Clefs n°61 Printemps 2013
Clefs n°61 Printemps 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°61 de Printemps 2013

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : CEA

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : les énergies bas carbone.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
détergents, les colles, les assouplissants, les adhésifs, les feux de forêts, les fumées de tabac. Il est même produit en petites quantités par le corps humain. Il est classé comme « cancérogène certain », à l’origine de cancers du nasopharynx. fossile : combustible hydrocarboné, comme le charbon, le pétrole ou le gaz naturel, provenant de gisements formés par l’accumulation et la transformation de matière organique. Qualifie aussi les énergies qui en sont tirées. fusion par confinement inertiel : ce procédé repose sur l’utilisation de lasers de puissance pour comprimer et chauffer des microballons contenant un mélange deutérium-tritium, les amenant ainsi dans des conditions de densité et de température propres au démarrage et à l’entretien des réactions de fusion thermonucléaire. fusion par confinement magnétique : voir tokamak. fusion thermonucléaire : réaction par laquelle de petits noyaux atomiques se combinent à haute température pour former de plus gros noyaux possédant une masse plus faible que la somme des masses des premiers, la différence étant convertie en énergie selon la loi d’équivalence d’Einstein E = mc 2. La réaction la plus étudiée est la fusion du deutérium et du tritium, qui en fusionnant vont former un noyau d’hélium et émettre un neutron très énergétique. G gaz de schiste : gaz d’origine naturelle, issu de la décomposition de l’argile riche en matières organiques des schistes argileux. Piégé dans les roches poreuses, pour l’exploiter il est nécessaire de détruire la structure des roches, par fracturation hydraulique. Cette technique consiste à provoquer un grand nombre de microfractures dans la roche, en injectant de l’eau à haute pression, ce qui permet au gaz de se déplacer jusqu’à un puits pour être récupéré en surface. gène : séquence d’ADN sur un chromosome constituant une unité d’information héréditaire qui permet la réalisation d’un caractère phénotypique (caractère apparent d’un individu) via la production d’une ou de plusieurs protéines. génome : ensemble du matériel génétique d’un organisme vivant. H héliostat : miroir plan et mobile. Il suit la course du soleil et concentre les rayons solaires vers un point unique. hydrocarbure : molécule composée uniquement de carbone et d’hydrogène (molécule hydrocarbonée). hydrocraquage : procédé qui consiste à casser une molécule organique complexe (par exemple une longue chaîne carbonée) en molécules plus petites (diesel, kérosène, naphta) sous l’effet de la chaleur, de la pression et en injectant de l’hydrogène pour « hydrogéner » les molécules insaturées. Cette opération se fait en présence d’un catalyseur. hydrolyse : décomposition d’une espèce chimique (molécule ou ion) par l’eau. Par exemple, la décomposition d’une solution aqueuse de borohydrure de sodium produit de l’hydrogène selon la réaction suivante : NaBH 4 + 2 H 2 O NaBO 2 + 4 H 2. 100 CLEFS CEA - N°61 - PRINTEMPS 2013 hydrométallurgiques (procédés) : dans le traitement des combustibles usés, la voie hydrométallurgique implique leur mise en solution en milieu acide et la mise en œuvre de procédés d’extraction liquide-liquide. hydrophobe : qui repousse l’eau. hyperbare (stockage) : à une pression très supérieure à la pression atmosphérique. I ignition : auto-entretien de la température du plasma au sein d’une machine de fusion thermonucléaire à un niveau suffisant pour que les réactions se poursuivent en continu. inertie thermique : résistance d’un matériau au changement de sa température. Elle dépend de sa capacité à stocker et déstocker de la chaleur dans sa structure. isotopes : formes d’un même élément chimique dont les noyaux possèdent un nombre de protons identique (ainsi qu’un nombre identique d’électrons gravitant autour du noyau) mais un nombre de neutrons différent. J jonction p-n : voir simple jonction. jonction tunnel magnétique : nanostructure constituée de deux couches minces magnétiques séparées par une barrière tunnel (une mince couche d’oxyde). Sa résistance électrique dépend des directions relatives des aimantations des deux couches minces. L’usage de tels éléments dans une bascule synchrone (flip-flop) la rend non volatile : l’aimantation des couches minces subsiste hors alimentation électrique. Il est alors possible de couper l’alimentation du circuit lorsque celui-ci est inactif, sans perdre l’information. K kérosène : mélange d’hydrocarbures contenant des alcanes (C n H 2n+2) de formule chimique allant de C 10 H 22 à C 14 H 30. Il est essentiellement utilisé dans la fabrication de carburant pour l’aviation. L lanthanides : famille des éléments de numéro atomique compris entre 57 (lanthane) et 71 (lutécium). levure : champignon microscopique unicellulaire, représentatif des cellules vivantes possédant un noyau, et utilisé à ce titre comme modèle par les biologistes. Les levures sont aussi employées dans l’industrie agro-alimentaire (fabrication du pain, de la bière, du vin). liaison covalente : liaison établie lorsque deux atomes, pour saturer leur dernière orbite, se partagent une ou plusieurs paires d’électrons. En général, les liaisons covalentes sont les plus fortes et les plus stables. liaison de van der Waals : interaction électrique de faible intensité entre atomes, molécules, ou entre une molécule et un cristal. liaison ionique : liaison se caractérisant par le transfert d’électrons d’un atome vers un autre, mais sans partage comme dans une liaison covalente.
liaison métallique : liaison chimique qui permet la cohésion des atomes d’un métal. Elle concerne un très grand nombre d’atomes (typiquement plusieurs millions) qui mettent en commun des électrons libres assurant la conduction électrique au sein d’un objet métallique. liaisons supramoléculaires : interactions non covalentes ou faibles entre atomes au sein d’une molécule ou entre molécules au sein d’un même édifice. ligand : molécule organique pouvant se fixer par une liaison dite de coordination à un ion au sein d’un complexe de coordination. M métabolisme : ensemble des transformations moléculaires et énergétiques qui se déroulent de manière ininterrompue dans la cellule ou l’organisme vivant. métaux de transition : famille des 38 éléments de numéros atomiques 21 à 30, 39 à 48, 72 à 80 et 104 à 112, parmi lesquels le titane, le manganèse, le fer, le cobalt, le nickel, le chrome, le platine… métaux nobles : historiquement, métaux précieux inaltérables à l’air ou à l’eau (argent, or, platine) utilisés en orfèvrerie. Ce terme s’applique maintenant aux autres métaux qui présentent une faible abondance dans la croûte terrestre et sont donc à la fois rares et coûteux (palladium, rhodium, iridium, osmium et ruthénium). méthane : hydrocarbure de formule brute CH 4, le méthane est le composant principal du gaz naturel et du biogaz issu de la fermentation de matières organiques animales ou végétales. Il se dégage naturellement des zones humides peu oxygénées comme les marais et les terres inondées. Il se forme aussi dans les panses des ruminants. micro : préfixe μ du millionième (10 -6). 1 micromètre (μm) ou micron = 10 -6 mètre. module ou panneau (photovoltaïque) : générateur électrique de courant continu, constitué d’un assemblage de cellules photovoltaïques reliées entre elles électriquement. Mtep : million de tonnes d’équivalent pétrole. 1 tep = 42 milliards de joules ou 11 630 kWh. mutation (génétique) : altération transmissible du message génétique par modification d’une séquence de nucléotides de l’ADN. N nano : préfixe n du milliardième (10 -9) ; 1 nanomètre (nm) = 10 -9 mètre. naphta : liquide transparent issu de la distillation du pétrole. Selon l’intervalle de température de distillation, on distingue le naphta léger et le naphta lourd. Le léger sert entre autres de base dans la composition des essences. Du naphta de synthèse peut être obtenu à partir de déchets forestiers et de résidus agricoles. neutrons rapides : neutrons libérés lors de la fission, se déplaçant à très grande vitesse (20 000 km/s). Leur énergie est de l’ordre de 2 MeV. neutrons thermiques : également appelés neutrons lents (ou thermalisés), neutrons en équilibre thermique avec la matière dans laquelle ils se déplacent à une vitesse de l’ordre de 2 à 3 km/s. Leur énergie est inférieure à 1 eV. normo-mètre cube : 1 normo-mètre cube de gaz (Nm 3) est un mètre cube pris à 0 °C sous la pression de 101 325 Pa (1 atmosphère). nucléide : espèce nucléaire caractérisée par son nombre de protons Z (numéro atomique), son nombre de neutrons N et par son nombre de masse A, égal à la somme du nombre de protons et du nombre de neutrons (A = Z + N). nucléotide : chaînon élémentaire des acides nucléiques (ADN et acide ribonucléique ARN), constitué d’une base purique (adénine, guanine par exemple) ou pyrimidique (cytosine, thymine par exemple), d’un sucre et d’un ou plusieurs groupements phosphate. numéro atomique : nombre de protons du noyau d’un élément. nutraceutique : substance active présente à l’état naturel dans un aliment et qui a un effet bénéfique pour la santé. O onduleur : il permet de transformer le courant continu produit par des panneaux photovoltaïques ou par d’autres dispositifs en courant alternatif pour alimenter les charges ou pour qu’il puisse être réinjecté sur le réseau électrique. oxydation : réaction au cours de laquelle un atome ou un ion perd des électrons. La plus courante est celle dans laquelle un composé se combine avec un ou plusieurs atomes d’oxygène, formant ainsi un oxyde ; oxydant : qui fait perdre des électrons à un atome ou à un ion. P panneau (photovoltaïque) : voir module. passifs (systèmes) : systèmes fondés sur des forces naturelles comme la convection et la gravité, qui rendent la sûreté d’une installation théoriquement moins tributaire de systèmes actifs (pompes, moteurs, etc.). période (radioactive) ou demi-vie : durée au bout de laquelle la moitié des atomes radioactifs initialement présents dans un échantillon du nucléide radioactif a disparu en se désintégrant naturellement. pH : mesure de la concentration en ions hydrogène dans un liquide. Dans l’eau pure, en dessous de 7, il est acide, au-dessus il est basique (ou alcalin). Phénix : réacteur expérimental de la filière des réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium. Situé à Marcoule (Gard), ce réacteur a divergé pour la première fois en 1973 et s’est arrêté le 1er février 2010. Il a permis, entre autres, d’acquérir des connaissances sur le comportement sous irradiation des matériaux envisagés dans les réacteurs du futur. phénol : molécule cyclique de formule brute C 6 H 6 O portant une fonction hydroxyle OH. photocatalyse : catalyse de réactions chimiques sous l’action de la lumière. CLEFS CEA - N°61 - PRINTEMPS 2013 101



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 1Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 2-3Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 4-5Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 6-7Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 8-9Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 10-11Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 12-13Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 14-15Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 16-17Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 18-19Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 20-21Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 22-23Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 24-25Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 26-27Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 28-29Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 30-31Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 32-33Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 34-35Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 36-37Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 38-39Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 40-41Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 42-43Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 44-45Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 46-47Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 48-49Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 50-51Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 52-53Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 54-55Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 56-57Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 58-59Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 60-61Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 62-63Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 64-65Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 66-67Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 68-69Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 70-71Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 72-73Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 74-75Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 76-77Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 78-79Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 80-81Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 82-83Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 84-85Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 86-87Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 88-89Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 90-91Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 92-93Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 94-95Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 96-97Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 98-99Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 100-101Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 102-103Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 104-105Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 106-107Clefs numéro 61 Printemps 2013 Page 108