CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
CNES Mag n°34 jui/aoû/sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de jui/aoû/sep 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre National d'Études Spatiales

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'espace et les musées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 COURRIER DES LECTEURS READERs’LETTERS Gaël, professeur La charge utile électronique d’un satellite et ses systèmes hydrauliques sont-ils soumis au vide spatial ou est-ce la plateforme qui est pressurisée avant le lancement ? Des dépressurisations ontelles déjà eu lieu ? Certains équipements peuvent être pressurisés. C’est le cas, par exemple, des réservoirs de carburant ou des circuits de refroidissement d’instruments tels que les télescopes recueillant la lumière infrarouge. Dans ce dernier cas, le liquide refroidissant peut être de l’hélium. En revanche, la charge utile et la plateforme d’un satellite sont entièrement soumises aux rigueurs de l’espace, que ce soit en termes de vide, de contraste de température ou d’agression par les flux de particules et de rayonnement baignant l’espace. C’est d’ailleurs pour cette raison que les satellites subissent de nombreux tests de résistance à ces contraintes très pénalisantes. La durée de vie d’un satellite est essentiellement liée à la durée de vie de ses batteries, à sa résistance à long terme au stress de l’espace et à ses réserves de carburant, nécessaires à la correction régulière de son NASA Ballon stratosphérique ouvert. Zero-pressure stratospheric balloon. CETTE RUBRIQUE EST LA VÔTRE THIS IS YOUR COLUMN N’hésitez pas à nous poser des questions, nous faire part de vos interrogations, de vos réactions sur l’actualité spatiale ou sur vos sujets d’étude. Nos spécialistes vous répondront. Drop us a line with your questions, opinions on space news or requests for information on subjects you’re studying, and we’ll put our experts on the case… CNES/C.VIDAL, 2007 orbite et de sa position. Dans l’histoire de l’exploration spatiale, la dépressurisation la plus célèbre est celle du réservoir d’oxygène ayant causé l’abandon, heureusement sans conséquence humaine, de la mission Apollo 13 en route vers la Lune, en avril 1970. (Sébastien Rouquette) Gaël, teacher Are satellite payloads and hydraulics open to the vacuum of space, or is the platformpressurized before launch ? Has a satellite ever depressurized in orbit ? Certain equipment is pressurized, like the fuel tanks and the liquid helium circuits that cool infrared telescopes and other instruments. However, the payload and bus are exposed to the rigours of space—not just the vacuum, but also the huge temperature variations and possible damage from particles and radiation. For this reason, spacecraft are extensively tested before launch to ensure they can withstand this harsh environment. A satellite’s lifespan is effectively limited by its long-termresistance to the stresses of space, plus its battery and fuel reserves, needed for the regular correction of orbit and position. The most famous depressurization event in spacefaring history concerned the Apollo 13 oxygen tank, which exploded on the way to the Moon in April 1970, causing the mission to be aborted—fortunately with no loss of life. Alexandre, passionné d’espace Combien d’années un ballon stratosphérique peut-il rester dans l’atmosphère ? Quelle est la résistance des matériaux utilisés au rayonnement cosmique et solaire ? Actuellement, les ballons utilisés par le CNES à des fins scientifiques ont une durée de vie de quelques mois au maximum (1 à 2). Même si le rayonnement cosmique et solaire peut avoir un effet sur la résistance à long terme des matériaux utilisés pour réaliser les enveloppes, la durée de vie des ballons est limitée par la diffusion du gaz, l’hélium (atome de très petite taille), à travers la « peau » du ballon. (Nicolas Verdier) NASA, 2002 Philippe Perrin dans le laboratoire Destiny de la Station spatiale internationale. Philippe Perrin in the Destiny laboratory module on the ISS. Alexandre, space enthusiast How long can stratospheric balloons stay in the atmosphere ? And how resistant are the materials to cosmic and solar radiation ? The balloons that CNES uses for research purposes have a lifespan of one or two months at most. Although cosmic and solar radiation can affect the long-termresistance of the materials used to make the envelope, lifespan is limited because the helium gas—a very smallatom—slowly escapes through the balloon’s « skin ». Annie, traductrice Peut-on parler indifféremment d’impesanteur, apesanteur ou micropesanteur ? Non. Si deux de ces termes sont synonymes, le troisième ne l’est pas ! En effet, parler d’impesanteur ou d’apesanteur, c’est la même chose car il s’agit de l’absence de pesanteur (les préfixes « a », « in » ou « im » sont privatifs). C’est d’ailleurs très clair en anglais : weightlessness, zero gravity, zero-g. Certes, les académiciens français préfèrent que l’on utilise le terme « impesanteur » qui ne présente aucune confusion phonétique avec le terme « pesanteur » lorsqu’il est précédé de l’article défini : « la pesanteur » et « l’apesanteur » ont des consonances identiques. Concernant la cnesmag u JUILLET 2007
J actualité news micropesanteur, c’est l’état d’un corps tel que l’ensemble des forces d’origine (gravitationnelle et inertielle) auxquelles il est soumis qui possède une résultante très faible par rapport à la pesanteur à la surface de la Terre. C’est en particulier le cas de tout corps dans un satellite artificiel gravitant autour de la Terre. En anglais, l’unique terme utilisé est microgravity qui traduit également le terme français « microgravité ». À ne pas confondre avec « micropesanteur », car la microgravité ne met en jeu que les forces d’origine gravitationnelle ! Dans ce cas, il est évident que la microgravité n’existe pas à l’altitude où circulent les satellites en orbite terrestre… puisque la gravité diminue à partir du sol d’environ 3% tous les 100 km. (Jean-Louis Astor) Nadine, retraitée Le point le plus lumineux du ciel qu’on aperçoit la nuit correspond-il à la Station spatiale internationale ? Vous voulez sans doute parler du point lumineux présent vers l’ouest, le soir, assez haut dans le ciel. Ce point lumineux est fixe dans le ciel. Il s’agit de la planète Vénus. Il est facile de faire la différence entre une étoile (ou une planète) et un objet en orbite autour de la Terre. Les astres tournent lentement dans le ciel. Ils se lèvent vers l’est et se couchent vers l’ouest, comme le Soleil. Ce mouvement est dû à la rotation de la Terre. En revanche, un satellite défile rapidement et traverse le ciel en 2 à 3 minutes tout au plus, un peu comme un avion. Cette fois-ci, c’est bien l’objet qui tourne autour de la Terre. La Station spatiale internationale, qui tourne à 400 km au-dessus de nous, n’échappe pas à cette règle. (Sébastien Rouquette) Nadine, retired One dot in the night sky looks brighter than all the others. Is it the International Space Station ? You must be referring to the bright point visible in the evening towards the west, in a fixed position high above the horizon. It’s the planet Venus. There’s an easy way to tell the difference between a star (or planet) and an object orbiting Earth. Stars rotate slowly in the sky, rising in the east and setting in the west, like the Sun. This apparent movement is caused by Earth’s rotation. Satellites, on the other hand, cross the sky in two or three minutes, like an aeroplane. This time, the object is moving, not the Earth. The International Space Station, which orbits at 400 km, is no exception. VOS QUESTIONS ET VOTRE DEMANDE D’ABONNEMENT PAR MAIL : SEND IN YOUR QUESTIONS AND SUBSCRIBE TO CNESMAG BY E-MAIL TO : cnesmag@cnes.fr Charte internationale Une accélération constatée de l’activation Éruption volcanique, inondation, tsunami, mais aussi déversement d’hydrocarbures… dans toutes les circonstances où la vie des populations est en jeu, la charte internationale « Espace et catastrophes majeures » peut être déclenchée sur demande d’un utilisateur autorisé, généralement les services de protection et de sécurité civile des pays membres. Sur le plan opérationnel, cette charte met en œuvre un système unifié d’acquisition et de livraison des données satellite dans les cas de catastrophes d’origine naturelle ou technologique. L’utilisateur autorisé demande la mobilisation des ressources spatiales et des systèmes de production associés (Radarsat, ERS, Envisat, Spot, IRS, SAC-C, satellites Noaa, Landsat, Alos, satellites DMC…) requis par les agences membres. Cette procédure à forte réactivité permet d’obtenir des produits de type carte, d’une grande utilité pour les équipes de secours dépêchées sur le terrain. La charte internationale « Espace et catastrophes majeures » est officiellement entrée en vigueur le 1 er novembre 2000. Depuis cette date, elle a été activée plus de 130 fois et son déclenchement est de plus en plus sollicité. En 2001, pour sa première année pleine de fonctionnement, la charte internationale a été activée 11 fois. Cinq ans plus tard, en 2006, ce chiffre atteignait 25 et, pour les cinq premiers mois de 2007, elle a déjà été activée 18 fois, confirmant l’accélération des fréquences de déclenchement. Cette augmentation très significative s’explique par une meilleure connaissance des procédures par les acteurs d’une part, et par l’augmentation du nombre des utilisateurs potentiels d’autre part. ■ CNES 2007 - CARTE CRÉÉE LE 24AVRIL 2007 PAR INA/CONAE International Charter Rise in activity s Volcanic eruptions, floods, tidal waves, oil spills or any other natural or man-made disaster—whenever lives are at risk, the International Charter on Space & Major Disasters can be activated at the request of an authorized user, typically the civil defence and protection services of a member nation. A unified system is then deployed to acquire and deliver satellite data to support the response effort. The user requests the mobilization of satellite resources and associated production systems (ALOS, DMC, Envisat, ERS, IRS, Landsat, NOAA, Radarsat, SAC-C, SPOT, etc.), as required by the member agencies. No time is lost, and satellite imagemaps and other data products are generated and dispatched, providing the rescue teams on the ground with vital information. The International Charter on Space & Major Disasters was officially launched on 1 November 2000. Since then, it has been activated more than 130 times, with increasing frequency. In 2001, its first full year in operation, the Charter was activated 11 times. In 2006, it was activated 25 times. And by 31 May 2007, it had already been activated 18 times, confirming the progressive rise in activity. The reasons for this rise are a better understanding of procedures and the growing number of potential users. ■ Inondations en Argentine prises par Spot 5 (avril 2007). Des pluies intenses et la montée des fleuves Paraná et Gualeguay ont provoqué des inondations graves dans les provinces de Santa Fe et Entre Rios. Flooding in Argentina viewed by SPOT 5 (April 2007). Heavy rain and the rise of the Paraná and Gualeguay rivers led to serious flooding in the provinces of Santa Fe and Entre Rios. JUILLET 2007 u cnesmag 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 1CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 2-3CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 4-5CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 6-7CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 8-9CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 10-11CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 12-13CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 14-15CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 16-17CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 18-19CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 20-21CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 22-23CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 24-25CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 26-27CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 28-29CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 30-31CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 32-33CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 34-35CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 36-37CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 38-39CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 40-41CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 42-43CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 44-45CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 46-47CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 48-49CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 50-51CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 52-53CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 54-55CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 56-57CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 58-59CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 60-61CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 62-63CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 64-65CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 66-67CNES Mag numéro 34 jui/aoû/sep 2007 Page 68