Cité Musiques n°71 jan à jun 2013
Cité Musiques n°71 jan à jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de jan à jun 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Cité de la Musique

  • Format : (229 x 300) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : musique et cinéma.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Dès les premiers jours de leur installation dans la capitale française, les autorités allemandes encouragent la reprise des activités artistiques alors que, dans le même temps, les Français n’ayant pas fui Paris veulent empêcher l’accaparement des institutions artistiques. À l’échelle de l’histoire de la musique, les quatre années de l’occupation de la France par l’Allemagne nazie peuvent sembler trop brèves pour avoir influencé notoirement la vie musicale française. Elles sont pourtant une étape importante entre les deux parties du siècle, dans la mesure où elles voient s’affirmer une modernité de plus en plus radicale et un art musical de plus en plus administré. Dès les premiers jours de leur installation dans la capitale française, les autorités allemandes encouragent la reprise des activités artistiques alors que, dans le même temps, les Français n’ayant pas fui Paris veulent empêcher l’accaparement des institutions artistiques. C’est ainsi que quelques professeurs réussissent à rouvrir le Conservatoire le 24 juin 1940 et à y organiser le premier concert dans Paris occupé le 18 juillet. Le 22 août, c’est au tour de l’Opéra-Comique d’accueillir ses premiers spectateurs, auxquels on propose Carmen, puis, deux jours plus tard, du Palais Garnier qui présente La Damnation de Faust. Le mois suivant, c’est presque « normalement » que débute la saison 1940-1941, bien que les concerts Colonne soient rebaptisés concerts Pierné en raison des origines juives de leur fondateur. Malgré les difficultés croissantes, les quatre saisons musicales de l’Occupation se caractérisent par une activité intense et quelques temps forts parmi lesquels on peut citer la reprise de Pelléas et Mélisande à l’Opéra-Comique et son enregistrement discographique sous la direction de Roger Désormière, les concerts symphoniques organisés au Palais de Chaillot ou encore les concerts de la Pléiade qui offrent à Messiaen les moyens de faire connaître sa musique. C’est en de tout autres circonstances que Messiaen donne à entendre l’œuvre la plus emblématique de la période, son Quatuor pour la fin du Temps, le 15 janvier 1941, au Stalag VIII A où il est retenu prisonnier pour encore quelques semaines. Comme lui, d’autres compositeurs et musiciens sont empêchés, pour des périodes plus ou moins longues, de participer à la vie musicale parisienne en raison de leur internement, tandis que d’autres profitent, malgré eux, de leur absence. C’est là une des conséquences importantes de la guerre : le renouvellement du personnel musical. Au côté des prisonniers de guerre, viennent s’ajouter les morts au champ d’honneur (dont les musiciens les plus connus sont Jehan Alain et Maurice Jaubert), mais aussi les musiciens étrangers qui, à l’exception de quelques Allemands, désertent la France, ou les musiciens d’origine juive contraints de se cacher ou de s’exiler quand ils ne sont pas internés et déportés. Ayant eu la clairvoyance et la possibilité de partir aux États-Unis dès le mois de juin 1940, Darius Milhaud, honnis des nazis, est le compositeur français dont l’absence est la plus remarquée. Ces exclusions, dans le contexte d’une activité artistique intense et d’une volonté de promouvoir l’art national, profitent à d’autres musiciens. Débarrassés de toute concurrence étrangère, les compositeurs français disponibles bénéficient de cet environnement. Même si aucune « esthétique officielle » n’est imposée, la période est caractérisée par un néoclassicisme dont les formes sont variées : affirmation de l’harmonie tonale, recours aux mélodies populaires et, d’une manière générale, nostalgie de la période antérieure à la Révolution française. Mais si le syndrome néoclassique touche des compositeurs aussi modernistes avant guerre qu’André Jolivet, il ne caractérise pas à lui seul l’esthétique de la musique de guerre. La réalité est bien plus diverse et la tendance générale n’interdit pas Messiaen d’écrire une œuvre aussi radicale que les Visions de l’Amen, ou encore Nicolas Obouhov de promouvoir son système de notation remplaçant les dièses et les bémols par un signe unique. Arthur Honegger, dont on célèbre avec beaucoup d’égard le cinquantième anniversaire en 1942, peut faire figure de compositeur consensuel. Sa Symphonie n°2 pour cordes est l’œuvre la plus représentative de la période. En revanche, son attitude sous l’Occupation fera moins l’unanimité après guerre puisqu’il se verra reprocher sa participation à un voyage à Vienne, à l’occasion du cent cinquantième anniversaire de la mort de Mozart. La délégation française compte une vingtaine de représentants parmi lesquels des compositeurs tels que Marcel Delannoy et Florent Schmitt. D’autres musiciens français choisissent une voie alternative, à l’image de Roger Désormière, Elsa Barraine et Louis Durey, et fondent un mouvement de résistance musicale. Pour autant, les engagements opposés n’empêchent pas les collaborations. Certains d’entre eux, encouragés par un État français plus que jamais interventionniste, veulent profiter de l’occasion pour redéfinir le paysage institutionnel de la musique française. C’est l’ère des comités d’organisation dont les dirigeants sont nommés par l’État. Le pianiste Alfred Cortot est l’un des plus attachés à la réforme de la vie musicale. Pour y parvenir, il s’appuie sur le modèle de la Chambre de la musique du Reich instituée par les nazis dès leur arrivée au pouvoir en Allemagne. La musique doit être administrée et les musiciens scrupuleusement répertoriés. Mais l’État français ne s’en tient pas à l’organisation. Il finance notamment les orchestres symphoniques, mais aussi des structures nouvelles telles que les Jeunesses musicales de France. Comme le montre cette organisation toujours en activité, l’Occupation n’est pas sans conséquence sur la vie musicale en France qui, une fois la paix revenue, ne retrouve pas sa physionomie de l’avant-guerre. Ses institutions, son personnel et son esthétique entrent dans une nouvelle ère dont certaines caractéristiques trouvent leur origine dans cette période singulière. Yannick Simon La musique pendant l’Occupation. 5 concerts du dimanche 12 au samedi 18 mai. Colloque les lundi 13 et mardi 14 mai. Voir calendrier. 37
MUSIQUE ET SPATIALISATION Éclats Hervé Niquet et Jean Tubéry rendent hommage aux trésors baroques de Florence et de Venise dans deux programmes qui déclinent toutes les potentialités de la spatialisation sonore. de voix 38





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :