Classic Obs' Mag n°3 mai à sep 2019
Classic Obs' Mag n°3 mai à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de mai à sep 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : du rock comme on n'en fait plus...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Sort de sa chambRE Avec A Rock Supreme, 9ème offrande en 20 ans de carrière, les Canadiens de Danko Jones se montrent des plus solides. [Entretien avec Danko Jones (chant, guitare) par Julien Meurot - Photo  : DR] Avant de commencer, ne doit-on pas féliciter Rich, qui est maintenant en poste depuis 2013 (Rich Knox est le septième batteur du groupe) ? Oui, on peut le dire comme ça (rires). Tout se passe tellement bien que nous n’y avons pas vraiment fait attention. Il est techniquement supérieur à tous nos batteurs précédents, et en a une page personnalité 1 29/05/19 telle 15:01 qu’on peut Page1 facilement travailler avec 210x149_Mise lui. Certains titres présents sur A Rock Supreme sont joués en concert depuis septembre dernier. Est-ce important de tester les titres en live avant de les enregistrer ? C’est important, oui, car si le titre ne fonctionne pas en live, il ne fonctionnera pas sur album. Enfin, dans le rock n’roll (rires). Nous avons donc joué « We’re Crazy ». Au départ, on nous avait dit de publier directement le titre sur YouTube, comme beaucoup de groupes font pour créer le buzz. Mais nous n’étions pas vraiment emballés. Comme ça s’est bien passé en live avec le premier extrait, nous en avons ajouté deux autres qui ont eux aussi reçu un accueil dément. Après, sur les premiers jets, il y a quand même quelques couacs, mais ils ont été corrigés et nous sommes pleinement satisfaits du résultat. La pochette de l’album est-elle liée à des souvenirs de vos chambres d’ado ? Non, pas vraiment. C’est une chambre lambda d’un rockeur en herbe. Je la trouve très réussie, avec de nombreux détails, mais nous n’avons pas influencé son créateur, Ulf Lunden. Pourquoi avoir changé de producteur ? Nous sommes très satisfaits du travail d’Eric (NDLR  : Ratz, producteur de l’album précédent). Mais nous avons eu envie de changer. Il se disait que Garth Richardson voulait bosser avec nous, et quand on voit son CV on ne peut pas refuser (Il a travaillé avec RATM, entre autres). De plus, il a grandi à côté de chez moi. Tout s’est passé à merveille. Que doit-on attendre de la prochaine tournée ? Du rock ‘n’roll, mon ami ! DANKO JONES A Rock Supreme Rock ‘n roll AFM/Season Of Mist KENNY WAYNE SHEPHERD « The Traveler » LE NOUVEL ALBUM STUDIO DE L’UNE DES PLUS FINES GACHETTES DU BLUES MODERNE Chevaucher aux côtés de la guitare de Kenny Wayne Shepherd, est l’un des plus fabuleux road-trip du rock‘n’roll. L’album le plus abouti à ce jour d’un grand artiste ! DISPONIBLE EN CD, EN LP VINYLE ROUGE EDITION LIMITÉE ET EN DIGITAL UN FORMIDABLE LIVE POUR CÉLÉBRER LES 25 ANS DU GROUPE DE WARREN HAYNES Plus de 2h00 de musique live, filmée et enregistrée au Capitol Theatre à Port Chester, New York, l’une des scènes préférées du groupe de Warren Haynes. DISPONIBLE EN 2CD DIGIPAK, EN EDITION LIMITÉE DELUXE DIGIPAK 2CD+2DVD, EN BLU RAY, EN DEUX DOUBLE VINYLES ET EN DIGITAL À PARTIR DU 28 JUIN. A peine 2 ans après la sortie d’un Wild Cat de bonne facture, Danko Jones est de retour, plus solide que jamais. Pas de fioriture, pas de chichi, mais du riff, du riff et encore du riff. Ce nouvel opus nous fait taper du pied comme jamais. Danko - le chanteur - se fait même plaisir avec des gimmicks bien rock à la James Hetfield ou Joe Elliot, mais sans perdre sa personnalité. Il y a de quoi faire en matière d’accroche au niveau des refrains. Les paroles, qui pourraient prêter à sourire (« I’m In A Band ») , sont déclamées avec une telle passion qu’on se met à les chanter sans même savoir pourquoi. On n’en attendait pas moins de Danko et sa bande. [Julien Meurot] GOV’T MULE « Bring on the Music – Live at the Capitol Theatre »
A tombeau ouvert Nous pourrions sans relâche faire la même introduction, car la pérennité de Diamond Head est intiment liée au fait que Metallica a repris certains de ses titres. Pour autant, le combo britannique continue de nous abreuver de riffs tonitruants, la preuve avec un huitième album très recommandable  : The Coffin Train. [Entretien avec Brian Tatler (chant, guitare) par Julien Meurot - Photo  : DR] La légende veut que, pour votre premier album, vous ayez composé plus de 100 titres pour, au final, ne garder que « It’s Electric ». Est-ce vrai ? Peut-être pas 100 titres (rires), mais il devait bien y avoir 100 ébauches, structures et idées bien avancées. La situation était différente, nous étions jeunes et n’avions aucune deadline à respecter. Une situation qui peut durer encore et encore si tu ne te décides pas à entrer en studio et coucher sur bandes ce que tu as composé. J’imagine que, 40 ans après, tu es bien plus critique sur ton travail et la qualité de ta musique. Et comment ! Nous avons enregistré ce que nous avons composé pour le disque, sans fioriture. Nous devions avoir 12 titres au maximum et nous en avons gardé 10. L’âge aidant, je ne tourne plus autour du pot pour faire qu’un riff marche. S’il ne marche pas, c’est que c’est un riff merdique (rires)  : il vaut mieux en trouver un autre qui sonne mieux. Et tu as réussi ton coup  : il n’y a rien à jeter sur ce disque, il fait le lien entre le classicisme qu’on attend d’un groupe comme Diamond Head et la modernité nécessaire pour être dans l’air du temps. C’est un super compliment, merci (NDLR  : il sort un carnet), je me le note. Je suis toujours très critique vis-à-vis de mon travail et je ne cherche pas à flatter qui que ce soit. J’essaie juste de faire en sorte que ma musique soit la meilleure possible. Le travail de Rasmus Bom Andersen sur ce disque est incroyable, tant vocalement qu’au niveau de la production. Je lui dirai. Ras a pris énormément d’assurance depuis son intégration. Il a compris ce qu’était Diamond Head, et même s’il est bien plus jeune que moi (NDLR  : Rasmus est né en 1984, et Brian en 1960), nous parlons le même langage. Lorsqu’il est venu avec son titre et ses paroles, tout a collé à la perfection. Justement, sais-tu d’où lui est venu ce titre ? D’un rêve étrange qu’il a eu. La pochette en est l’illustration parfaite, et il faut regarder les détails pour tout bien comprendre. Vous allez faire les festivals d’été et une tournée avec Saxon, mais à quand un retour chez nous en salle et en tête d’affiche ? Nous sommes en pleine discussion, mais cela devrait se faire l’année prochaine. Nous en avons très envie en tout cas. 8 METAL OBS’DIAMOND HEAD The Coffin Train NWOBHM Silver Lining Music Après un album éponyme marquant l’arrivée du talentueux Rasmus Bom Andersen derrière le micro, il était temps pour nos vétérans du heavy metal de faire à nouveau parler la poudre. Et c’est de la plus belle des manières qu’ils le font. Dès les premières minutes, le ton est donné et on se prend de plein fouet ses cavalcades caractéristiques. Simple et efficace  : il n’y a rien à redire, sur le fond comme sur la forme. Car c’est avec un son des plus musclés que le quintette nous envoie ses cartouches. « Shades Of Black » montre tout le savoir-faire de Tatler en matière d’ambiances, avec un pont magnifique et des riffs taillés à la serpe. L’autre vainqueur n’est autre que son danois de chanteur qui a parfaitement digéré le passé du groupe pour nous en offrir une version moderne et inspirée. Un album qui se doit de figurer dans le top de l’année. A coup sûr, un futur classique du genre. [Julien Meurot] NOUVEL ALBUM SORTIE LE 05.04.19 « Un album ambitieux pour un groupe qui ne l’est pas moins » Plugged



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :