Classic Obs' Mag n°5 jan à avr 2020
Classic Obs' Mag n°5 jan à avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jan à avr 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : le diable s'habille en Prada.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
LICENCE III 1062985 - LICENCE II 6 -13623 – RCS PARIS N 388 281 586 - CONCEPTION  : HUGOBOOK.COM - IMPRIMEUR  : RL COM ig IL r GÉRARD DROUOT PRODUCTIONS PRÉSENTE JOE SATRIANI THE SHAPESHIFTING TOUR 2020 WWW.SATRIANI.COM an 31 MAI STRASBOURG – LA LAITERIE 2 JUIN PARIS – OLYMPIA 4 JUIN NANTES – CITÉ DES CONGRÈS 5 JUIN SAINT-MALO – LA NOUVELLE VAGUE 6 JUIN CLERMONT-FERRAND – LA COOPÉRATIVE DE MAI 7 JUIN LYON – LE TRANSBORDEUR INFOS & RÉSERVATIONS SUR GDP.FR - 0 892 392 192 (0,40 € /MIN) & POINTS DE VENTE HABITUELS GUITNI MEM OBl'RADIO MEM, feliMe1i, GUITARE Itesetone re !ierze
LY NG C C Biodiversite Dans le monde du prog, Flying Colors fait vraiment office de super groupe puisqu’il réunit en son sein des membres de Spock’s Beard, Dixie Dregs, Deep Purple et le touche à tout Mike Portnoy. Plus que jamais ce troisième album se veut un reflet des personnalités de chacun et c’est avec un talent évident que tout cela est mis en musique. [Entretien avec Dave LaRue (Basse) par Julien Meurot, julien@metalobs.com] L’album s’est fait en 2 temps. En 2016 puis en 2018. Comment gère-t-on le planning et la façon de composer ? Se remettre dans le bain après tant de temps doit être particulier, non ? Effectivement, je ne pensais pas que cela allait prendre si longtemps, mais, comme tu le sais, nous avons tous des plannings extrêmement chargés. En 2016, nous avions écrit 6 titres et je pensais qu’au moment de reprendre, nous allions changer des tas de choses ici ou là, et finalement non. Comme quoi notre alchimie est vraiment parfaite. Nous sommes toujours d’accords 2 ans après, ce qui est bon signe. Nous avons donc composé 3 titres et l’affaire était dans le sac. Nous avons tout de suite retrouvé nos marques et le processus est vraiment très fluide. Nous n’arrivons jamais avec des titres finalisés. C’est un vrai effort de groupe et, comme nous nous entendons parfaitement, les choses peuvent aller très vite. Cet album est vraiment très varié. Il comporte probablement vos titres les plus « rentre dedans », ce qui est en opposition avec un titre comme « You Are not Alone », qui fait plus clairement penser à du Jeff Buckley… Chacun a apporté ses inspirations. Il est évident que lorsque le ton se durcit c’est plutôt sous l’impulsion de Mike, mais Casey (McPherson, chant & guitare) nous pousse aussi dans cette direction. Je le vois encore avec Steve(Morse, guitare), alors qu’il le poussait à jouer plus « heavy ». Comme je viens de le dire, c’est une vraie émulsion et chacun y va de sa touche personnelle. Pour autant, le titre que je mentionne a été écrit principalement par Casey, il est très versatile et sa jeunesse nous pousse à nous surpasser (ndr  : Casey n’était pas né que Dave sortait déjà des disques). Du coup, ce feeling Muse vient aussi de lui ? Absolument. Il adore Absolution (2003) et ne s’en cache pas (rire). « Crawl » en est le parfait exemple de cette passion pour Muse. Les accords utilisés sont effectivement inspirés de la musique classique, tout comme ce que fait Matt Bellamy dans Muse. Il y a ce feeling, mais le travail que j’ai effectué avec Stevea été très intéressant, car nous souhaitions vraiment nous distinguer l’un l’autre. Stevea ajouté pas mal d’effets, ce qui donne à mon sens un côté assez grandiloquent. C’est un super titre qui sera par contre bien plus « brut » en live (rire). Pour « Geronimo », vraiment le meilleur titre, ta basse y est top, très funky... Merci. Le crédit revient à Steveet Neil (Morse, claviers) qui ont créé ses accords un peu étranges, plutôt jazzy, qui ont été très inspirants. Je suis vraiment satisfait du rendu et de la manière dont tout a été mis bout à bout. Pour finir peux-tu nous éclairer sur la pochette ? Cela fait une sorte de Stonehenge qui représente nos 3 albums. Et, donc, tu y vois un gars qui met notre troisième album en place. C’est finalement assez simple, mais très efficace (rire). FLYING COLORS Third Degree Rock progressif Mascot Label Group Une fois encore la magie opère et c’est pour notre plus grand plaisir. On ne cessera de le répéter, un super groupe n’est pas toujours gage de qualité, mais force de constater que Flying Colors s’en sort avec brio. Son rock progressif surmonté d’un chant popisant est le lien parfait entre technicité et grand public. Il n’est donc pas étonnant de retrouver des références aux maîtres comme Muse, mais tout cela avec un savoir-faire hors pair. Chacun se voit attribué un rôle qu’il remplit à merveille. Même ce bon vieux Mike Portnoy sait se faire discret et efficace servant de rampe de lancement parfaite à tous ses compères. Les claviers sont fouillés, SteveMorse nous éblouit par ses envolées guitaristiques, la basse cavale et Casey McPherson fait un job remarquable derrière le micro. Au top !!! [Julien Meurot] 4. I t "GLOBAL HOU" SHOWS FRESH, DIVERSE PERSPECTIVE.00'1rre ODERN MES L r ON HIE LEM'ROUMIS TYPICAL IRISH MÉLODIES MEET HARD ELECTRIC OUITAF1S AND FUSE AN ÀNCIENT MUSIC CULTURE WITH THE MODERN WORLD AP RIL 24TH 2020 AND BASIC 1.,- 1.-f, APRIL 2020 4"esbe t04". d'A 1 te 46,4m, Also Available on Vinyl'- 51. e Al i te Nete te.\*_11 D\r ALBUM ry MID INSURREC ION, RÉBELLION, LOVE, PUNK ROCK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :