CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de jui/aoû/sep 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace et les musées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
J société society 48 des robots mobiles), géré par le CNES, un terrain d’exercice dont le sol de pouzzolane simule la surface martienne. Des travaux connexes sont également menés pour régler un autre problème majeur, celui de l’énergie. Avancer, filmer, forer, prélever, analyser… : le robot sera investi de multiples missions gourmandes en énergie. La mise en autonomie génère un gain appréciable sur les temps d’opérations, mais la réduction du nombre de manœuvres ou la rationalisation de celles-ci vont concourir également à économiser l’énergie. Si des avancées significatives ont été faites, d’ici le lancement de la mission, en 2013, les équipes ont encore des zones d’ombre à éclairer. L’intégration des algorithmes spécifiques à la mission scientifique, la projection des situations aléatoires et les fonctions de surveillance associées ou non, l’intelligence dans la hiérarchisation des manipulations ou dans les informations à transmettre… entrent dans ce solide plan de charge. Nominalement conçu pour une durée de six mois, ce premier robot européen, dont le poids avoisinera les 200 kg, porte les espoirs de la première mission européenne sur Mars. C’est à lui qu’incombe de relever les traces de vie éteinte ou présente dans l’environnement martien. ■ Silence, on tourne ! 8h00 task execution phases. It then dumps the contents of its memory selectively when the orbiter comes within view. New experiments are set for this autumn to attempt to evolve the rover from an « autonomous » to a « smart » capability. New algorithms will be tested to enable it to reach a precisely defined target. Integrating complex systems Research is ongoing to consolidate the rover’s autonomy so that it can handle random or complex situations. A trajectory control experiment is in development. Given that Mars has no magnetic field, the rover has no way of fixing its position and must be able to execute its trajectory reliably, alone. A camera pointed at the ground sees characteristic features of the terrain. The onboard computer interprets pictures from the camera, verifies the rover’s direction of travel and corrects its trajectory if necessary. All these advances are being tested out at CNES’s rover proving ground on a pozzolan surface du matin, Centre spatial de Toulouse. Une brise froide balaye le site en ce début avril 2007. On se croirait sur Mars ! D’ailleurs, c’est bien ce que doit reproduire ce site du Sérom dédié aux essais robotiques. C’est là que s’affaire l’équipe de tournage du dernier film du CNES destiné à la salle grand format de la Cité de l’espace, mais aussi au Salon du Bourget, aux télévisions et autres expositions. Il s’agit en effet d’évoquer le futur, et quel meilleur référent culturel et populaire que celui des premiers pas de l’homme sur Mars, dans un avenir certes indéterminé mais possible à défaut d’être probable. Le but n’était pas ici de s’attarder sur la vraisemblance de la situation mais plutôt de dessiner une parabole onirique, renforcée par la présence étonnante d’une enfant. À la manière du petit prince de Saint-Exupéry, elle interroge l’astronaute sur tout ce que l’espace pourra apporter à la société dans les 50 ans à venir, non seulement dans le progrès des connaissances, mais aussi dans ses applications les plus concrètes sur notre planète. Ce film, tourné selon les meilleures techniques du cinéma, a nécessité l’usage d’un fond vert sur lequel les graphistes placent ensuite des paysages réalistes, à partir de vraies images prises par des sondes martiennes. Cette immersion cinématographique doit permettre de susciter la curiosité d’un large public, au-delà de la sphère habituelle des passionnés d’espace, pour toucher le plus grand nombre. ■ CNES/B. GUINDRE, 2007 Quiet please… action ! s simulating that of Mars. Alongside these efforts, work also is underway to resolve the major power issues involved in this kind of mission. Moving, filming, drilling, sampling and analysing will drain a lot of power. An autonomous capability shortens rover operations significantly, but manoeuvres also will have to be reduced or streamlined to conserve power. While teams have achieved major advances, there are still some grey areas to sort out between now and 2013. These include integrating dedicated algorithms for the science mission, projecting random situations and associated monitoring functions, and getting the rover to make smart decisions about ranking manipulation operations or data to be transmitted. Nominally designed to operate for six months, this first European rover will tip the scales at around 200 kilograms. The hopes of Europe’s first mission to the surface of Mars are riding on its ability to discover traces of ancient or present life on the Red Planet. ■ u PHILIPPE COLLOT, CNES 8 o’clock in the morning at the Toulouse Space Centre. A cold April breeze is blowing across the site. Just like Mars ! That’s not surprising, since CNES’s rover testing ground is designed to simulate the Martian environment. A crew is working on the agency’s latest bigscreen film for the Cité de l’Espace, the Paris Air Show and for TV stations and other exhibitions. The film peers into the future, so what better popular cultural reference than humankind’s first steps on Mars, in an as yet undetermined but possible future ? The aim here is not to recreate a real-life situation but to draw a dreamlike parable through the eyes of a child. Like the character in Antoine de Saint-Exupéry’s Little Prince, she asks the astronaut how space is going to shape society over the next 50 years, not only by advancing knowledge but also through everyday, real-world applications. This film used the most advanced cinematographic techniques, including a green background on which graphic designers then insert realistic landscapes based on real pictures taken by Martian spacecraft. It is intended to fire the curiosity of a wider audience beyond the usual sphere of space enthusiasts. ■ cnesmag u JUILLET 2007
CNES-ESA-ARIANESPACE/P. GAUDON, 2007 Visites guidées du chantier Soyouz La récente participation du CSG au Salon du tourisme et des loisirs de Guyane (mai 2007) a confirmé l’engouement du public pour le projet Soyouz. Relevant tantôt de l’émerveillement, tantôt de l’inquiétude, la responsable des visites grand public au CSG confie que « les questions sont de plus en plus précises et nombreuses ». Face au questionnement, rien de tel qu’une vision concrète du chantier : le Centre spatial guyanais et la Sous-Direction sol Guyane de la Direction des lanceurs se sont mobilisés pour organiser des séances de découverte du projet et du chantier. Qu’il s’agisse d’une journée grand public (9 juin) ou de visites particulières pour des groupes et la population de Sinnamary (commune d’accueil de Soyouz), tout est fait pour que l’information soit au rendez-vous. Il faut reconnaître que le coup d’œil vaut le déplacement. Effectivement, le site a bien changé ces derniers mois durant lesquels le carneau a réellement pris forme tandis que les premiers bâtiments sont sortis de terre. Le circuit débute en salle Jupiter où les visiteurs découvrent les grandes lignes du projet Soyouz, court métrage en images de synthèse à l’appui, avant de pouvoir poser toutes leurs questions souhaitées. Puis la visite sur le terrain démarre. Au fur et à mesure que le bus traverse le chantier sur une piste plus ou moins chaotique, les éléments de gros œuvre des premiers bâtiments apparaissent tandis que les guides expliquent avec précision leur future destination et leurs particularités. En bout de piste, le carneau est le clou du spectacle, énorme excavation de 21 mètres de profondeur, tapissée de gravier et dans laquelle grouille un cortège d’engins de chantier. Là, le bus s’arrête, et sur les hauteurs du carneau, le visiteur se sent bien petit ! Nul ne peut rester insensible au panorama… ■ u KAROL BARTHELEMY, pour le CNES/for CNES Guided tour of the new Soyuz site s At the Guiana Space Centre (CSG) and across the country, there is a buzz about the project reflected by the CSG’s recent participation at the French Guiana tourism and leisure exhibition from 12-13 May. The officer in charge of organizing tours at the CSG confirms that questions from the visiting public are ever more numerous and precise, expressing both wonderment and concern. The best way to satisfy their curiosity is to let them see for themselves, so the CSG and the Launchers Sub-Directorate in French Guiana organized an open day on 9 June and also arranges private tours for groups and the population of Sinnamary, where the new launch facility is located, to informthe public. And the site is well worth seeing. Work has progressed significantly in recent months as the flame trench takes formand the first buildings goup. The wellorganized tour starts in the Jupiter control room, where visitors are shown an outline of the Soyuz project with a short film using computer-generated images. They can then ask questions before getting on the tour bus. As the bus winds its way around the site, the initial structural elements of the first buildings come into view and the guide gives all the details about their future functions and features. The vast flame trench, 21 metres deep and swarming with heavy vehicles and equipment, is saved for last. The bus stops to let the visitors get a good look and feel the huge scale of the undertaking—they cannot fail to be impressed. ■ 49 t S2E Un réseau de surveillance opérationnel - Depuis près de dix ans, le CNES soutient des projets en télé-épidémiologie qui permettent, grâce aux moyens spatiaux, de déployer des systèmes de surveillance épidémiologique incluant des systèmes d’alerte précoce. Une étude pilote proposée par le consortium Surveillance spatiale des épidémies (S2E), cofinancée par le MENRT dans le cadre du Réseau Terre espace, a permis d’évaluer l’apport du système Argos pour la surveillance épidémiologique (projet S2R Argos). Après l’expérimentation au Niger et au Burkina Faso, 44 balises ont été déployées au Niger dans les centres de soins pour compenser le manque de moyens de télécommunications sur le terrain. Ces balises contribuent au recueil des données médicales, environnementales et sociologiques, dans les infirmeries de brousse. Deux types de données sont recueillies : les bilans hebdomadaires et les maladies à déclaration obligatoire. Depuis un an, ce réseau de balises a enregistré plusieurs alertes au choléra ainsi qu’une alerte à la rage. S2E – An operational surveillance network – For almost 10 years, CNES has been lending its support to tele-epidemiology projects aimedat deploying satellite-based monitoring and early-warning systems. A pilot study proposed by the Space Surveillance for Epidemics (S2E) consortium, and co-funded by the French education, research & technology ministry as part of the Earth Space network, assessed the potential role of the Argos system in epidemic monitoring (S2R project). After this test phase in Niger and Burkina Faso, 44 transmitters were deployed at healthcare centres across Niger to overcome the lack of telecommunications infrastructure on the ground. These transmitters are used to gather weekly reports and specific alerts for reportable diseases from remote field dispensaries. In the first year, the transmitter network has returned several cholera alerts and one rabies alert. JUILLET 2007 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 1CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 2-3CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 4-5CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 6-7CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 8-9CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 10-11CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 12-13CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 14-15CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 16-17CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 18-19CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 20-21CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 22-23CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 24-25CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 26-27CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 28-29CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 30-31CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 32-33CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 34-35CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 36-37CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 38-39CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 40-41CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 42-43CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 44-45CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 46-47CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 48-49CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 50-51CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 52-53CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 54-55CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 56-57CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 58-59CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 60-61CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 62-63CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 64-65CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 66-67CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 68