Classic Obs' Mag n°5 jan à avr 2020
Classic Obs' Mag n°5 jan à avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jan à avr 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : le diable s'habille en Prada.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Une creativite intacte Blue Öyster Cult a livré des albums qui ont marqué le monde du rock au sens large. Le quintet de Long Island a été précurseur dans bien des domaines, qui s’étendent du hard au rock progressif et psychédélique, pour finalement devenir l’un des piliers du classic rock. Et 2020 annonce le retour des Américains, avec également un concert unique en France, le 2 juin à Paris au Trianon. Premier volet d’une interview en deux temps, avant le nouvel album prévu à l’automne. [Entretien avec Donald ‘Buck Dharma’Roeser (chanteur, guitariste et producteur) par François Alaouret – Photo  : DR] Vous venez récemment de rééditer deux de vos plus grands albums, ainsi que deux Live. L’avezvous vu comme la meilleure façon de préparer votre retour ? Oui, la formation actuelle du groupe n’a jamais enregistré d’album. Et, comme nous venons de signer dans une nouvelle maison de disques, Frontiers Music, c’était une bonne occasion d’offrir de nouvelles versions remasterisées. Et nous étions très enthousiastes à l’idée de le faire. Vous avez proposé un second album live (40th Anniversary - Agents Of Fortune – Live 2016). Pourquoi avoir choisi cette prestation télévisée ? Ce concert un peu particulier que nous avons eu l’occasion d’enregistrer était simplement l’un de nos meilleurs. Il y a eu beaucoup d’enregistrements, y compris vidéo (la prestation a été captée pour la télévision – NDR), et nous avons porté notre choix sur celui-ci, car c’est vraiment celui que l’on préférait. Cet album live montre aussi une évolution dans votre son. C’était important pour vous d’apporter une nouvelle vision de Blue Öyster Cult ? C’est plus qu’une évolution, cela vient aussi de notre façon de jouer en concert, de modifier et de réinterpréter différemment ces classiques du groupe. Ces quatre sorties sont annonciatrices d’un tout nouvel album à paraître dans le courant de l’année. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ? Nous travaillons actuellement sur la composition et les arrangements de nouveaux morceaux, et l’album devrait normalement sortir en octobre prochain. Bien sûr, ce sont de toutes nouvelles chansons, jamais entendues auparavant. Elles reflètent vraiment ce 4 CLASSIC OBS’qu’est Blue Öyster Cult en 2020. Je ne peux pas en dire beaucoup plus (sourire)… Vous avez été parmi les pionniers à enregistrer une musique Rock psychédélique, progressive et avant-gardiste. Doit-on s’attendre à ce même genre d’innovations sur votre prochain album ? Oui, les fans vont retrouver ce qui fait l’essence-même du groupe. Notre style et notre feeling sont intacts. Les nouvelles compositions reprennent ces mêmes codes, avec des ambiances très variées. Ce sera vraiment un album inédit à différents points de vue. Comment voyez-vous le futur de Blue Öyster Cult ? Y a-til des aspects que vous voudriez encore explorer ? Nous nous efforçons de réinventer un style assez classique. Nous jouerons toujours du classic rock, mais nous ne nous refusons pas l’exploration de nouveaux sons et une nouvelle approche dans le jeu. Nous sommes un groupe qui expérimente beaucoup. Cela dit, je ne vois pas pourquoi nous changerions maintenant pour faire une musique plus populaire. Ça sonnera toujours comme du Blue Öyster Cult, avec des innovations et des intentions très personnelles et propres au groupe. Avec le recul, quel regard portez-vous sur la carrière du groupe, qui est d’une longévité exceptionnelle ? (Rires) Je ne sais pas vraiment quoi dire, la vie continue. Je reste toujours très étonné que le fait de faire de la musique soit mon métier et toute ma vie. Je n’aurais jamais pu imaginer ça. Je ne sais pas de quoi sera fait l’avenir, mais nous serons là. Notre projet à l’heure actuelle est juste de jouer..114 411110E1.10.11.8fS1111.6 01101TVM BLUE ÖYSTER CULT Heaven Forbid 40th Anniversary - Agents Of Fortune – Live 2016 Classic rock Frontiers Music Cette année marque donc le grand retour du légendaire Blue Öyster Cult. Et quoi de mieux que de replonger dans l’histoire du groupe avec de très bonnes rééditions remasterisées comme celle de Heaven Forbid (1998) ? Cet albums fait partie des incontournables du groupe, et cette nouvelle version apporte une belle fraîcheur ainsi qu’un son très pêchu. Avec toujours un temps d’avance, grâce à des ambiances psychédéliques, progressives et bien sûr hard rock et heavy metal, l’album montre l’intemporalité des morceaux des Américains. La scène restant le meilleur endroit où s’exprimer pour un groupe, Frontiers Music propose également deux enregistrements live. Le premier sorti, Hard Rock Cleveland 2014, a déjà été chroniqué dans le précédent numéro. Le second est plus particulier, car il contient l’intégralité de Agents Of Fortune (1976), enregistré devant une poignée de chanceux dans un studio de télévision en Californie. Blue Öyster Cult y fête les 40 ans de la sortie de l’album. En plus du disque, un DVD propose les images de la prestation, une interview du groupe et quelques bonus. Ces deux éditions représentent un beau témoignage de la carrière des Américains. [François Alaouret]
Deux mondes opposes On le sait tous maintenant, Frontiers s’est fait une spécialité des disques clé en main. Parfois, cela fonctionne et parfois non. Dans le cas du jour, nous sommes très heureux de nous trouver dans la première catégorie. Les compos de Magnus Karlsson sont efficaces et le duo d’un jour, Russell Allen (Symphony X) et Anette Olzon (ex Nightwish), s’imbrique à merveille. Il ne nous en fallait pas plus pour passer un petit coup de fil à la très sympathique Anette, qui a vu sa vie bien changée, depuis son limogeage du géant finlandais. [Entretien avec Anette Olzon (chant) par Julien Meurot, julien@metalobs.com] L’album sonne assez naturel, comme juste pensé pour vos 2 voix. Comment s’est fait le projet ? C’est Magnus qui a eu l’idée de nous faire « cohabiter ». Avec mon autre groupe, The Dark Element, nous sommes également chez Frontiers. Du coup, il connaissait ma voix et, quand il a eu besoin d’un second chanteur, le label nous a mis en contact. Le tour était joué. Nous avons discuté avec Magnus, j’ai écouté les titres et j’ai immédiatement été convaincue. Russellavait déjà bien avancé donc il était facile de se projeter. Comme souvent, chacun a enregistré ses parties chez lui. Tu as quand même pu apporter tes idées ? J’ai pu retravailler certaines harmonies, car, étant une femme, je ne pouvais pas faire la même chose qu’un homme (rire). Mais ce ne sont que des retouches minimes. Pour l’enregistrement, tout s’est effectivement fait à distance. Russel étant aux États-Unis, c’était forcément plus compliqué. Pour ma part, j’ai fait mes prises chez mon ami Niclas Olsson, d’Alyson Avenue (autre groupe d’Anette). Mais c’était assez intense, étant donné que j’enregistrais en même l’album de The Dark Element. J’ai quand même eu pas mal de pression, car Magnus a voulu que j’enchaîne. Mais, au final, je suis pleinement satisfaite. L’un des titres que je préfère est l’un de ceux où tu es seule, « I’ll Never Leave You Alone ». On sent bien que tu a pris plaisir à chanter ce titre... Là encore, Magnus a décidé de qui chantait quoi, mais j’avoue que je suis heureuse d’avoir eu ce titre que j’aime beaucoup (rire). Le refrain est vraiment chouette, tout fonctionne bien. J’imagine qu’il ne va pas y avoir de live. Ce n’est pas prévu effectivement. Nous ne nous sommes pas vus physiquement avec Russell. Nous avons échangé principalement par mail, donc l’heure n’est pas à jouer live et tourner. Je pense d’ailleurs qu’il doit déjà être sur un autre projet. Quels sont tes projets musicaux pour 2020 ? Je suis dans l’attente de dates pour The Dark Element et j’aimerais aussi m’atteler à un album solo. J’ai très envie de faire quelque chose de bien heavy à la Five Finger Death Punch. ALLEN ALZON Worlds Apart Heavy metal Frontiers Records Façonné de toute pièce par Magnus Karlsson — touche à tout et principal instigateur de ce genre de projet chez Frontiers – Worlds Apart n’est pourtant pas anecdotique pour un sou. On ne saura jamais si Anette Olzon (ex-Nightwish) était réellement prévue au départ, mais force est de constater que son association avec Russell Allen (Symphony X) fait mouche. Même si, étrangement, l’album s’ouvre sur un titre chanté par l’Américain en solo, l’arrivée de la Suédoise sur le morceau éponyme montre que le duo fonctionne et indique, dès lors, que l’on va passer un bon moment. C’est le cas tout au long de l’écoute. Bien composé (peut-être l’une des meilleures réalisations de Karlsson dans ce genre), bien produit (le son est bien rondouillard) et bien interprété, le compte y est. Mention spéciale à l’un des titres chantés seulement par Anette, « I’ll Never Leave You », qui la sort de sa zone de confort, laissant présager du bon pour son projet solo. Un album sympathique qui fonctionne bien ! [Julien Meurot] COPIE CONFORME CLAUDE ARPEL SARL PROMO FEVRIER -10% SUR NOS 4 PACKS 100 OU 200 CD ! Et recevez en d'us 300 cartes de visite en cadeau I Format 8.5k55mm, recta verso quadn. 100 CD  : Pochette plastique OU Spindle  : 100 € TTC 200 00  : 180-C TTC 100 CD  : Boitier standard et cellophane ; 207 € TTC 200 00  : 340 € TTC 100 CD  : Pochette carton et cellophane  : 170 € TTC 200 CD  : 266 € TTC PACK 4 fArr 100 00  : Digipack 4 pages et cellophane  : 225 € TTC 200 CD  : 400e TTC PROFITE/DE NOTRE PROMO FEVRIER SUR CES PRODUITS Demandez nous notre han de (morde spécial porno o ClourlerNoudempel fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :