Classic Obs' Mag n°2 jan à avr 2019
Classic Obs' Mag n°2 jan à avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jan à avr 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : H.I.M. Media

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : John Garcia, le prince du désert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Porte ouverte sur le passe En septembre dernier, le combo légendaire de Stockholm annonçait vouloir revenir à ses origines. L’occasion de revoir le chanteur Johan Längqvist après 32 ans d’absence. Certains auraient bien aimé que son successeur emblématique Messiah Marcolin revienne (un hashtag #teamessiah a même été lancé par l’un de nos confrères), mais ce ne sera pas le cas. Ainsi en a décidé le bassiste Leif Edling. [Entretien avec Leif Edling (basse) par Julien Meurot - Photo  : DR] Leif, comment te sens-tu ? Je ne suis pas encore à 100% de mes capacités, je me bats toujours contre ce satané syndrome de fatigue aigüe. J’en ai parlé avec mes médecins  : ils m’ont donné le feu vert pour rejouer l’année prochaine sur scène. Je vais donc tout faire pour être le plus en forme, en me ménageant, pour pouvoir assurer. Tu seras donc de la partie pour la tournée en première partie de Ghost ? Absolument. Je suis un grand fan de Ghost et je suis très excité à l’idée de partir en tournée avec eux. C’est sûrement la meilleure façon de promouvoir notre nouvel album en prenant du plaisir. Le titre « House Of Doom » est déjà sorti en format EP. Pourquoi l’avoir intégré à l’album ? Je vois cet EP comme ce que faisaient des groupes comme Dio ou Mötorhead dans les années 80  : le titre de l’EP ou du single se retrouvait systématiquement sur l’album. En plus, c’est vraiment une très bonne chanson (rires). Vous présentez l’album avec son dernier titre, ce qui est assez atypique. Et pourquoi pas ? Le label et nous-mêmes avons choisi ce titre comme extrait de The Door To Doom. C’est l’un de mes préférés sur le disque avec un super refrain. Le solo de Lars (NDLR  : Johansson, guitare) est magnifique et j’adore son outro. Tony Iommi, the iron man, fait un solo sur « Astorolus - The Great Octopus » … C’est vraiment génial qu’il ait accepté de le faire. Nous ne sommes qu’un petit groupe au regard de son immense carrière. Je pense qu’il a aimé le titre quand son manager le lui a présenté, et qu’il a simplement répondu oui. Nous ne le saurons peut-être jamais, mais je peux te dire que le groupe est au septième ciel. Cet album est une vraie machine à remonter le temps. J’imagine que les titres ont été pour la plupart écrits après le retour de Johan Längqvist. Son retour après 32 ans a été un vrai catalyseur, une bouffée d’ondes positives. Mats (NDLR  : Levén, chanteur de Candlemass de 2012 à 2018) a fait du super travail, mais Johan a vraiment fait du bien au groupe. Tout ou presque a été composé et enregistré après son retour. Vu qu’Avatarium - projet conçu pour Michael Akerfeldt (Opeth) - ne s’est pas fait, penses-tu qu’un jour vous arriverez à travailler ensemble ? Absolument. Il n’avait pas le temps de faire partie de la première version d’Avatarium, mais je suis sûr que nous arrivons à faire un album ensemble dans le futur. CANDLEMASS The Door To Doom Doom Napalm/Season Of Mist Il avait dit qu’on ne l’y reprendrait plus, et pourtant la passion pour la musique a été la plus forte. Avec l’aval des médecins, Leif Edling, qui se bat depuis des années contre un syndrome de fatigue aigüe, est de retour aux affaires. Et il a encore de beaux restes. Au programme  : 8 titres, et un riffing qui se reconnait dès les premières notes du disque. Les refrains sont catchy, les riffs plombés, le son écrasant. Johan Längqvist, pour son grand retour derrière le micro, fait preuve de conviction. Cerise sur le gâteau  : maître Tony Iommi éclabousse « Astorolus - The Great Octopus » de son feeling. A déguster sur scène à Lyon le 3 février prochain en première partie de Ghost. [Julien Meurot] RUPHUS New Born Day Heavy prog’référentiel Karisma Conçu dans la région de Trondheim pendant l’été 1973, New Born Day est considéré à juste titre comme l’un des meilleurs albums norvégiens de tous les temps. Ruphus, créé en 1970, a autant excellé dans le rock progressif que dans le jazz rock, avant de splitter en 1981 dans l’indifférence générale, asphyxié par les sempiternels changements de line-up et sous les torrents de diarrhée déversés par le Top 50 en ce début de « décennie du fric ». En 1973, le producteur Stein Robert Ludvigsen enregistre le groupe… en groupe, et gratifie les sept chansons variées, imprévisibles et avenantes d’un son qu’on peut qualifier encore de frais selon le standard actuel. Dès le hard rock « Coloured Dreams » en ouverture, l’accroche est fantastique, et l’enthousiasme communicatif. Des sept membres - dont les deux permanents Kjell Larsen (guitare) et Asle Nilsen (basse, flûte) - c’est la chanteuse Gudny Aspaas qui emporte tout, comme si elle voulait rivaliser avec Annisette Koppel de Savage Rose (« Trapped In A Game »). Mais c’est le duo qu’elle forme avec Rune Sundby, son partenaire au micro, qui fait que Ruphus concourt dans sa propre catégorie. Et les images rarissimes du groupe de passage au Ragnarok’74 avant Popol Vuh (YouTube) attestent que cette interaction magique n’est pas qu’un artéfact de studio. Pour « Still Alive », on parlera plus de convergence des sons de l’époque - Acqua Fragile (Italie), Gentle Giant (Angleterre), Magma (France) - que de franches influences. De celles qui planent sur les cinq autres albums  : Yes pour Ranshart (1974), et le meilleur de l’école jazz rock pour Let Your Light Shine (1976) et ses suivants. Une fois n’est pas coutume, nous adopterons la posture ô combien seventies de journaliste gonzo en proclamant qu’aucun groupe récent de rétro rock n’a approché un tel niveau de qualité. De près ou de loin. [Jean-Christophe Baugé] METAL OBS’15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :