Classic Obs' Mag n°3 mai à sep 2019
Classic Obs' Mag n°3 mai à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de mai à sep 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : du rock comme on n'en fait plus...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
La langue du serpent David Coverdale n’a jamais sa langue dans sa poche. Un regard tourné avec lucidité vers le passé, un autre qui fixe le futur avec enthousiasme… La tête pensante de Whitesnake évoque pour Classic Obs’le nouvel album Flesh & Blood avant la tournée européenne qui fera escale au Hellfest le 21 juin. [Entretien avec David Coverdale (chant) par Philippe Saintes - Photo  : Tyler Bourns] Tu t’apprêtes à repartir pour une tournée mondiale avec Whitesnake. Les ennuis de santé sont derrière toi ? Oui, je suis d’attaque. J’ai souffert pendant dix ans d’une forme de dégénérescence articulaire au niveau des genoux. J’ai consulté de nombreux spécialistes dans le monde entier. Des injections de stéroïdes, des antidouleurs puissants et du gel m’ont permis de me produire sur scène jusqu’en 2016. Mais pendant les concerts en Amérique du Sud, les traitements n’ont plus suffi à soulager les douleurs. J’ai alors appelé mon épouse pour lui dire que je ne pouvais plus continuer comme ça, qu’une opération était inévitable si je ne voulais pas terminer en fauteuil roulant. Mon genou droit abîmé a été remplacé par une prothèse en titane au mois de janvier 2017, et le gauche a suivi en mai. Grâce au Dr. Brad Penenberg, un chirurgien remarquable, tout s’est bien déroulé. Une fois remis sur pied, mon ami Mick Jones de Foreigner m’a invité à participer à une tournée des salles aux USA pendant deux mois, l’été dernier. Ce fut pour moi l’occasion de tester mes nouveaux genoux sans pression. A présent, je suis fin prêt pour la nouvelle tournée ! Avec Flesh & Blood, vous allez droit au but. Tout est dit dans le titre (la chair et le sang)… Ce 13ème album de Whitesnake est une extension de tout ce que le groupe a pu faire par le passé, du hard rock au rhythm n’blues en passant par des ballades, des morceaux couillus et des titres accrocheurs comme « When I Think Of You (Color Me Blue) ». On retrouve aussi une inspiration plus sombre sur « Heart Of Stone » et des instants joyeux sur le single « Shut Up & Kiss Me ». Je suis resté fidèle à ma façon d’écrire. C’est un album organique, honnête et sans artifice. En 10 METAL OBS’termes de progression, je pense que ce line-up s’est encore amélioré. Tommy Aldridge (batterie) et Michael Devin (basse) ont joué de façon incroyable. Les amateurs de bonne rythmique vont apprécier. Tous les membres ont travaillé collectivement. Ce groupe est un véritable mur du son ! Beaucoup de grands guitaristes sont passés dans Whitesnake  : Micky Moody, Bernie Marsden, Mel Galley, John Sykes, Vivian Campbell, Adrian Vandenberg, SteveVai, Doug Aldrich, et maintenant Joel Hoekstra. Ce dernier a très vite trouvé sa place. C’est la première fois que je composais avec Reb Beach et Joel Hoekstra. Je suis convaincu que cette association a été fructueuse et consistante. Joel est un musicien vrai, naturel et très créatif. C’est un véritable plaisir de travailler avec lui. Nous avons écrit ensemble « Good To See You Again », la plage titulaire, qui me fait penser aux premiers enregistrements de Whitesnake, des Rolling Stones ou des Faces avec Rod Stewart, bref à la belle époque du blues rock. « After All » a été le premier morceau que nous avons travaillé à l’issue du Purple Tour, fin 2016. Joel a pris l’avion à New York pour me rejoindre à Reno et enregistrer la chanson avec la complicité d’un quatuor à cordes, mais nous n’avons pas eu le temps de la terminer pour l’inclure dans le boxset Unzipped. J’avais ce titre en tête depuis plusieurs années déjà. Je tenais à exprimer ma reconnaissance et ma gratitude à mon épouse, Cindy, qui m’accompagne depuis 29 ans maintenant. Dans le milieu du rock, c’est un record ! Elle est une source d’inspiration au quotidien pour moi. Ton épouse et ton fils font une apparition dans le clip de « Shut Up And Kiss Me », qui est un clin d’œil à la période MTV du groupe… Absolument. J’ai écrit le script avec Tyler Bourns, un jeune réalisateur et scénariste qui avait déjà travaillé sur les vidéos de The Purple Album. Nous nous sommes retrouvés dans mon bureau avec un véritable storyboard, comme pour un scénario de film ou de série télévisée. Whitesnake ne fait p as des vidéos au rabais. J’ai pu constater que plusieurs de mes collègues réalisaient des clips minimalistes parce qu’aujourd’hui le principal média de diffusion, c’est Internet. « Shut Up And Kiss Me » a été tourné comme un film. C’est le teaser parfait pour lancer l’album. Dans un premier temps, j’avais songé à louer un club dans le centre-ville de Reno, mais je me remettais seulement de mes opérations. J’éprouvais un certain mal être physique et ne souhaitais pas apparaître en public. Nous avons donc tourné ce clip chez moi, dans mon propre studio. C’est fou comme celui-ci donne l’illusion d’un club de rock. Nous avons fait appel à des amis de tous âges. J’ai aussi ressorti du garage la Jaguar XJ qui avait été utilisée dans le clip de « Here I Go Again », réalisé il y a plus de 30 ans. Grâce à Dieu, elle est toujours dans un état impeccable. On s’est énormément amusés durant le tournage avec cette voiture iconique et terriblement rock n’roll. Pourquoi ne font-il plus de modèles aussi sexy aujourd’hui ? Je possède une Lexus LC 500 custom, mais je préfère la vieille Anglaise, qui est la vraie vedette du clip. Peux-tu confirmer que « Gonna Be Alright » est un morceau écrit à l’origine pour Jimmy Page ? Oui, c’est vrai. L’enregistrement de ce morceau m’a rappelé le bon vieux temps. « Gonna Be Alright » est basé sur un riff que j’avais spécialement écrit pour Jimmy. Ce dernier a été une vraie source d’inspiration. Travailler avec lui a été l’un des temps forts de ma carrière. Dans l’éventualité d’une suite au projet Coverdale-Page, je souhaitais proposer à Jimmy « Gonna Be Alright », ainsi que des titres comme « Woman Trouble Blues » et « Take Me Back Again », finalement achevés avec Adrian Vandenbergh pour l’album Restless Heart (1997). Nous nous sommes mis d’accord, Jimmy et moi, pour remixer bientôt l’album Coverdale-Page. Cette nouvelle édition comportera 4 ou 5 titres inédits. Les fans ont été gâtés ces derniers temps avec l’édition spéciale 30ème anniversaire de l’album 1987, le coffret Unzipped en 2018, puis l’édition de luxe de Slide It In. Comptez-vous sortir d’autres coffrets de ce type prochainement ? Certainement. Le box set Slip Of The Tongue sera commercialisé à la fin de l’année à l’occasion du 30ème anniversaire de cet album. Nous allons faire des remixes avec plusieurs invités prestigieux. En 50 ans de carrière, j’en ai des anniversaires à célébrer (rires).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :