Chroniques n°64 oct/nov/déc 2012
Chroniques n°64 oct/nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de oct/nov/déc 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : L'âge d'or des cartes marines

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Exposition > 8 – Chroniques de la BnF – n°64
BnF, Estampes et photographie. BnF, Estampes et photographie. Expositions > La photographie en cent chefs-d’œuvre Revisiter la notion de chef-d’œuvre à travers une sélection de cent photographies provenant des collections de la BnF : c’est ce que propose cette exposition, au fil d’un parcours original et ludique qui fait la part belle aux rapprochements visuels. Le but de cette exposition n’est pas de présenter le florilège des cent plus belles photographies conservées à la BnF. Cette ambition serait prétentieuse et singulièrement réductrice si l’on songe que c’est par millions qu’elles se comptent dans nos collections. L’idée n’est pas non plus de proposer une histoire de la photographie en cent images. Non, la proposition faite ici est autre et moins convenue : elle consiste à tenter en filigrane une définition de ce que peut être un chef-d’œuvre dans un médium aussi récent, foisonnant et divers que la photographie. Nadar, Man Ray, Zola ou Degas Il n’existe pas de Vasari de la photographie ou alors ils sont trop nombreux. Il serait bien embarrassant de nommer les Joconde ou les Vénus de Milo de cet art, et la comparaison de tous les livres qui l’ont tenté montre que, finalement, il y a assez peu de recoupements. Certains très grands photographes restent peu ou pas connus d’un large public tandis que d’autres, plus populaires, sont totalement absents des cimaises muséales. Chacun de nous possède un panthéon personnel, un musée imaginaire que n’est pas venu contraindre, comme cela a été le cas pour la peinture ou la sculpture, une classification amorcée depuis la Renaissance. Nous nous sommes donc sentis très libres de notre choix, sans obligation de montrer tel ou tel auteur, et ce à l’intérieur d’une collection immensément riche. Le seul regret aura été l’absence de certains photographes parce que, pour des raisons conjoncturelles, ils ne figurent pas dans les collections de la BnF. Nous avons réuni quelques critères de choix appropriés à ce médium. Nous avons choisi des œuvres de grands artistes comme Nadar, Man Ray ou Atget, mais aussi de photographes moins connus comme Tripe, Janssen, Laplanche, d’amateurs comme Zola, Segalen, Degas. Nous n’avons pas exclu les photographies scientifiques, documentaires, expérimentales. Nous avons retenu la perfection et la date du tirage, essentielle pour toutes les BnF, Estampes et photographie. Page ci-contre Eugène Durieu (1800-1874) Modèle masculin de trois quarts dos assis sur une peau de panthère, planche XI d’un album réalisé pour Eugène Delacroix et lui ayant appartenu, 1854, tirage sur papier salé d’après négatif sur papier. En haut Charles Aubry (1811-1877) Feuille de lierre 1864, tirage sur papier albuminé d’après négatif sur verre au collodion. Ci-contre Auguste Vacquerie (1819-1895) La mère de Mouche [Grise] écoutant Phèdre Accompagné d’une élégie autographe d’Auguste Vacquerie sur la mort de sa chatte Grise, Jersey, juillet 1853, tirage sur papier salé d’après négatif sur papier. œuvres multiples, que ce soit le livre, la gravure, l’affiche. Nous avons tenu compte du mode d’entrée dans les collections : la photographie de Degas a été donnée par son frère peu après sa mort, celle de Nadar provient directement de son atelier, acquis auprès de sa petite-fille en 1949. La magie d’un médium Le point commun de toutes ces œuvres est d’allier la beauté et la puissance d’évocation de l’image à celle du tirage et à l’intérêt de la provenance. Chacune est le chef-d’œuvre d’un genre ; ensemble elles dessinent un territoire de la photographie. La plus ancienne est un essai de William Henry Fox Talbot datant de 1839, la plus récente a été prise à Fos-sur-Mer en 1986 par Lewis Baltz, dans le cadre de la mission photographique de la DATAR. La seule concession faite à l’acception classique du chef-d’œuvre est d’avoir pris du recul et de ne pas avoir choisi d’œuvre très récente ou d’auteur encore jeune. Nous ne présentons donc pas, par exemple, de chef-d’œuvre de la photographie numérique. Les rapprochements visuels et non chronologiques entre des images très différentes contribuent à les valoriser mutuellement, à faire comprendre, au-delà des années, des écoles et des auteurs, l’aura propre à l’image photographique. Sylvie Aubenas Chroniques de la BnF – n°64 – 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :