Chroniques n°77 sep à déc 2016
Chroniques n°77 sep à déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°77 de sep à déc 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Colette Sirat, 60 ans de recherche à Richelieu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
SOMMAIRE 4 6 7 8 12 14 15 16 17 18 20 21 22 23 24 25 26 27 28 30 31 32 EXPOSITIONS Bakst Yantchevsky URDLA Avedon Pascal Les affiches du OFF Bourse du Talent VIE DE LA BnF Jean Echenoz Laurence Engel Richelieu AUDITORIUMS Cycle « Archéologie » Street art Romain Rolland Hackathon COLLECTIONS Anna Birgit Claude Maillard Atelier de création graphique Violette Leduc ACTUS DU NUMÉRIQUE L’histoire du cirque Gallica LIVRE BnF Apollinaire AGENDA ÉDITORIAL Bienvenue à Richelieu ! Laurence Engel Présidente de la Bibliothèque nationale de France L’automne 2016 marque l’achèvement de la première phase des travaux de rénovation du site Richelieu. En décembre prochain, une première moitié du bâtiment rouvrira ses portes  : la salle de lecture des Manuscrits et la salle Labrouste ont été superbement restaurées ; le département des Arts du spectacle inaugure une salle de lecture totalement modernisée et un nouvel espace muséal qui présente une quarantaine de pièces choisies au sein de ses collections. S’engage maintenant une seconde phase de travaux, qui permettra de faire aboutir en 2020 ce grand projet culturel. Mais c’est dès la fin de cette année que les chercheurs et tous nos publics pourront découvrir le nouveau visage du site historique de la BnF  : je ne doute pas que ce moment fera date, tant les lieux et les propositions culturelles marqueront par leur richesse et leur beauté. C’est aussi une nouvelle aventure scientifique qui commence pour cet ensemble de trois bibliothèques, celle des collections spécialisées de la BnF, celle de l’Institut national d’histoire de l’art et celle de l’École nationale des chartes. De la synergie entre nos institutions va naître un pôle unique au monde pour l’histoire de l’art et du patrimoine  : c’est là notre ambition et notre engagement. La riche programmation culturelle de la BnF reprend par ailleurs son cours en cette rentrée. Parmi les propositions, les deux grandes expositions du site François-Mitterrand  : Pascal, le cœur et la raison et La France d’Avedon.Vieux monde, New Look. D’un côté, l’occasion exceptionnelle de voir le manuscrit autographe des Pensées, l’un des plus précieux trésors de la Bibliothèque, et l’invitation à découvrir ou à redécouvrir, à notre époque déchirée de tant de violence et d’inhumanité, une philosophie qui se nourrit de la foi en l’être humain. De l’autre côté, la rencontre avec une part méconnue du travail du grand photographe américain, prolifique et pluriel, rencontre aussi avec une vision de la France qui viendra éclairer notre quotidien. Et partout à la BnF, la possibilité de venir chercher les plaisirs spirituels et les savoirs dont nous avons tous besoin ! En couverture Richard Avedon photographié par J.-H. Lartigue, New York, novembre 1966 Un nouveau caractère à chaque numéro de Chroniques La BnF soutient et valorise la création typographique française en invitant dans ses colonnes un caractère de titrage original, nova t eur, émergent, témoin de la vigueur actuelle de la discipline. Dans ce numéro  : Le Trianon (Production Type), restauration du style tardif des Didot, sommet du néo-classicisme français et, depuis lors, indétrônable incarnation du chic. Ici utilisé dans sa version Grande (dessiné pour les titres donc), le Trianon accompagne à merveille les icônes immortalisées par Avedon. Le créateur Loïc Sander vit et travaille à Londres. Graphiste et typographe, il porte un intérêt particulier au design éditorial. Il est attaché à l’artisanat et à la fabrication d’outils, et travaille à la manière d’un tailleur de pierre et d’un programmateur.
ACTUS Vie de la BnF Le prix Niépce Gens d’images décerné à Laurence Leblanc L’idée du commun, Afrique du Sud, 2015 Catalogue Nouvelle version du catalogue BnF Archives et manuscrits Le catalogue BnF Archives et manuscrits – BAM pour les intimes – a 10 ans. Il a renouvelé à la fois sa garde-robe et son moteur. On retrouve sur sa nouvelle interface des fonctionnalités déjà existantes (recherche simple ou sur des critères prédéterminés, déroulé de la liste de tous les inventaires produits par un département), mais aussi de nouvelles, comme la possibilité d’affiner une requête à partir des résultats obtenus. Ces fonctionnalités s’enrichiront progressivement au fil des mois. Journées du Patrimoine « Patrimoine et citoyenneté » Regards sur le patrimoine universel, européen ou régional  : dimanche 18 sept embre, le site François-Mitterrand propose de nombreux événements. Ateliers et visites de l’exposition Globes en 3D, mais aussi un concert de musique traditionnelle, organisé dans le cadre du projet Europeana Sounds  : « Berry, Limousin, Vendée (1913-2016)  : voix du passé, voix d’aujourd’hui », (Petit auditorium, de 17 h à 18 h 30). La BnF accueille par ailleurs le concours d’art sonore et radiophonique « Phonurgia Nova ». À noter  : à cette période, le site Richelieu et la bibliothèque de l’Arsenal seront fermés pour travaux et ne pourront, par conséquent, accueillir le public des Journées du Patrimoine. Le prix Niépce Gens d’images, premier prix de photographie professionnelle en France, a été créé en 1955. Soutenu par la BnF, il distingue chaque année le travail d’un photographe confirmé, âgé de moins de 50 ans, français ou résidant en France depuis au moins trois ans. Avec ses photographies du Cambodge ou d’Afrique, Laurence Leblanc a construit une œuvre particulièrement originale. Lauréate de la Villa Médicis Hors-les-murs en 2000, elle a reçu en 2003 le prix de la Fondation HSBC pour la photographie. Vie de la BnF Lucile Piketty reçoit le prix Lacourière 2016 Diplômée de l’École Estienne et de l’École nationale des arts décoratifs, Lucile Piketty a peaufiné sa maîtrise de la gravure en taille douce auprès de René Tazé. Lors de la remise du prix le 9 juin dernier, trois mentions ont également été attribuées à Donatien Mary, Laureline Lê et Ximena de Leon Lucero. Créé en mémoire du graveur Roger Lacourière, ce prix, placé sous l’égide de la Fondation de France et doté d’un montant de 10 000 euros, récompense tous les deux ans un graveur en taille douce. qi BERRY ; LIMOUSIN, VENDÉE (1913-2016)  : VOIX DU PASSÉ, VOIX D'AUJOURD'HUI Affiche pour les Journées du Patrimoine Berry, Limousin, Vendée (1913-2016) Voix du passé, voix d’aujourd’hui Portrait de lectrice Colette Sirat 60 ans de recherche à Richelieu Directrice de recherche au CNRS, codicologue et paléographe émérite, la dame qui fait parler les manuscrits hébreux continue, à 82 ans, de fréquenter la salle de lecture du département des Manuscrits. Colette Sirat se rend pour la première fois à la BnF en 1956, pour participer à l’élaboration d’un catalogue de manuscrits hébraïques pour le CNRS. Elle se passionne alors pour deux manuscrits du XIII e siècle. Sur les traces du scribe « Ils ont fixé toute ma carrière, confie-t-elle. Avec eux, je suivais la trace de la main du scribe disparu depuis des siècles ; à travers son écriture, je savais lorsqu’il était fatigué, quand il plongeait sa plume dans l’encre. C’est un contact de personne à personne que je n’ai jamais ressenti avec des imprimés ! » Elle crée en 1964 un Comité international de paléographie hébraïque médiévale et enseigne la discipline à l’École pratique des hautes études. De la pérennité des manuscrits Pour la chercheuse, la Bibliothèque a certes beaucoup changé en soixante ans. « Auparavant, l’ambiance était familiale, il y avait peu de lecteurs dans le département et l’accès aux manuscrits était plus simple. Mais j’éprouve beaucoup de gratitude pour le personnel de la Bibliothèque qui s’est toujours montré d’une extrême courtoisie. » Elle souligne aussi la qualité des services aux publics  : « Lors de la rénovation de Richelieu, tout le monde s’est donné beaucoup de mal pour que les communications ne soient pas perturbées. » Aujourd’hui, Colette Sirat vient travailler deux fois par semaine sur le site. « Je m’apprête avec soin pour faire honneur aux manuscrits ! Je travaille trois ou quatre heures, ça me maintient en vie. Moi qui ai connu la guerre, je peux dire qu’une période où nous pouvons vivre pacifiquement dans un état démocratique est une petite fenêtre remarquable dans l’histoire. Le point lumineux en a été pour moi les manuscrits qui sont bien vivants. Je serai à jamais reconnaissante envers la BnF, garante de leur pérennité. » Sandrine Le Dallic Délégation à la communication 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :