CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de jui/aoû/sep 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace et les musées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
J société society 44 sanitaire. « C’est de l’agriculture raisonnée qui veut gérer au mieux les ressources en eau et l’utilisation des fertilisants et autres pesticides… » POUR L’ÉCONOMIE, CONTRE LA POLLUTION L’agriculture de précision est rentable à partir de 300 à 400 hectares. De plus en plus de coopératives font appel au système de gestion des cultures Farmstar, qui utilise les images satellite. Ce système résulte de l’alliance entre Infoterra, filiale de EADS, Arvalis, organisme de recherche appliquée et des coopératives de la région Midi-Pyrénées. Les images satellite arrivent sur fax ou par mél en donnant des informations précises sur les cultures. En France, 380000 hectares sont traités par Farmstar, d’abord dans les régions de la Beauce et du nord de la France, pour la culture céréalière (blé, orge, colza), le système se développe dans le Sud-Ouest pour le maïs. L’intérêt économique pour une meilleure connaissance de ses cultures est évident. Pour les céréales par exemple, il s’agit d’économiser les produits azotés et donc de moins polluer, et pour le maïs de réguler l’apport d’eau. Quant au GPS, il permet à l’agriculteur de gérer, par exemple, la densité de semis (quantité de graines mise par hectare, en relation avec le potentiel du sol). « Avec des outils comme la localisation, poursuit Michel Gay, l’agriculteur obtient des mesures précises. S’il a la précision, il a la possibilité d’agir. Son intérêt économique est évident, la localisation acquise par le GPS lui permet de mettre la quantité de graines au bon endroit en ayant une bonne traçabilité de ce qu’il fait. » Le GPS touche des domaines originaux et pourtant indispensables en agriculture : l’arrosage. Marc Jeannot, chargé du développement des applications de la navigation par satellite au CNES, travaille avec Le GPS, nouvel outil de l’agriculture française. GPS is a new tool adopted by French farmers. Boosting profits, preventing pollution Precision agriculture is cost effective for farms of more than 300 to 400 hectares. An increasing number of cooperatives are using the Farmstar crop management service, which provides data derived from satellite imagery. Farmstar was developed jointly by EADS subsidiary Infoterra, the applied agronomic research institute Arvalis and cooperatives in the Midi-Pyrenees region of southwest France. Satellite images providing precise data on crops are sent by fax or e- mail. In France, Farmstar already covers 380,000 hectares, mostly wheat, barley and rape grown on the Beauce plateau and in the north of France, and is being extended to maize in the southwest. The economic value of better crop data is clear. For cereal crops, farmers use less nitrogen-based inputs, and for maize they can regulate irrigation. GPS helps them to match seed densities per hectare to soil potential. « Positioning tools give farmers precise measurements, » says Michel Gay. « With that kind of information, they can make decisions. And the economic value is obvious, since GPS positioning enables them to sow the right amount of seed in the right place and keep a clear trace of what they are doing. » ECOLE D'AGRICULTURE DE PURPAN Le GPS, sur les systèmes d’arrosages permettrait une meilleure gestion de l’eau. GPS-enabled irrigation systems would enable better management of water resources. la Drire Midi-Pyrénées. Dans le cadre des projets Vans (valorisation des applications de la navigation par satellites), le projet SPSA (supervision et positionnement par GPS de systèmes d’arrosage) a été sélectionné et financé par la Drire qui s’appuie sur le CNES en tant qu’assistance à maîtrise d’ouvrage. C’est une société des Hautes-Pyrénées, ISP System, qui est GPS is now reaching into new and yet vital areas of farming, like irrigation. Marc Jeannot, in charge of developing satellite navigation applications at CNES, is working in Midi-Pyrenees with DRIRE, the French agency responsible for industry, research and the environment. For the VANS project to promote satellite navigation applications, DRIRE has selected and is funding a project called SPSA to monitor and position irrigation systems using GPS. CNES is assisting DRIRE with oversight of this project. Pyrenean firmISP System is managing development. Field trials began in June to establish how best to position centre pivots to manage water resources, avoid moving them around the field needlessly and ensure safety. Data will be recorded on a PC at the farm. SPSA aims to adapt crop irrigation in real time, keep a record of it and check that irrigation systems are operating effectively. ISP-SYSTEM cnesmag u JUILLET 2007
J société society chargée de son développement. L’expérimentation aura lieu à partir du mois de juin. L’objectif est de connaître les positions des pivots d’arrosage afin de gérer les ressources en eau, d’éviter à l’exploitant des déplacements inutiles, d’assurer la sécurité. Les informations sont transmises sur un PC situé à la ferme. Il s’agit avec ce projet d’adapter en temps réel l’arrosage des cultures, d’établir un historique de l’irrigation, et de vérifier le bon fonctionnement des systèmes d’irrigation. AVEC LE GPS, UNE EFFICACITÉ ACCRUE Pour Jérôme Legenne, chef du Service ingénierie système localisation et navigation au CNES, « l’agriculture est un gros utilisateur du système Egnos qui apporte un complément géostationnaire au système GPS dont il améliore les performances. Egnos représente, avant Galiléo, la première étape de l’émancipation de l’Europe dans ce domaine. Avec le GPS, la précision est de 4 à 8m, avec Egnos de 1 à 3m. En plus, ce dernier garantit l’intégrité de la position. Avec Galiléo, la précision disponible sera de l’ordre du mètre. L’interopérabilité avec le GPS offrira même une performance encore accrue ». Dans le futur, les habitudes seront encore bouleversées avec l’autopilotage : il s’agit de faire déplacer le tracteur dans un champ, par rapport à une référence. Les constructeurs de matériels agricoles développent des tracteurs automatiques, équipés d’ordinateur de bord, de GPS à la précision centimétrique et de système d’assistance à la conduite. Le GPS peut Qu’en pensent les agriculteurs ? Pour David Vincent, exploitant sur 200 ha (blé dur, colza, blé tendre, orge, tournesol, sorgho) dans l’Aude : « J’utilise le GPS sur ma moissonneuse-batteuse depuis 2003, il me permet le guidage dans la parcelle pour éviter les recroisements et économiser sur les produits phytosanitaires. En plus, l’enregistrement de toutes les interventions se fait en direct, cela dans un souci de coût de production. Cela me permet de faire des cartes de rendement, de connaître les quantités de grains récoltés. Depuis que j’utilise le GPS, j’ai gagné 10% de mon temps ! » Quant à Venga Dessan, adjoint au directeur de la société Pot-au-pain qui exploite des carottes et des poireaux en Gironde : « L’utilisation du GPS est intéressante pour le semis, afin d’avoir des lignes droites et donc de ne pas perdre de surface. Il permet une aide à la récolte dans les lignes sans perte de carottes, un bon épandage et une bonne pulvérisation, et une déclaration de surface exacte (PAC). Du temps de gagné et moins de fatigue pour le chauffeur car le tracteur gère tout, y compris les tournures ! » Et tous les deux s’accordent pour dire : « Plus on est couvert par les satellites, plus on peut travailler dans la précision. » Qui a dit que les hommes de la terre ne regardaient pas du côté des satellites et ne se servaient pas d’eux pour cultiver leurs plantes ? ■ What the farmers think s David Vincent farms 200 hectares of hard and soft wheat, rape, barley, sunflower and sorghum in the Aude region : « I’ve been using GPS on my combine harvester since 2003 to guide me around the field and avoid overlaps, and to save on phytosanitary products. What’s more, I can record what I’m doing in the field in real time, which cuts production costs. I can generate yield maps and see amounts of grain harvested. Using GPS has enabled me to save 10% of my time ! » Venga Dessan is deputy managing director of Pot-au-Pain, a carrot and leek grower in the Gironde region : « GPS is useful for ensuring that seeds are planted in straight lines, so surface area isn’t wasted. It also means we don’t lose any carrots during harvesting, it helps us to spread fertiliser and spray crops effectively, and it makes sure we declare correct acreages for CAP checking purposes. That’s less time and effort spent driving, since the tractor manages everything including turns. » Both agree that satellites are helping them to work more precisely. Who said growers don’t look to the heavens for assistance ? ■ voir si le tracteur avance tout droit ou en crabe… Les avantages sont la précision dans l’épandage des produits pour éviter le chevauchement et le surdosage, et la diminution de la main-d’œuvre pour faire le travail de préparation du tracteur (le jalonnage peut actuellement, selon la taille et la forme de la parcelle, mobiliser trois personnes !). ■ More effective with GPS « Farming is a major user of EGNOS, a geostationary system that augments GPS performance, » says Jérôme Legenne, in charge of location and navigation systems engineering at CNES. « EGNOS is a forerunner to Galileo, marking a first step towards an independent European satellite positioning capability. GPS offers accuracies of 4 to 8 metres, whereas EGNOS is as good as 1 to 3 metres. EGNOS also guarantees data integrity. With Galileo, accuracy will be on the order of 1 metre and its interoperability with GPS willafford even better performance. » In the future, farmers’lives are set to be further transformedby the ability to guide a tractor automatically around fields. Farming machinery manufacturers are developing automatic tractors with computers, centimetre-accurate GPS receivers and driving aid systems. The GPS receiver tells the driver if the tractor is veering off straight. This has the advantage of avoiding input overlap and reduces the workload involved in staking out a field, which can otherwise require three people. ■ INRA/JM BOSSENNEC 45 JUILLET 2007 u cnesmag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 1CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 2-3CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 4-5CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 6-7CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 8-9CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 10-11CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 12-13CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 14-15CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 16-17CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 18-19CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 20-21CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 22-23CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 24-25CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 26-27CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 28-29CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 30-31CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 32-33CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 34-35CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 36-37CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 38-39CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 40-41CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 42-43CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 44-45CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 46-47CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 48-49CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 50-51CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 52-53CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 54-55CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 56-57CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 58-59CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 60-61CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 62-63CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 64-65CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 66-67CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 68