22-23CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 24-25CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 26-27CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 28-29CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 30-31CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 32-33CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 34-35CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 36-37CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 38-39CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 40-41CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 42-43CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 44-45CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 46-47CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 48-49CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 50-51CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 52-53CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 54-55CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 56-57CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 58-59CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 60-61CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 62-63CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 64-65CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 66-67CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 68-69CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 70-71CNES Mag numéro 37 avr/mai/jun 2008 Page 72