CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de jui/aoû/sep 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace et les musées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 J actualité news ATV Jules-Verne En route vers Kourou pour une longue campagne Premier des cinq cargos automatiques conçus comme ravitailleurs de la Station spatiale internationale, l’ATV Jules-Verne (Automated Transfer Vehicle) sort d’une vaste campagne d’essais qui a duré trois ans. Depuis 2004, l’ATV (simultanément modèle d’essai et de vol) a dû prouver que matériels et logiciels du vaisseau spatial le plus complexe jamais construit en Europe étaient aptes à gérer le scénario nominal et toute une gamme de scénarios d’urgence (qui seront démontrés uniquement sur le premier vol) pour assurer la sécurité de l’équipage et de la station. Mais ce vol orbital doit aussi faire face à une situation inédite à ce jour : le partage des responsabilités entre le centre de contrôle ATV-CC à Toulouse et les centres de contrôle de mission russes et améri- cains de l’ISS. Plusieurs scénarios de mission vont donc être testés pour s’assurer du bon fonctionnement de ces interactions. Aujourd’hui, le Jules-Verne entame la dernière ligne droite. Cet été, à bord du Toucan, le navire de transport d’Ariane 5, il ralliera le Centre spatial guyanais à Kourou depuis le centre d’essais de l’Estec de l’Esa à Noordwijk (Pays-Bas). Compte tenu des exigences drastiques du cahier des charges, la campagne de lancement qui l’attend devrait durer 17 semaines. Il reste, malgré tout, une variable, celle de la date de lancement du Jules-Verne qui fait l’objet de contraintes multiples. La première, naturelle et prévisible, est constituée par la configuration Soleil/ligne de visée entre l’ATV et l’ISS. La seconde contrainte est inhérente au trafic des autres vaisseaux spatiaux desservant la station et à la disponibilité de son port d’accostage arrière. Le mois de novembre 2007 offre la première opportunité de lancement pour l’ATV qui représente, avec le laboratoire Columbus, la contribution européenne principale à l’exploitation de l’ISS. ■ ESA/J.VAN HAARLEM L’ATV Jules-Verne, ici lors de son transfert par Beluga au centre de l’Estec à Noordwijk, prendra mi-juillet la direction de la Guyane. The Jules Verne ATV, here being shipped in a Beluga transport aircraft to ESTEC in Noordwijk, will leave for French Guiana in mid- July. Jules Verne ATV To Kourou for long launch campaign s The Jules Verne, the first of five Automated Transfer Vehicles (ATVs) designed to supply the International Space Station, has emerged from an extensive three-year test campaign. In 2004, the test/flight model of the ATV—the most complex spacecraft ever built in Europe—began trials to prove the hardware and software are robust enough to cope with nominal operations and a range of emergency scenarios (to be demonstrated on the first orbital flight), thus assuring the safety of the station and crews. During the orbital flight, the ATV Control Centre in Toulouse and the ISS Mission Control Centres in Houston and Moscow will be sharing mission responsibility, a situation not yet tested to date. Several scenarios will be run to confirmsmooth operation under shared command. This summer, the Jules Verne will sail from ESA’s ESTEC test facility in Noordwijk, Netherlands, to Europe’s spaceport in Kourou, French Guiana, on the Ariane 5 transport ship, Toucan. Given the critical requirements of this programme, the launch campaign will last 17 weeks. The launch date is stillundecided, due to various constraints. The first is natural and predictable, and concerns the angle of the Sun when the ATV docks with the ISS. The second is the other traffic serving the ISS and availability of its aft docking port. The next launch window opens in November. Along with the Columbus laboratory, the ATV is Europe’s main contribution to ISS operations. ■ t Symphonie Un accord qui marque l’histoire – Le 6 juin 1967 marque un temps fort dans l’histoire spatiale européenne. À cette date, la France et l’Allemagne ont signé officiellement la convention qui entérinait, sur la base d’engagements techniques et financiers paritaires, le développement du projet Symphonie, précurseur des satellites de télécommunications européens. Premier grand projet industriel entre les deux pays, ce programme a abouti aux lancements de deux satellites en décembre 1974 et en août 1975. Outre l’excellence de leur fonctionnement et une durée de vie exceptionnelle (10 ans), les satellites Symphonie ont été à l’origine de percées technologiques particulièrement intéressantes qui ont bénéficié aux générations des satellites de télécommunications qui leur ont succédé. Symphonie : a historic agreement - On 6 June 1967, France and Germany signed a landmark agreement confirming their technical and financial commitment to develop the Symphonie project, the forerunner of European telecom satellites. The first major industrial project between the two countries, the programme led to the launch of the Symphonie A and B satellites in December 1974 and August 1975. Besides their excellent performance and exceptional lifespan (10 years), the Symphonie satellites required key technology developments that also benefited subsequent generations of telecom satellites. cnesmag u JUILLET 2007
u Propos recueillis par/Interview by BRIGITTE THOMAS, CNES JEAN-LOUIS ÉTIENNE Infatigable explorateur des pôles Tireless polar explorer guest column CNES/O. PASCAUD, 2007 Il aurait pu être spationaute ou inventer des maquettes mais la vie en a décidé autrement. Avoir été le médecin d'Éric Tabarly l'a conduit tout naturellement sur la voie des expéditions. Ce pourfendeur des pôles à pied, en traîneau, en bateau, ou demain en dirigeable, se lance dans une nouvelle campagne. Objectif : mesurer l’épaisseur de la banquise. « En 1986, vous partiez au pôle Nord à pied. Pour 2008, vous préparez une nouvelle expédition en dirigeable. En 20 ans d’expédition, quel constat faites-vous sur l’état de la banquise ? Ma première expédition polaire remonte en 1979 au Groenland. À cette époque, le regard n’était pas porté sur la régression de la glace. Je suis retourné au pôle Nord en 1986, en 2002 et début 2007. En 20 ans, les crêtes de compression (ces murailles de glace qui s’érigent les unes contre les autres) ont perdu de leur hauteur, donc le volume de glace à soulever a diminué. L’autre constatation concerne les petits avions qui se posent sur la glace. Aujourd’hui, une personne au sol est obligée de vérifier l’épaisseur de la glace avant l’atterrissage. Si elle n’a pas au moins un mètre de profondeur, ils n’atterrissent pas. Au pôle Sud, la glace de mer c s He could have been an astronaut or inventor, but life dictated otherwise. After serving as doctor to Éric Tabarly on a round-the-world yacht race, he has since embarked on numerous expeditions himself. He has explored the poles by foot, dogsled and boat, and is now preparing for a new campaign. Total Pole Airship will take him back to the north polar ice cap, this time to measure its thickness… In 1986, you set off for the North Pole by foot. In 2008, you plan to return, this time by airship. In 20 years of exploration, how have the polar ice caps changed ? My first polar expedition was in Greenland, in 1979. Back then, no one was talking about ice retreat. I returned to the North Pole in 1986, 2002 and early 2007. In 20 years, compression ridges have got smaller, so there’s lessice to be pushedup. Today, before a light aircraft can land, someone on the ground has to check the thickness of the ice. If it’s less than a metre, the plane has to find somewhere else. In the Antarctic, the sea freezes along the edge of the continent in winter. In 1990, I travelled across the sea ice to the east. That area has disappeared today. So yes, the environment is changing and ice retreat is a reality. Why study sea ice thickness ? Sea ice is melting and retreating visibly. People who live on the Canadian, Greenland and Siberian coasts tellus the winter ice is l’invité c 9 JUILLET 2007 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 1CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 2-3CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 4-5CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 6-7CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 8-9CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 10-11CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 12-13CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 14-15CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 16-17CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 18-19CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 20-21CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 22-23CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 24-25CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 26-27CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 28-29CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 30-31CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 32-33CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 34-35CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 36-37CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 38-39CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 40-41CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 42-43CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 44-45CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 46-47CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 48-49CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 50-51CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 52-53CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 54-55CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 56-57CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 58-59CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 60-61CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 62-63CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 64-65CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 66-67CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 68