Cité Musiques n°71 jan à jun 2013
Cité Musiques n°71 jan à jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de jan à jun 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Cité de la Musique

  • Format : (229 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : musique et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52  |  Aller à la page   OK
52
IBRAHIM MAALOUF QUINTET MICHAEL C MAIER DENIS ROUVRE JANE BIRKIN I En se rendant à Tokyo pour un concert de soutien aux victimes de l’accident nucléaire de Fukushima, Jane Birkin, connue pour son activisme humanitaire, fait la rencontre des musiciens japonais avec lesquels elle revisite aujourd’hui l’œuvre de Serge Gainsbourg. Des grands malheurs donnent ainsi parfois naissance à de petits bonheurs inattendus et, dans la longue carrière de celle qui reste la muse emblématique de Gainsbourg, ce projet s’inscrit comme l’un des plus originaux et des plus réussis, en témoigne le succès d’une tournée internationale entamée en 2011. Treize ans après Arabesque, son « Gainsbourg orientalisé », né d’une précédente rencontre aussi fertile avec le violoniste algérien Djamel Benyelles et son groupe Djam & Fam, c’est vers l’Extrême-Orient que Jane a donc trouvé une autre façon de revitaliser ces chansons à l’élasticité décidément infinie. Lundi 11 mars, 20h. I La respiration d’Ibrahim Maalouf, lyrique et raffinée, est née sur un terreau sans aucune ornière. Le trompettiste franco-libanais, enfant de toutes les musiques, qu’elles viennent de Miles Davis ou de Led Zeppelin, et complice de tous les univers (Arthur H, Sting, Amadou & Mariam, -M-, Salif Keita, Disiz La Peste…), s’attache cette fois à tremper son chant soufflé dans les eaux d’un jazz – son premier amour – façonné par un véritable all-stars de jazzmen franco-américains. Un puissant quintet offrant les effluves d’un autre souffleur majeur, le saxophoniste ténor Mark Turner. Surtout, une nouvelle preuve de cette ouverture que Maalouf, insatiable partageur, place toujours en exergue de chacune de ses aventures et réussit à transmettre à ses partenaires. Samedi 27 avril, 20h. Avishai Cohen ROCH ARMANDO I Un trio et un quatuor à cordes. C’est avec cette configuration qu’Avishai Cohen enlacera rythmes jazz et mélodies pop pour un patchwork comme il les affectionne. Les mélanges les plus osés, le contrebassiste de Jérusalem – découvert par le pianiste Chick Corea au début des années quatre-vingt-dix – en fait son cheval de bataille. Car même si l’idiome jazz demeure l’essence de son art, l’éclectisme et l’ouverture d’esprit habitent chacun de ses projets. Un jazz pluriel, empêcheur de tourner en rond, qui a ainsi entraîné ce digne héritier de Jaco Pastorius à travailler avec Alicia Keys, Herbie Hancock, Brad Mehldau, Bobby McFerrin, Nnenna Freelon et bien d’autres. Dimanche 5 mai, 20h. 51





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :