Cité Musiques n°71 jan à jun 2013
Cité Musiques n°71 jan à jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de jan à jun 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Cité de la Musique

  • Format : (229 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : musique et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
PHILHARMONIE DE PARIS « Il est temps de poser des repères » 5
Le toit de la Philharmonie, telle une colline, sera accessible à la promenade. PHILHARMONIE DE PARIS - ATELIERS JEAN NOUVEL Le responsable de la Cité de la musique et de la Salle Pleyel, Laurent Bayle, également président du conseil d’administration de la Philharmonie de Paris, présente les grandes lignes de ce projet qui sera inauguré en septembre 2014 avec, en concert d’ouverture, l’Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi. CITÉ MUSIQUES I Comment résumeriez-vous le projet de la Philharmonie de Paris ? LAURENT BAYLE I La Philharmonie de Paris sera à la fois une architecture marquante et un équipement répondant à des priorités musicales que Pierre Boulez rappelait déjà au début des années quatre-vingt : créer un outil moderne, performant, au service des orchestres, au premier rang desquels l’Orchestre de Paris qui sera le résident ; apporter une réponse forte au réel besoin de repenser les enjeux de transmission et d’éducation musicale, afin notamment de rendre l’univers symphonique familier à de nouveaux publics ; mieux inscrire la France dans une dynamique internationale stimulée par la construction de nombreux équipements de ce type dans des grandes villes étrangères ; établir également un lien concret avec des régions françaises, à travers l’accueil de leurs orchestres et le partage de projets pédagogiques. Que deviendra la Salle Pleyel une fois la Philharmonie ouverte ? Une réorganisation s’imposait : l’offre globale de concerts dits de prestige, actuellement concentrée sur deux lieux – Pleyel et le Théâtre des Champs- Élysées – situés dans le même arrondissement de Paris, devait être repensée ; il était par ailleurs inenvisageable que nous attisions notre propre concurrence et dérégulions le « marché » en nous contentant de le développer de manière anarchique. La Salle Pleyel est la propriété de la Cité de la musique qui la gère à travers une filiale réunissant l’État et la Ville de Paris. Son mode de programmation actuel prendra fi n à l’ouverture de la Philharmonie en septembre 2014 et la Cité de la musique confiera alors sa gestion à un délégataire qui produira des concerts relevant du champ des musiques populaires de haute qualité, incluant jazz, variétés, musiques du monde, voire comédies musicales. Fallait-il dès lors construire une salle de concert de plus… La Philharmonie ne sera pas une salle de concert de plus. Les lieux de concert existant à Paris n’ont pas le volume requis pour le grand orchestre et sont de ce fait limités sur le plan acoustique ; par ailleurs, les orchestres ne peuvent pas y préparer leurs concerts dans des conditions professionnelles puisqu’aucune salle de répétition n’est à leur disposition ; de même, aucun accompagnement pédagogique n’est possible, faute d’espace adapté aux activités d’ateliers pour les jeunes, de conférences ou même d’écoute d’archives. Le modèle en place aujourd’hui limite de fait l’ouverture des salles aux seuls horaires du concert alors que la Philharmonie placera ce moment magique du concert au cœur d’un dispositif ouvert, favorisant en journée toutes les formes d’appropriation éducatives ou ludiques : expositions, ateliers pour les enfants et les adultes, cours, conférences, fi lms musicaux, jusqu’à la cafétéria et au restaurant panoramique où se croiseront artistes et publics. Comment s’est opéré le choix de l’Orchestre de Paris comme résident de la Philharmonie ? Comme une évidence inscrite dans les attendus même du projet. L’Orchestre de Paris est aujourd’hui chez lui à la Salle Pleyel qui nous sert de laboratoire pour préfigurer certains éléments de programmation. La nécessité de lui offrir des conditions de travail optimales est posée depuis longtemps ; elle a même nourri le mouvement qui LES GRANDES ÉTAPES DU PROJET DE LA PHILHARMONIE DE PARIS Mars 2006 Annonce officielle du projet par le ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, et le maire de Paris, Bertrand Delanoë. Décembre 2006 Lancement de la consultation internationale pour désigner l’architecte, maître d’œuvre du projet. Quatre-vingt-dix-huit équipes se portent candidates. Avril 2007 Choix du projet de Jean Nouvel parmi les six projets sélectionnés. 2008 Études de conception du bâtiment. Délivrance du permis de construire. 2009 Lancement des travaux préliminaires et consultation des entreprises. 2010 Suite à la réception des offres, phase de négociations, de mise au point et de signature du contrat avec l’entreprise Bouygues. 2011 et 2012 Réalisation des travaux de gros œuvre du bâtiment. 2013 Livraison du pôle pédagogique, des espaces administratifs puis des espaces de répétition. Réalisation des travaux de génie technique et de second œuvre de la salle de concert. Mai 2014 Tests et réception de l’ouvrage. Septembre 2014 Ouverture de l’équipement au public. 6





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :