Cinéplex n°15-07 septembre 2016
Cinéplex n°15-07 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15-07 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Cineplex Divertissement

  • Format : (203 x 267) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 16,1 Mo

  • Dans ce numéro : Gaspard Ulliel dans l'univers de Xavier Dolan.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Au fil du temps L’amour de Jackson pour les contes populaires et pour la prise de parole remonte à son enfance, chez ses grands-parents, à Chattanooga au Tennessee. «J’ai grandi dans une maison où, pour les premiers huit ou neuf ans de ma vie, il n’y avait pas de téléviseur», se souvient l’acteur. «Nous avions la radio, alors j’écoutais Sergeant Preston of the Yukon et The Shadow avec mon grand-père. Je pouvais entendre comment on raconte une histoire. Mon grand-père aussi était un conteur. Sur le perron, il m’inventait des histoires. Ensuite, il me demandait de lui en inventer. Pour moi, tout part des mots. Tu modules, tu changes le rythme et tu ajoutes des couleurs avec ta voix. Tu peins une image. C’est ce que je fais depuis que j’ai commencé le théâtre.» Et il le fait visiblement bien! L’ancienne doublure du Cosby Show est aujourd’hui l’une des stars les plus lucratives du box-office. Un succès qu’il doit notamment à Spike Lee, le premier à lui confier des rôles d’envergure. Résultat: en 1991, le Festival de Cannes a ressuscité spécialement pour lui le Prix de l’acteur de soutien, pour souligner sa performance remarquable dans Jungle Fever. Trois ans plus tard, ce même festival accordait à Fiction pulpeuse sa célèbre Palme d’or. Depuis, l’agenda de Samuel L. Jackson ne dérougit plus. Au pays de l’oncle Sam Vedette de trois à cinq – et parfois six ou sept – films par année, ce bourreau de travail n’a pas eu le choix d’ajouter à ses contrats une clause bien spéciale, qui lui assure du temps libre pour s’adonner à son passe-temps préféré: le golf. 24 | LE MAGAZINE CINEPLEX | SEPTEMBRE 2016 «C’est la seule et unique chose qui me permet de m’évader de tout ce qui m’entoure, confie-t-il. Spécialement ces jours-ci, car j’ai repris la mauvaise habitude de lire les journaux. J’ai besoin de retourner sur le parcours de golf pour arrêter de penser à ce qui se passe dans le monde parce que ça m’affecte plus qu’avant.» Samuel L. Jackson fait entre autres référence à la vague de pessimisme qui frappe les États-Unis en ce moment. À l’approche de l’élection présidentielle de novembre, le cirque politique, la tension raciale et l’écart de richesse sont à leur comble. «Une infime fraction de la population possède tout l’argent», se désole l’artiste multimillionnaire. «J’ai eu de la chance. J’en ai gagné assez pour ne pas être très affecté par ce qui se passe présentement. Mais une certaine tranche de la société refuse toujours que les autres aient les mêmes bénéfices qu’eux. Dans leur esprit, ils se disent: “Les choses ne fonctionnent pas parce que nous n’avons pas notre pied sur leur gorge comme avant!”» L’ex-militant préfère, quant à lui, garder ses pieds sur le vert. Ou devant une caméra, à raconter des histoires avec toute l’authenticité dont il est capable. Il nous permet, à nous aussi, l’espace d’un moment, d’échapper au flot de mauvaises nouvelles. «Quand on approche le travail honnêtement, les gens apprécient ce qu’on fait. Ils aiment notre sincérité et tout l’effort qu’on met pour leur offrir quelque chose de vrai.» Comme l’étonnante œuvre Miss Peregrine et les enfants particuliers, par exemple. Traduction: Martin Grenier AU-DELÀ DU RÉEL La saisissante histoire de Miss Peregrine et les enfants particuliers a été inspirée par les photos de garçons et de filles ayant vraiment existé. Trouvées dans les marchés aux puces par l’auteur Ransom Riggs, ces images d’archives se retrouvent d’ailleurs dans son livre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :